DE | FR
Pour savoir si Omicron allait ravager les services de santé, des chercheurs de l'Empa ont développé des scénarios complexes avec des spécialistes de la médecine.
Pour savoir si Omicron allait ravager les services de santé, des chercheurs de l'Empa ont développé des scénarios complexes avec des spécialistes de la médecine.Image: sda

Des chercheurs suisses: «Le pire scénario ne se produira pas, à moins que...»

Des chercheurs suisses ont calculé trois scénarios pour le futur de la pandémie et ont conclu qu'il était peu probable que le variant Covid submerge les soins intensifs. Certains risques existent néanmoins.
27.01.2022, 12:2528.01.2022, 11:23
Suivez-moi

On ne le répétera jamais assez, pour évaluer le risque lié au Covid-19, les capacités du système de santé sont un critère décisif. La question qui se pose est alors: avec Omicron, les hôpitaux pourront-ils accueillir et traiter un nombre suffisant de personnes malades?

Si, dans plusieurs pays, le rapport entre nombre de cas et patients en soins intensifs donne des raisons d'être optimistes - car la courbe des hospitalisations ne se suit pas celle des contaminations - est-ce que cette réalité existe davantage en Suisse ou en Allemagne, pays où la proportion de personnes vaccinées ou guéries est plus faible? Pour répondre à cette question l'Empa, un institut de recherche des Ecoles polytechniques fédérales a multiplié de savants calculs.

Que dit l'étude?

Pour savoir si Omicron allait ravager les services de santé, des chercheurs du département Multiscale Studies in Building Physics de l'Empa ont développé ces scénarios complexes avec des spécialistes de l'Institut de médecine de laboratoire et de pathobiochimie de l'Université Philipps de Marburg et du canton des Grisons, précise la confédération qui relaie cette étude.

👉 Les dernières infos sur le Covid dans notre live

La force de ce modèle réside dans le fait que de nombreuses variables ont été intégrées sur la base de données actuelles:

  • Âge
  • Statut vaccinal
  • Statut de booster (troisième dose)
  • Taux de reproduction du virus

Afin de rendre les résultats rapidement disponibles, ils ont déjà été publiés en ligne. A noter que ce n'est pas le processus habituel scientifique qui demande l'évaluation par les pairs – autrement dit pas d'autres chercheurs –, le scientifique responsable de l'étude, Hossein Gorji, rappelle toutefois que:

«C'est généralement le cas dans ce type de recherche Covid»

Les résultats, qui seront également publiés dans une revue spécialisée après l'évaluation par les pairs, indiquent que le variant Omicron ne devrait pas provoquer un nombre record d'admissions dans les unités de soins intensifs ni en Allemagne ni en Suisse, et ce, même dans des conditions défavorables. Attention, il n'y a pas de quoi se réjouir trop vite.

L'Etude se base sur trois scénarios, lesquels?

Ces derniers servent à appréhender les différentes situations de risque. Ils tiennent compte du nombre de reproductions effectives, qui indiquent combien de personnes une personne infectée contamine en moyenne d'autres gens, relate l'étude. Ils ont donc modélisé des taux de reproduction:

  • De 1,3, «ce qui correspond à peu près à la situation actuelle»
  • 1,5
  • 1,8, le plus défavorable

Compte tenu des questions ouvertes et des hypothèses nécessaires, qui sont expliquées en détail dans l'étude, les auteurs soulignent que les résultats ne doivent pas être considérés comme des prévisions, mais comme des scénarios plausibles.

Des calculs croisés et une «analyse de sensibilité» ont toutefois montré, selon le chercheur Hossein Gorji de l'Empa, qu'ils sont robustes et que les scénarios sont exacts. De plus, ils sont cohérents avec le découplage entre le nombre de cas et les hospitalisations, comme cela a été observé au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. Mais alors pourquoi ne faut-il pas crier hourra trop tôt?

Dans quels cas les trois scénarios seraient à jeter?

Tant que l'indice de reproduction effectif reste inférieur à 2, l'occupation des soins intensifs par des patients Omicron ne devrait pas être critique, estime l'étude.

«Nos résultats sont certes d'un optimisme prudent, mais ils doivent être interprétés avec prudence.»
Hossein Gorji

Qu'est-ce qui pourrait faire que les scénarios seraient à jeter?

Le chef de département de l'Empa, Ivan Lunati, souligne:

«Tous nos scénarios partent implicitement du principe que des mesures seront maintenues ou prises dans les semaines à venir pour endiguer la propagation du virus.»

Cela douche donc les espoirs de voir les mesures Covid s'alléger. Le spécialiste précise encore que comme la protection vaccinale diminue avec le temps, les prévisions ne sont valables qu'à l'heure actuelle, avec les utilisations actuelles des vaccins et les délais écoulés depuis les dernières vaccinations.

En clair, si tout se maintient à l'état actuel, et que le taux de reproduction ne grimpe pas, c'est une bonne nouvelle.

Dans certains cantons, on va vers plus de «normalité»

Qu'est-ce qui pourrait précipiter la hausse du taux de reproduction?

Les chercheurs pointent un problème de santé publique majeur qui n'est pas à exclure. Selon Hossein Gorji, le nombre d'infections pourrait, à lui seul, entraîner des pénuries de personnel et limiter les capacités de diagnostic du Covid et par conséquent perdre le contrôle de la pandémie:

  • En l'Allemagne: selon les modèles, le chercheur Harald Renz de l'université Philipps de Marburg, qui a participé à l'étude, s'attend à un pic du nombre de personnes infectées entre fin février et mi-mars.
  • En Suisse, cela pourrait arriver un peu plus tôt. Il faut alors s'attendre – comme cela a déjà été modélisé ailleurs – à une augmentation rapide et importante du nombre d'infections. L'ensemble de la population sera concerné, y compris les professionnels de la santé.

Et après le pic Omicron que va-t-il se passer?

Si le taux de reproduction reste sous le nombre de 2, rien n'est à signaler. L'étude précise que l'évolution de la pandémie sera «fortement déterminée par l'immunité croisée Omicron-Delta, qui est encore inconnue», le communiqué précise que:

«Les spécialistes pensent que leurs modèles pourront également contribuer dans un avenir lointain à l'étude et à l'affinement des mesures de lutte contre la pandémie.»

Sur la base de ces analyses, Ivan Lunati conclut que les mesures devraient également s'orienter davantage sur l'individu. En particulier si l'objectif premier est d'éviter une surcharge du système de santé:

«Je pense qu'il est temps de mettre en œuvre des stratégies spécifiquement destinées aux différents groupes à risque»

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Neutralité coopérative» de Cassis: comment la neutralité suisse a évolué
Le président de la Confédération a proposé un nouveau terme au Forum économique mondial de Davos. Est-il également synonyme de nouveau contenu? Une petite clarification de la notion de neutralité suisse.

Samedi, la NZZ a publié un article sur la situation actuelle de la neutralité. La phrase clé: «Alors qu'en Suisse, on continue à débattre des nouvelles formes de neutralité, celle-ci n'est plus reconnaissable en tant que telle depuis longtemps pour le reste du monde.» Le président américain Joe Biden l’a souligné: «même la Suisse» est cette fois-ci du côté d'un belligérant. Notre pays a en effet adopté les sanctions contre la Russie.

L’article