Suisse
CFF

Les CFF perdent des usagers à cause d'un bus allant à 1600 km/h

Un bus «franchit» le mur du son et les CFF égarent des touristes.
Un bus zurichois qui franchit le mur du son? C'était possible sur l'app CFF ce week-end.Image: watson/keystone/Dall-e

Les CFF ont perdu des touristes à cause d'un bus «supersonique»

Une erreur de données dans l'application des CFF a provoqué des remous ce week-end, à Zurich. Des voyageurs inattentifs et plusieurs touristes ont été envoyés dans la mauvaise direction. Ils auraient dû prendre un bus roulant – en théorie – à 1600 km/h vers Berne. Mais que s'est-il passé?
28.05.2024, 18:5128.05.2024, 22:40
Stefan Ehrbar / ch media
Plus de «Suisse»

L'application CFF est l'une des plus téléchargées de Suisse. Elle permet aux voyageurs suisses, mais aussi aux touristes, de consulter l'horaire ou d'acheter des billets. Parmi d'autres choses.

Pour une application aussi utilisée, les problèmes peuvent vite prendre des proportions extrêmes lorsque des informations erronées y sont diffusées. Plusieurs voyageurs entre Zurich et Berne en ont fait l'expérience le week-end dernier et l'application CFF les a menés vers un drôle de voyage.

Un bien étrange trajet

Le voyage entre la capitale et la plus grande ville du pays est d'habitude relativement simple: avec l'InterCity 1, qui relie Saint-Gall à Genève, le trajet est effectué en 56 minutes. Et une myriade de trains InterRegio, avec ou sans changement, permettent de faire ce tronçon en moins de 1h20.

Mais les personnes qui souhaitaient se rendre entre les deux villes samedi dernier, peu après 13 heures, se voyaient proposer un chemin pour le moins particulier: l'application leur proposait de partir de Zurich avec un train RER vers Wetzikon, une commune de la campagne zurichoise située... dans la direction opposée de Berne.

Les choses sont déjà étranges à ce niveau. Mais ce n'est pas terminé. Car depuis cette commune, on propose un bus spécial vers Münsingen, une commune située au sud de la ville de Berne, avant de prendre un autre bus puis de rejoindre la capitale avec un train régional.

Le trajet théorique proposé par les CFF 👇

Image

Un bus qui franchit le mur du son?

Et on aurait facilement pu se faire avoir: la durée de voyage (1h19) correspond, en effet, au temps de parcours possible entre Zurich et Berne. Seulement voilà: non seulement la solution proposée ne semble pas cohérente si on y regarde de plus près, mais le plus gros problème, c'est qu'aucun bus spécial ne circulait entre Wetzikon et Münsingen. Les personnes qui auront suivi ce trajet sans réfléchir se seront retrouvées perdues dans la ville zurichoise de 26 000 habitants.

Ce n'est pas la seule originalité proposée par l'application: selon elle, ce bus spécial — inexistant — devait parcours le trajet en six minutes environ. Alors que la distance entre les deux communes est de 160 kilomètres. Sortez vos calculettes: pour que le bus fasse 160 kilomètres en six minutes, même en ligne droite, il aurait dû faire du 1600 km/h, soit 345 mètres à la seconde, de quoi franchir de loin le mur du son. Soit à peu près la même vitesse que celle du F-35, qui tape des pointes à 1700 km/h.

En voiture, cet étrange trajet prendrait 2h50:

La plupart des usagers habituels ne se seront pas fait avoir, mais de nombreux touristes ont fait confiance à l'application et pris le train vers Wetzikon — notamment des voyageurs asiatiques. Et quid des gens pressés qui n'auront pas pris le temps d'observer dans le détail le trajet?

Les CFF ont dû réagir en affichant sur les écrans une information indiquant l'erreur de l'application et en envoyant du personnel vers les quais pour dissuader les usagers induits en erreur de monter dans le mauvais train. Mais la situation a pourtant duré jusqu'à dimanche soir. Autant dire que les usagers qui ne se seront pas fait intercepter par le personnel des CFF ont dû être en pétard en se retrouvant perdus à Wetzikon.

Les transports publics zurichois en cause

La faute n'incombe pas aux CFF, explique sa porte-parole Sabrina Schellenberg, mais aux... transports publics zurichois. En effet, le système utilisé par l'application CFF calcule en temps réel les meilleurs trajets possibles. Mais encore faut-il que les données qu'elle utilise soient correctes.

Et c'est ce qui s'est passé: les transports publics zurichois ont intégré des données erronées concernant leurs bus dans le système qu'utilise l'application CFF. Lors de la saisie des données pour les horaires, il y a eu une confusion concernant les codes utilisés pour les arrêts de bus: un employé a confondu le numéro d'un arrêt de la commune de Wetzikon avec un de ceux de la commune de Münsingen. Une erreur de quelques chiffres — 8507908 au lieu de 8579087 — qui a provoqué le bug dans l'application.

Mais comment a pu se produire cette erreur de données et pourquoi n'a-t-elle pas pu être corrigée avant dimanche soir? Sabrina Schellenberg, porte-parole. explique que les horaires utilisés en temps réels ne peuvent pas être retirés ou supprimés manuellement. Et si les CFF ont informé les transports publics zurichois de leur erreur dans la journée de samedi, ce n'est que le dimanche que les chiffres ont pu être corrigés. Entre-deux, l'application a continué de calculer le trajet le plus court avec des bus qui se déplacent aussi vite que le F-35.

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Près de 400 manifestants à Lausanne contre les violences policières
Ils se sont réunis samedi en réponse à l'acquittement en appel des policiers impliqués dans l'affaire Mike Ben Peter.

Environ 400 personnes, selon les forces de l'ordre, ont défilé samedi après-midi à Lausanne pour dénoncer les violences policières. Les manifestants s'étaient réunis, dès 13h30, devant la gare de la capitale vaudoise, en réponse à l'acquittement en appel, lundi, de six policiers impliqués dans l'affaire Mike Ben Peter, un Nigérian de 39 ans décédé lors d'une interpellation musclée, en 2018.

L’article