DE | FR
Que ce soit pour les pendulaires ou les agents de la police ferroviaire, les portes des trains CFF ne s'ouvrent plus automatiquement.
Que ce soit pour les pendulaires ou les agents de la police ferroviaire, les portes des trains CFF ne s'ouvrent plus automatiquement.image: keystone

Pourquoi les portes des trains CFF ne s'ouvrent plus automatiquement?

Vingt mois après la mise en place de cette mesure au début de la pandémie, les portes des trains ne s'ouvrent plus automatiquement. Les CFF invoquent des «raisons opérationnelles».
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
01.12.2021, 05:4701.12.2021, 08:49
Adrian Müller
Adrian Müller
Adrian Müller
Suivez-moi

Les pendulaires doivent à nouveau appuyer sur le bouton de la porte pour monter et descendre des trains CFF. L'entreprise ferroviaire renonce, depuis début novembre, à l'ouverture automatique des portes. Et ce, même dans les wagons où cela serait techniquement possible.

Les CFF n'ont pas communiqué officiellement sur les raisons du changement de fonctionnement des portes. En revanche, le personnel des locomotives a annoncé cette adaptation sur Twitter. L'ouverture automatique des portes avait été introduite comme l'une des premières mesures anti-Covid en mars 2020.

Avec cette nouveauté, les CFF s'écartent, dans une certaine mesure, de leurs propres directives. Dans le concept actuel de protection des transports publics sous Covid-19, l'article 4 stipule:

«Aux arrêts, les portes des véhicules sont ouvertes automatiquement (lorsque cela est techniquement ou opérationnellement possible) afin de favoriser la circulation de l'air.»

Toutefois, les entreprises de transport peuvent supprimer l’ouverture et la fermeture automatique «en raison des conditions météorologiques», par exemple, en hiver.

Au vu de l’explosion du nombre de cas Covid, la question se pose: pourquoi les CFF renoncent-ils maintenant à l'ouverture automatique des portes? Le porte-parole des CFF Reto Schärli répond que la circulation de l'air dans les trains est assurée grâce à des systèmes de climatisation modernes. L'air est renouvelé en moyenne six à dix fois par heure par de l'air extérieur. De plus, il est judicieux de ne plus ouvrir les portes automatiquement pour des raisons opérationnelles.

«Les portes automatiques entraînent l’ouverture de certaines parties du train qui devraient rester fermées pour des raisons opérationnelles.»
Reto Schärli, CFF

«Les portes automatiques entraînent l’ouverture de certaines parties du train qui devraient rester fermées pour des raisons opérationnelles», explique Reto Schärli. Par exemple, c’est le cas lorsqu'une partie du train est désaccouplée à la gare. C’est aussi le cas lorsque l’arrière ou l’avant du train reste fermé en raison du raccourcissement des quais dû à des chantiers. Et cela sera encore plus fréquent avec le changement d’horaire de décembre. «La mesure la plus importante du concept de protection des transports publics reste le port obligatoire du masque», souligne le porte-parole des CFF. Les voyageurs et le personnel sont ainsi protégés au mieux.

Sur les trains «Flirt» de la compagnie Südostbahn (SOB), les portes continuent à s'ouvrir automatiquement.
Sur les trains «Flirt» de la compagnie Südostbahn (SOB), les portes continuent à s'ouvrir automatiquement.image: keystone

Le fonctionnement des portes est différent pour la compagnie Südostbahn, qui exploite par exemple le «Treno Gottardo» sur la ligne de panoramique du Gothard. Selon le porte-parole Conradin Knabenhans, la directive selon laquelle le personnel des locomotives ouvre automatiquement les portes lors d'un arrêt reste en vigueur. Cette mesure est mise en place afin que les passagers n’aient pas à appuyer sur le bouton:

«Pour nous, c'est un service rendu à la clientèle. Les passagers s'y sont habitués pendant la pandémie.»
Conradin Knabenhans, porte-parole de Südostbahn

Le BLS, qui exploite notamment en Suisse romande des lignes dans les cantons de Neuchâtel, Fribourg et Berne, suit la même voie que les CFF. L'entreprise de transports publics a déjà adapté le règlement des portes cet été.

«Actuellement, le BLS n'ouvre plus les portes automatiquement. D'une part, cela entraîne des pertes d'énergie inutiles et d'autre part, seule une petite partie du véhicule est aérée par l’ouverture des portes. L’air frais dans les trains est assuré par la ventilation.»
Tamara Troxler, porte-parole du BLS

Le BLS s'en tient au concept de protection des transports publics prescrit par les CFF en tant que leader du système. Selon ce document, l'ouverture automatique des portes «n'est pas une mesure de protection obligatoire».

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

D'autres articles sur le Covid-19

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
Comment expliquer les scandales informatiques des services de santé suisses
En matière de services informatiques, le secteur suisse de la santé cumule les échecs. Les pannes de protection des données survenues chez Swisstransplant et avant cela Mesvaccins.ch présentent le même problème notable.

Des informaticiens suisses qui acquièrent une notoriété au niveau national? C'est peu courant dans le pays. Pourtant, avec Sven Fassbender, ce constat pourrait devenir tout autre. Ce consultant en sécurité informatique suisse allemand a récemment fait parler de lui après avoir rendu publiques des failles informatiques significatives concernant la plateforme Swisstransplant, le registre suisse en ligne du don d'organes.

L’article