larges éclaircies
DE | FR
2
Suisse
CFF

Abonnement CFF: une application pistera bientôt les clients

Vous avez un abo CFF? Une app' pourra bientôt vous pister

Une nouvelle application de tracking devrait bientôt enregistrer les trajets de milliers d'utilisateurs de l'abonnement général. Cela est autorisé par la loi. Néanmoins, le préposé fédéral à la protection des données attire l'attention sur les risques.
16.08.2022, 11:44
Pascal Michel / ch media

L'enjeu financier est de taille: l'année dernière, les détenteurs d'un abonnement général (AG) ont au total payé 1,2 milliard de francs pour emprunter de manière illimitée le bus, le train ou le bateau. L'organisation de la branche des transports publics (TP) Alliance Swisspass distribue cet argent aux quelque 180 entreprises de transport auprès desquelles l'abonnement est valable.

Des enquêtes papier et en ligne sur les habitudes de voyage de clients choisis au hasard servent de base à la clé de répartition. Pour ce faire, 52 000 clients sont contactés chaque année.

ZUM HINTERGRUNDTEXT DER SDA ZUM SWISSPASS STELLEN WIR IHNEN AM MONTAG, 20. JULI 2015, FOLGENDES ARCHIVBILD ZUR VERFUEGUNG - Der SwissPass ist zu sehen an einer Medienkonferenz in Bern am Dienstag, 10. ...
Un Swisspass (et accessoirement un abonnement CFF)image: KEYSTONE

Comme le retour de ces enquêtes est difficile, que la collecte des données est sujette à des erreurs et que les coûts de personnel liés à la saisie des questionnaires papier sont élevés, le secteur des transports publics souhaite désormais introduire une application qui enregistre automatiquement les voyages de certains clients. Sur la plateforme d'acquisition de la Confédération, Alliance Swisspass a récemment mis au concours le projet «Relevé des données de voyage dans les TP au moyen du tracking».

Avec cette nouvelle solution, elle entend localiser au mètre près dans le train, le bus ou le tram les détenteurs d'AG qui ont volontairement participé à l'enquête et donné leur accord pour être suivis.

Comment cela va-t-il fonctionner?

Pour atteindre cette précision, les développeurs de l'application doivent, selon le cahier des charges que CH Media s'est procuré, puiser dans «le GPS, la triangulation des réseaux mobiles et Wi-Fi, le geofencing, les balises disponibles et les capteurs de mouvement du smartphone».

Ces données, qui sont comparées aux horaires de transports, permettent une documentation complète des itinéraires des passagers. L'application doit aussi explicitement permettre de reconstituer les trajets en bateau, le trafic de remplacement des trains ainsi que les voyages en funiculaire, en train à crémaillère et en téléphérique.

Les balises jouent un rôle important. Ces petits émetteurs Bluetooth envoient toutes les secondes un signal qui permet à la nouvelle application de suivi de localiser la position du téléphone portable. On peut lire, dans le cahier des charges:

«L'application utilise ces informations pour augmenter la précision de l'enregistrement des trajets»

Dans les trains CFF, tous les wagons seront équipés de telles balises d'ici fin 2023. Aujourd'hui déjà, ces émetteurs se trouvent dans tous les trains grandes lignes. Actuellement, le secteur se demande s'il ne faudrait pas, à l'avenir, augmenter le nombre d'émetteurs sur l'ensemble du réseau afin de garantir la meilleure couverture possible pour la nouvelle application.

Pourquoi des données aussi précises sont-elles nécessaires?

Déterminer l'emplacement du passager au mètre près est décisif pour la collecte des données, explique Thomas Ammann, porte-parole d'Alliance Swisspass, à CH Media:

«Pour la répartition des fonds, il est pertinent de savoir si quelqu'un est assis dans un bus VBZ en ville de Zurich ou dans un car postal qui circule très près d'un bus VBZ sur un trajet similaire.»

L'importance accordée à l'exactitude des données se reflète dans l'appel à candidatures. Ainsi, les prestataires qui se portent garants du développement de l'application doivent vérifier en détail un trajet sur dix et signaler les éventuelles incohérences.

Reisende auf einem Perron am Zuercher Hauptbahnhof, am Freitag, 17. Dezember 2021, in Zuerich. (KEYSTONE/Michael Buholzer)
La Suisse a l'un des horaires les plus denses du monde.image: keystone

Thomas Ammann, souligne qu'avec ce nouveau type de collecte de données, on met en œuvre le mandat légal de saisie d'informations de voyage pour une répartition correcte des recettes. La protection des données a été dès le début un thème important, raison pour laquelle la nouvelle application doit fonctionner selon la maxime de «l'économie de données». Le porte-parole d'Alliance Swisspass insiste:

«Seules les données réellement nécessaires à la distribution des fonds sont collectées, elles nous parviennent de manière anonyme et ne peuvent être utilisées à d'autres fins»

C'est pourquoi une intégration, par exemple dans l'application des CFF, n'est pas possible. Il souligne que le projet a déjà été présenté au préposé fédéral à la protection des données.

La branche espère que le tracking numérique, qui devrait être utilisé pour la première fois en mai 2023, permettra de réaliser des économies substantielles. Et Alliance Swisspass voit déjà plus loin, toujours dans son cahier des charges:

«La nouvelle méthode de relevé doit être appliquée progressivement au reste de l'offre des transports publics après la réussite de l'essai pilote.»

Cela signifie que la prochaine étape consisterait à sélectionner les propriétaires de cartes journalières ou d'abonnements Seven 25 pour qu'ils dévoilent numériquement leurs habitudes de voyage.

Certains points posent un problème

Interrogé, un porte-parole du préposé fédéral à la protection des données, Adrian Lobsiger, confirme que ce dernier a été «informé dans les grandes lignes d'un projet correspondant vers la fin juin». Le préposé à la protection des données aurait alors attiré l'attention sur d'importantes exigences en matière de protection des données, mais n'aurait pas encore évalué ou conseillé le projet.

Si, au cours de la procédure, des indices devaient apparaître selon lesquels la protection des données pourrait être menacée, le protecteur des données se réserve le droit de procéder à un examen approfondi du projet, voire d'engager une procédure formelle de surveillance.

Le fonctionnaire fédéral considère qu'il est particulièrement important d'accorder suffisamment d'attention à la sécurité lors de la saisie et de la transmission, du traitement, du stockage, de la communication et de la destruction des données:

«Par rapport à la méthode utilisée jusqu'à présent, il y a ici de nouveaux risques, notamment en ce qui concerne la formation de profils de mouvement complets des participants»

Il est également important de ne collecter que les données absolument nécessaires.

Adrian Lobsiger reconnaît également la base légale de la loi sur le transport de voyageurs, mais souligne que ni Alliance Swisspass ni le développeur de l'application ne peuvent utiliser ou transmettre les données à d'autres fins. «Les participants doivent être informés de manière transparente sur le but du traitement des données.»

Des données très convoitées qu'il faut protéger

Erik Schönenberger, directeur de la Digitalen Gesellschaft, reste prudent. Selon lui, tant que la collecte de données se fait dans une application séparée, dans un but précis et avec l'accord explicite des utilisateurs, cela ne pose pas de problème.

Mais il fait remarquer que l'amas de données ainsi accumulées pourrait bientôt éveiller des convoitises dans la branche et dans la politique – que ce soit pour des prix personnalisés ou pour une gestion du trafic, c'est-à-dire pour ce qu'on appelle la tarification de la mobilité. L'expert assène:

«Une fois qu'on a une telle application de surveillance, on n'est pas loin de l'intégrer un jour dans l'application des CFF»

Il s'agit d'empêcher cela afin de continuer à garantir des voyages totalement anonymes dans les transports publics, explique Erik Schönenberger. En se référant aux CFF en difficulté financière, il ajoute:

«Celui qui possède les données sera tenté de les utiliser pour ses propres affaires»

Quand est-ce qu'une décision finale sera prise?

Les développeurs d'applications de suivi intéressés pourront expliquer, à la mi-octobre, comment ils comptent garantir la protection des données. Ils devront alors présenter leurs offres aux experts d'Alliance Swisspass. La signature du contrat est prévue pour novembre. (bzbasel.ch)

Traduit de l'allemand par Tanja Maeder

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ce passé honteux que l'UDC Albert Rösti veut à tout prix cacher
L'ex-président de l'UDC et candidat au Conseil fédéral, Albert Rösti, a longtemps présidé le lobby pétrolier Swissoil. Cette mention a soudainement disparu de son site.

Jusqu'à présent, les dizaines de mandats rémunérés d'Albert Rösti, candidat UDC au Conseil fédéral, ne lui ont guère porté préjudice. Et le plus étonnant: même les élus Verts ne l'attaquent pas là-dessus. Rösti, lui, fait le modeste, joue la sincérité. Ces dernières semaines, il a répété être un «classique politicien de milice», capable d'exercer tous les emplois avec sérieux et de bien gérer son temps. Il se prétend transparent sur l'ensemble de ses liens d'intérêt présents et passés.

L’article