DE | FR

Des militants romands menacent: «On va s'asseoir sur une autoroute lundi»

Un nouveau collectif baptisé Renovate Switzerland exige du Conseil fédéral des actions pour répondre à l'urgence climatique. Lundi, les militants romands bloqueront une autoroute vaudoise pour obtenir ce qu'ils demandent. Explications.
08.04.2022, 18:2009.04.2022, 11:31
Suivez-moi

S'asseoir au milieu de l'autoroute pour réclamer la rénovation de millions de maisons en Suisse. C'est la méthode qu'annonce vouloir mettre à exécution un nouveau collectif suisse qui alerte sur l'urgence climatique. De prime abord, la corrélation ne semble pas très évidente. Mais le projet est pleinement assumé par Cécile Bessire, représentante du mouvement pour la Suisse romande.

«Nous devions trouver des actions qui auraient un impact fort sur le politique et s'il faut bloquer une route, on le fera»
Cécile Bessire, représentante du mouvement pour la Suisse romande

La jeune biennoise, qui a participé précédemment aux actions d'Extinction rébellion, nous explique, rapport de Suisse énergie et du GIEC à l'appui, que les bâtiments sont responsables de plus d'un quart des émissions de CO2 en Suisse et qu'un million de maisons sont peu ou pas du tout isolées. Le groupe demande donc au Conseil fédéral de présenter un plan d'action national pour permettre la rénovation de ce million de maisons d'ici 2040.

Un tel plan aura pour effet de réduire drastiquement les émissions de CO2, diminuer la dépendance énergétique de la Suisse envers l’étranger et diviser par deux les factures énergétiques.
Extrait du communiqué de Renovate Switzerland

Balance ton gouvernement

Le mouvement Renovate Switzerland, actif dans toute la Suisse, fait partie d'un ensemble de collectifs qui effectuera des actions coup de poing dans neuf pays durant le mois d'avril. Cécile Bessire explique que ces actions répondent à la situation d'urgence climatique que les politiques refusent d'admettre aujourd'hui. Ainsi, lorsqu'on lui demande si les moyens employés, comme le blocage des axes routiers, sont une méthode qui fonctionne, elle répond par une boutade en dénonçant la lenteur des outils démocratiques actuels.

«Vous savez combien de temps ça prend de faire une initiative populaire? Le rapport du GIEC nous montre que nous ne pouvons plus attendre. Il nous reste 3 ans»
Cécile Bessire, représentante du mouvement Renovate Switzerland

Le caractère imminent des effets du changement climatique et la grande inquiétude des militants interpellent jusqu'au politologue René Knüsel. Il souligne la perte de confiance d'une partie de la jeunesse.

«Le débat politique est une arène qui ne reprend pas l'écho de leurs préoccupations. Le sentiment que l'urgence n'est pas portée par les politiques est omniprésent»
René Knüsel, politologue

Pour les militants, l'urgence climatique ne fait aucun doute et la mise en place d'actions radicales semble être l'unique solution pour attirer l'attention des politiciens.

«On n'est pas là pour montrer notre mécontentement, ou simplement sensibiliser à la cause climatique, on veut du changement maintenant et on est prêt à risquer nos vies pour cela.»
Cécile Bessire, représentante du mouvement

S'asseoir sur l'autoroute, vraiment?

Le descriptif des actions et des motivations du collectif sont on ne peut plus clair: les militants sont prêts à «perturber, se faire arrêter ou aller en prison jusqu'à ce qu'une réponse substantielle soit donnée à leur demande», comme expliqué sur leur site internet. A ce stade, se coucher sur l'autoroute est une action qualifiée de risquée par Cécile Bessire, mais qui va de soi face aux défis climatiques actuels.

«On va aller s'asseoir sur les autoroutes et on va le faire jusqu'à ce qu'on nous réponde»
Cécile Bessire

Des déclarations qui n'étonnent pas le politologue vaudois René Knüsel qui explique que comme l'effectuait Greenpeace dans les années nonante, ces actions doivent être spectaculaires pour avoir un impact important. De plus, selon le politologue, l'entrave à la mobilité, en bloquant les axes routiers, est un symbole.

«L'objectif est de casser la routine des gens qui vont au boulot. Bloquer les routes, c'est remettre en pause le quotidien de chacun»
René Knüsel, politologue

Mais qu'en est-il de l'efficacité de ce type d'action sur le calendrier politique et sur l'opinion publique? Pour René Knüsel, l'impact d'un tel événement est difficile à évaluer.

«Les jeunes essaient aujourd'hui de parler au reste de la population et c'est une tâche extrêmement difficile. Je crains que la population interprète d'abord ces actions comme l'œuvre d'une jeunesse marginalisée. De plus, si un incident se produit, j'ai peur que cela provoque un écho négatif.»
René Knüsel, politologue

À cette préoccupation, Cécile Bessire répond qu'elle est prête à prendre les risques nécessaires pour qu'ils mettent en place des mesures concrètes face à l'urgence climatique.

Nouvelles inondations en Australie mercredi 30 mars 2022

1 / 13
Nouvelles inondations en Australie mercredi 30 mars 2022
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

A Fribourg, les activistes du climat sont condamnés

Plus d'articles sur le réchauffement climatique

«Des changements climatiques sans précédent»: le Giec dévoile son rapport

Link zum Artikel

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Link zum Artikel

La Suisse ne se rendra pas les mains vides à la COP26

Link zum Artikel

L'avenir de la planète angoisse de plus en plus de jeunes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le vote sur les F-35 pourrait aussi «réjouir» Viola Amherd
Cet été, l'initiative populaire contre l'achat de l'avion de combat F-35 devrait être définitivement déposée. Une votation pourra donc être possible avant l'expiration de l'offre de contrat.

Le Conseil fédéral ne veut pas attendre. La semaine dernière, il a décidé de signer les contrats d'acquisition de l'avion de combat F-35 avec le gouvernement américain «au plus tard pour le 31 mars 2023, c'est-à-dire pendant la période de validité des offres». Et ce, malgré la récolte de signatures en cours pour l'initiative populaire «Contre le F-35» du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), du Parti socialiste (PS) et des Verts.

L’article