DE | FR

Genève, pire ville romande dans la guerre contre le plastique

Image: Shutterstock
Une étude évalue les mesures anti-plastiques des capitales cantonales. Fribourg, Berne et Bâle arrivent en tête du classement.
12.07.2021, 09:2512.07.2021, 11:11

Fribourg est la ville romande la plus active sur les solutions de vaisselle réutilisable dans la lutte contre le plastique, alors que le bilan de Genève est médiocre, selon une étude de Greenpeace Suisse. Berne et Bâle se distinguent dans le haut du classement.

L'étude comparative, publiée lundi, a examiné de près les mesures prises jusqu’à présent pour soutenir les solutions réutilisables, en particulier lors de manifestations. Les résultats sont disponibles pour quatorze villes.

Le classement, par ville

  1. Bâle est premier avec 5,5.
  2. Berne suit avec un score de 5.
  3. Fribourg et Saint-Gall se situent «en bonne voie», avec un score de 4.
  4. Lucerne et Sion sont à égalité avec 3,5.
  5. Bilan mitigé pour Neuchâtel et Lausanne avec 3.
  6. Genève fait à peine mieux, avec 2,5.
  7. Zurich, Zoug, Coire, Frauenfeld et Schaffhouse - tous à 2 - n'ont fait «aucun effort significatif».

Cette étude ne tient pas compte des récentes annonces neuchâteloises et genevoises sur leurs prescriptions en matière de gestion des déchets.

La Suisse, quatrième plus gros pollueur d'Europe

La Suisse est le quatrième plus gros producteur de déchets par habitant et par an au niveau européen, souligne Greenpeace.

«Une part importante de ces déchets est composée d'emballages à usage unique, qu’ils soient en plastique ou composés de matériaux alternatifs. Les villes sont directement concernées. Elles doivent éliminer les ordures ménagères et gérer l’augmentation de déchets liés à la restauration à l’emporter»
L'analyse de la pollution en Suisse, par Greenpeace

Les villes ont un rôle central à jouer pour améliorer la situation. «Dans leur rayon d’action (elles) peuvent et doivent faire en sorte que le jetable devienne l’exception et le réutilisable la norme», indique l’expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse, Florian Kasser. Il s'agit notamment de développer une stratégie globale afin que toute activité sur le domaine public ne se fasse qu’avec du réutilisable.

Les bonnes pratiques d'une ville «réutilisable»

Les villes de Bâle et de Berne se rapprochent déjà de l’idéal d’une ville réutilisable. Elles ouvrent la voie dans plusieurs domaines et prouvent qu'il est possible de faire différemment pour les villes du bas de classement. Fribourg et Saint-Gall ont du chemin à parcourir pour rattraper le groupe de tête, mais sont en bonne voie.

Parmi les bonnes pratiques citées par Greenpeace:

  • Des plats à emporter vendus exclusivement dans de la vaisselle réutilisable dans les cantines du personnel communal, ce qui est le cas à Bâle, Berne, Lausanne, Sion et Saint-Gall.
  • Les deux premières villes du classement prescrivent, directement dans les baux, l’utilisation de vaisselle réutilisable aux fournisseurs de boissons et de nourriture dans les piscines, cantines scolaires ou musées communaux.
  • Les villes devraient également s'améliorer au niveau des adhésions à des organisations qui promeuvent les emballages réutilisables lors de manifestations et au niveau des prescriptions concernant les sacs réutilisables sur les marchés.

(ats/jch)

La piscine la plus insolite du monde se trouve à Dubaï

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Variole du singe: «Une horreur. Mon corps bougeait tout seul»
*Karine a contracté la variole du singe au mois de juillet. Cette Romande, qui fait partie de la communauté LGBT, nous raconte le calvaire qu'elle a traversé, entre douleurs aigües, dépistage maladroit et diagnostic tardif. Selon elle, les autorités suisses vont devoir réagir vite, sinon «on court à la catastrophe».

Entrons dans le vif du sujet: il parait que les douleurs sont très intenses. C'est vrai?
Absolument. C'est l'horreur, je n'avais jamais connu ça auparavant. Et pourtant, mon seuil de tolérance à la douleur est très haut! Je suis une baroudeuse, j'ai fait l'armée, je suis plutôt une dure à cuire.

L’article