DE | FR
Image: KEYSTONE

Que signifie pour la Suisse ce «oui» à l'article sur la protection du climat?

Trois mois après avoir rejeté la loi sur le CO2, le canton de Berne a voté en faveur d'un article pour la protection du climat. De nombreuses régions rurales ont soutenu la proposition. Mais d'où vient cette remise en question pour la politique climatique en Suisse? Décryptage.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
29.09.2021, 19:5430.09.2021, 16:55
Adrian Müller
Adrian Müller
Adrian Müller
Suivez-moi

Déjà, que s'est-il passé ?

Avec 63,9%, les Bernois ont voté en masse dimanche pour une plus grande protection du climat: Il s'agit du premier canton de Suisse à se lancer dans la mission ambitieuse suivante: d'ici 2050, il devra désormais tout mettre en œuvre pour atteindre l'objectif «zéro émission nette».

Ce qui est particulièrement frappant, c'est qu'il y a seulement trois mois, les zones rurales étaient contre la loi sur le CO2. Aujourd'hui, cette population est favorable à l'article sur la protection du climat. Une entrée dans la Constitution que tous les grands partis, sauf l'UDC, ont soutenu.

Un grand «oui» pour le climat, mais encore?

Taxes automobiles ajustées ou interdiction du chauffage au fioul: La grande querelle ne commencera qu'au moment de la mise en œuvre de l‘initiative. Néanmoins, le canton s'est engagé à aller de l'avant dans la protection du climat. «Berne envoie un signal très important. «Un grand oui donne à la protection du climat un vent de fraîcheur après le rejet de la loi sur le CO2», a déclaré la conseillère nationale verte Regula Rytz à watson.

L'ancienne présidente du Parti vert, Regula Rytz, applaudit la vague verte lors des élections.
L'ancienne présidente du Parti vert, Regula Rytz, applaudit la vague verte lors des élections.
«La protection du climat ne rend pas l'énergie plus chère, elle la rend au contraire moins chère»
Regula Rytz, conseillère nationale verte

La Verte explique que le sceptisme bernois sur la loi sur le CO2 est aussi lié à un problème de communication:

«Nous aurions dû montrer d’une meilleure manière que la protection du climat ne rend pas l'énergie plus chère, mais peut même la rendre moins chère et ce également pour la population rurale. Nous devons mettre encore plus en avant les avantages de cette pratique.»
Regula Rytz

Par exemple, les voitures électriques ne sont pas plus chères aujourd'hui que les véhicules à moteur, a-t-elle ajouté. «Dans la campagne, il faut donc créer l'infrastructure de tarification appropriée. C'est un devoir public».

Le président des Vert'libéraux, Jürg Grossen, vit dans l'Oberland bernois. Il observe des différences entre ville et campagne. Pour la première fois, il existe un large consensus sur le fait que quelque chose doit être fait.

«Le résultat est un engagement de la population en faveur d'une plus grande protection du climat»
Jürg Grossen, président des Vert'libéraux

La grande tâche consiste désormais à dénicher des solutions pour mettre en œuvre cette mission. Pour Jürg Grossen, il est positif que de nombreuses entreprises se fixent des objectifs ambitieux en matière de CO2. Cela, dans le but d’atteindre un objectif zéro émission, même sans réglementation légale.

«Sans les habitants ruraux, il n'y aura pas de changements. Nous devons mettre tout le monde d'accord»
Jürg Grossen, président des Vert'libéraux

Qu'il s'agisse de l'énergie solaire, éolienne ou hydroélectrique, a-t-il ajouté, les populations urbaines sont également dépendantes des campagnes. «Nous devons obtenir l'adhésion de tous», déclare Jürg Grossen.

Ce qu'en disent les militants pour le climat

Pour la jeune militante Lena Bühler, le grand oui du canton de Berne est un signe évident que toutes les classes sociales ont reconnu «l'urgence de la crise climatique».

Lena Bühler en conversation avec watson.
Lena Bühler en conversation avec watson.
«Les événements climatiques extrêmes de cet été y ont certainement contribué»
Lena Bühler, étudiante et militante pour le climat

Une autre raison de ce taux d'approbation élevé, selon elle, est probablement dû au fait que le lobby pétrolier ne s'est pas opposé à l’article constitutionnel.

«La Suisse, en tant que pays hautement développé, doit atteindre le "zéro émission nette" bien plus rapidement qu'en 2050»
Lena Bühler, étudiante et militante pour le climat

Dans quelle direction se projeter?

Loi sur le CO2 ou pas: Il y a un air de musique qui fredonne dans les cantons en matière de protection du climat. Ce sont eux qui décident des taxes sur les véhicules ou des spécifications pour la rénovation des bâtiments, qui représentent ensemble environ 60% des émissions.

  • Dans le canton de Zurich, par exemple, la nouvelle loi sur l'énergie sera soumise au peuple le 28 novembre: le cœur du projet est la disposition selon laquelle, les sources d'énergie renouvelables doivent être utilisées lors du remplacement des systèmes de chauffage et d'eau chaude dans les bâtiments.
  • Le canton de Fribourg a récemment mis en consultation un avant-projet de loi qui décrit comment le canton peut atteindre ses objectifs climatiques. Une commission du climat serait également créée.
  • Dans le canton de Berne, le Parlement débattra bientôt d'une nouvelle loi sur l'énergie. En outre, les Verts ont lancé une initiative pour donner un coup de pouce aux énergies renouvelables.

Au niveau national, la ministre de l'environnement et de l'énergie Simonetta Sommaruga a récemment présenté les nouvelles lignes directrices de la loi révisée sur le CO2. Cette mesure privilégie des incitations, plutôt que des interdictions:

  • Dans le secteur des transports, le gouvernement fédéral veut consacrer plus d'argent à l'expansion des stations de recharge afin que le nombre de voitures électriques augmente plus rapidement.
  • Les propriétaires de maisons, par exemple, seront plus fortement incités qu'auparavant à passer aux énergies renouvelables lors du remplacement de leur système de chauffage, grâce à des subventions supplémentaires.
  • Dans le domaine des transports publics, des fonds supplémentaires devraient permettre de mettre davantage d'e-bus en circulation.

L'initiative pour les glaciers appelle à une élimination rapide des combustibles fossiles afin que la Suisse atteigne effectivement l'objectif «zéro émission nette» d'ici 2050. Le Conseil fédéral a récemment présenté une contre-proposition. Pour l'heure, aucune information n'a été donnée concernant la date de votation de l'initiative.

Article traduit par Sejla Besic, la version originale ici.

Grève internationale du climat à Neuchâtel

1 / 5
Grève internationale du climat à Neuchâtel
source: grève du climat neuchâtel / grã¨ve du climat neuchã¢tel
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Paniqué par le changement climatique, ce Romand fait la révolution

Plus d'articles sur le climat

Italie: les pompiers combattent 500 incendies dus à des pics de chaleur

Link zum Artikel

Initiative pour les glaciers: le Conseil fédéral dit non et déçoit la gauche

Link zum Artikel

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Link zum Artikel

Face à la «pire nouvelle du climat», la Suisse s'inquiète et veut agir

Link zum Artikel

La Nasa et l'ESA s'allient pour le climat

Les deux agences spatiales veulent partager leur expertise en matière d'observation de la Terre. Le but? Apporter une réponse globale au changement climatique.

Parce que le changement climatique est un défi global qui n'attend pas, l'agence spatiale américaine (Nasa) et l'agence spatiale européenne (ESA) ont formé mardi un partenariat.

L'objectif de ce dernier est de mettre en commun leur expertise en matière d'observation de la Terre. Ils veulent ainsi mieux comprendre le changement climatique.

Ce partenariat a été formalisé par une déclaration d'intention. Cette dernière a été signée par:

Il vise à «tracer le chemin pour apporter une réponse globale …

Lire l’article
Link zum Artikel