ciel couvert
DE | FR
Suisse
Climat

Si tout le monde vivait comme ce Romand, la planète serait sauvée

Riwal Leemann avec son vélo dans un parc à Fribourg

Si tout le monde vivait comme ce Romand, la planète serait sauvée

Le Fribourgeois Riwal Leemann pédale pendant six heures pour rendre visite à ses parents le week-end, renonçant au train. Il étudie chaque jour sa consommation de CO2, qu'il évalue à 2,5 tonnes annuelles.
10.12.2023, 11:5110.12.2023, 17:55
Sabine Kuster / ch media
Plus de «Suisse»

Dans le train pour Berne, je regarde les nouvelles. J'apprends que la réalisation des objectifs climatiques de l'UE d'ici 2030 est menacée. L’année dernière, plus de 34 000 policiers ont été déployés en Allemagne contre les militants climatiques de «Die letzte Generation». Dans un journal, je lis:

«Comment vous pouvez faire du bien au climat rien qu'avec votre alimentation»

C'est un lundi matin ordinaire. Je rencontre Riwal Leemann dans un café. Trois semaines auparavant, nous avons fait connaissance au col du Sanetsch en Valais. L'étudiant participait à une excursion sur le glacier. Il avait pris le train de Fribourg jusqu'à Sion et de là, il a gravi 1 750 mètres à vélo jusqu'au point de rendez-vous alors que ses camarades étaient venus en bus. J'ai voulu en savoir plus sur son mode de vie. Il a immédiatement accepté que l'on se rencontre.

Le vélo, mieux que le train

Riwal Leemann commande une tasse de thé et un petit pain à la levure. Il le regrettera un peu plus tard, car il se souvient que la pâtisserie contient du beurre.

«Il faut rester de bonne humeur et ne pas culpabiliser constamment. Nous devrions tous faire de notre mieux, mais nous n’avons pas tous la même responsabilité.»
Riwal Leemann, activiste climatique et étudiant en géologie

Riwal Leemann, 20 ans, étudiant en géologie à Fribourg, est venu aujourd'hui à vélo jusqu'à moi. 75 minutes pour les 32 kilomètres qui séparent les deux villes. Durant son voyage, il a vu un milan royal.

Mais ce n'est pas tout. Lorsqu'il rend visite à sa mère près de la frontière française un week-end sur deux, il pédale durant six heures. Pourquoi ne prend-il pas le train? «Parfois, je le fais. Mais je veux utiliser le moins de moyens de transport possible», explique-t-il.

«Les transports publics, c’est bien, mais ces infrastructures génèrent aussi du CO2»
Riwal Leemann, activiste climatique et étudiant en géologie

C'est radical, mais Riwal Leemann dit qu'il est plus heureux qu'avant. Et bien sûr plus en forme. Il avait l'habitude de voyager souvent et sur de longues distances avec sa famille, notamment pour se rendre au Japon. Il y a cinq ans, quand il a compris les conséquences, il a arrêté. L'étudiant est de la génération Greta Thunberg. L’année 2018 l’a transformé. Et après une newsletter de Greenpeace expliquant les liens avec le réchauffement climatique, il a voulu en savoir plus.

Depuis trois ans, il n'a pas acheté de nouveaux objets. Ses vêtements sont de seconde main et il fait attention aux répercussions de chacune de ses dépenses. Son mode de vie génère 2,5 tonnes de CO2 par an. Le solde serait encore plus faible si son appartement n'était pas situé dans une maison ancienne. Pour vous donner une idée, un Suisse moyen produit 13,5 tonnes par an.

«On influence toujours les autres»

Mais à quoi bon faire tout ça? Les efforts d'une seule personne sont-ils vraiment suffisants?

«Je ne suis pas seul. Et on influence toujours un peu les autres»

Au cours des deux dernières années, deux de ses amis sont devenus végétariens. Sa mère ne prend plus du tout l'avion. Son frère rarement.

Seul son père continue. «Sa liberté est la chose la plus importante à ses yeux», confie Riwal. Ils ne s’entendent pas particulièrement bien. La question climatique est plus sensible dans sa sphère familiale et avec ses amis. «Mais le ton ne monte jamais», lance l'étudiant. Et non, cela ne le met pas en colère lorsque les autres ne veulent rien entendre.

«C’est une stratégie de défense du cerveau. Cela peut s’expliquer psychologiquement, c'est une façon de nier les faits.»
Vidéo: watson

Ce qui le met en colère par contre, c'est le système qui, selon lui, ne fournit pas de meilleures informations à la population. Si tout le monde comprenait ce que lui-même a découvert, les gens changeraient de comportement.

«Les conséquences de notre consommation et de notre mobilité sont mal connues. Nous vivons dans un monde limité, et ceux qui ont plus de revenus les utilisent davantage.»

Il renonce à beaucoup de confort (sans même en avoir conscience), participe à des grèves pour le climat à Fribourg, organise des soirées d'information sur le climat et siège au parlement des jeunes de la ville. Il est également membre de «Renovate Switzerland», l'organisation qui a lancé jusqu'à récemment les campagnes de blocage des autoroutes. Aujourd’hui, elle veut attirer l’attention sur l’urgence climatique par des marches.

Empathie pour les automobilistes

Riwal Leemann explique qu'il ne s'est jamais collé la main sur la route, mais que la désobéissance civile est un droit fondamental et un moyen de faire passer un message.

«Mais j'ai aussi de l'empathie pour les automobilistes»

Lui et ses camarades distribuaient des dépliants à ceux qui attendaient dans les embouteillages pour leur dire que la police arriverait bientôt et qu'ils pourraient repartir. «C'est passionnant de discuter avec les conducteurs, et ils ne sont pas tous fâchés», affirme l'étudiant.

Ma dernière tentative pour trouver un point faible: le Fribourgeois ne s'épuise-t-il pas à force de vouloir ouvrir les yeux de tout le monde?

«Je sais quand je dois faire une pause»

Il a découvert la randonnée il y a neuf ans grâce à un ami. Pour lui, la nature est «une source de vie». Le grand air pour se ressourcer, donc. De toute façon, il n'a jamais aimé faire la fête.

Riwal Leemann n'a pas fini son travail intérieur et il change d'habitude tous les jours. «Je peux encore m'améliorer et essayer d'éviter d'en faire trop.» Il rêve de pouvoir vivre en totale autosuffisance. Il faut environ 1 000 mètres carrés pour nourrir une personne si l'on n'élève pas d'animaux.

«Ce serait suffisant pour tout le monde»

L'année prochaine, il changera de domaine d'études pour passer de la géologie aux sciences de l'environnement. Enfant, il voulait devenir paléontologue. Aujourd’hui, au lieu d’explorer le passé, il souhaite trouver comment préserver la vie future.

Grève pour le climat à Berne, en images
1 / 11
Grève pour le climat à Berne, en images
Plusieurs dizaines d'activistes du climat ont observé un sit-in vendredi au centre de Berne à l'occasion de la grève internationale du climat.
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
Des activistes du climat bloquent l'autoroute
Video: watson
8 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
8
Ce qu'il faut savoir sur les résultats des votations de ce dimanche
Le 3 mars, les choses sérieuses commencent en Suisse. Deux initiatives fédérales concernant l'AVS seront soumises au verdict des urnes. L'une demande une 13e rente AVS, l'autre veut augmenter l'âge de la retraite. Tout ce qu'il faut savoir.

L'AVS doit-elle être élargie? Faut-il travailler plus longtemps? C'est précisément les deux questions auxquelles les électeurs suisses doivent répondre ce dimanche. En effet, il faudra se prononcer sur une initiative qui veut ajouter une 13ᵉ rente AVS ainsi qu'une autre, qui veut relever l'âge de la retraite à 66 ans et lier ce dernier ensuite à l'espérance de vie.

L’article