Suisse
Climat

Grève pour l'avenir:«Travailler moins pour vivre mieux et moins polluer»

«Travailler moins et moins polluer», la Grève pour l'avenir en images

De Lausanne, en passant par Delémont, Neuchâtel, Genève et Zurich, la Grève pour l'avenir s'est fait entendre aujourd'hui. Avec un nouvel argument de taille: «Travailler moins, pour polluer moins et vivre mieux». Retour en images sur cette journée.
09.04.2022, 17:1510.04.2022, 09:28
Plus de «Suisse»
Des personnes manifestent pour reclamer une reduction du temps de travail, lors de la journee d'action nationale de la Greve pour l'Avenir le samedi 9 avril 2022 a Lausanne. La Greve pour l& ...
Des personnes manifestent pour réclamer une réduction du temps de travail, lors de la journée d'action nationale de la Greve pour l'Avenir le samedi 9 avril 2022 à Lausanne.Image: sda

La Grève pour l'avenir a rassemblé plusieurs centaines de manifestants samedi dans une dizaine de villes de Suisse. Avec partout la même revendication: travailler moins pour protéger le climat et améliorer la qualité de vie.

    Réduction du temps de travail

    «C'est une revendication de convergence, notre plus petit dénominateur commun», explique Alexis Dépraz, l'un des membres vaudois de la Grève pour l'avenir. Cette coalition regroupe depuis fin 2020 des organisations écologistes, féministes ou encore syndicales.

    La réduction du temps de travail permet d'agir «à plusieurs niveaux», continue le militant. Il estime qu'en travaillant moins (mais sans perte de salaire), il serait possible:

    • de limiter la surproduction nuisible à l'environnement,
    • réduire le stress au travail,
    • tendre vers le plein-emploi,
    • ou mieux répartir les tâches entre les femmes et les hommes.

    Pour amener dans la rue cette thématique, qui sera déclinée sous différentes formes dans les mois à venir, la Grève pour l'avenir a organisé plusieurs activités samedi dans une dizaine de villes du pays, entre tenue de stands et manifestations.

    Un demi-millier à Lausanne

    A Lausanne par exemple, ils étaient environ un demi-millier à partir vers 15 heures de la place de la Riponne pour un circuit au centre-ville. Plusieurs discours ont été prononcés au cours de la manifestation, en lien avec la réduction du temps de travail, mais aussi sur d'autres thèmes d'actualité, comme la guerre en Ukraine.

    Partout en Suisse

    Un peu plus tôt à Genève, près de 250 personnes ont marché depuis la place Lise Girardin jusqu'à La Rotonde du Mont-Blanc. Comme à Lausanne, les manifestants ont défilé derrière une banderole de tête où il était écrit: «Travailler moins, polluer moins, vivre mieux.»

    La plupart des slogans étaient en lien avec la crise climatique, à l'instar des habituels «1, et 2 et 3 degrés, c'est un crime contre le monde entier!» ou encore «A ceux qui veulent polluer le monde: le monde est en résistance».

    Protesters take part in a climate strike rally calling for work hours to be reduced, in Zurich, Switzerland, on Saturday, April 9, 2022. The movement sees a reduction of working hours as a contributio ...
    A Zurich aussi, les protestataires s'étaient munis de pancartes très créatives.Image: sda

    Le nucléaire était fustigé par de nombreuses pancartes: «La sortie du nucléaire et les engagements climatiques vont de pair». Des manifestants ont aussi appelé à plus de justice sociale, tandis que les banderoles syndicales figuraient en bonne place dans le cortège.

    D'autres manifestations ont été organisées simultanément en Suisse, par exemple à Neuchâtel et Delémont. Côté alémanique, ils étaient environ un millier à défiler au centre-ville de Zurich.

    Protesters show a placard reading "come to the bright side" as they take part in a climate strike rally calling for work hours to be reduced, in Zurich, Switzerland, on Saturday, April 9, 20 ...
    Sur les pancartes étaient notamment marquées «Voir le bon côté des choses».Image: sda

    Moins mobilisés

    Ces différents rassemblements ont toutefois été loin de mobiliser autant que par le passé, par exemple lors des grèves pour le climat. «Il est effectivement difficile de remobiliser les gens après le Covid-19», a reconnu Thomas Bruchez, l'un des organisateurs.

    La mobilisation a �t� relativement modeste, en comparaison par exemple aux pr�c�dentes marches pour le climat.
    Les mobilisations lors de la Grève pour l'avenir ont connu un moins bon succès le 9 avril que lors des précédents rassemblements.Image: sda

    «A cela s'ajoute le contexte lié à la guerre en Ukraine qui prend à juste titre beaucoup de place. Il y a une certaine fatigue des militants», a-t-il relevé. (ats/myrt)

    22 photos d'animaux mignons
    1 / 24
    22 photos d'animaux mignons
    source: reddit
    partager sur Facebookpartager sur X
    0 Commentaires
    Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
    Les Américains sont jaloux d'un petit village suisse de 201 habitants
    Un New-Yorkais passionné de transports publics a osé comparer le nombre de navettes en partance de l'aéroport de Kansas City, à la fréquence des cars postaux d'un petit arrêt situé dans l'Oberland bernois. Si la publication fait un carton sur la plateforme X, elle révèle la frustration des Américains, l'étonnante fierté des Suisses et surtout la mauvaise foi de son auteur.

    Hayden Clarkin se décrit lui-même comme «un passionné des transports, mais aussi d'Adele et de ABBA», qui est «parfois connu sous le nom de Monsieur Transports en commun». Ce jeune New-Yorkais, riche de 120 000 abonnés sur la plateforme d'Elon Musk, adore infuser son savoir dans de petites informations croustillantes, parfaites pour briller à l'heure de l'apéro. Cette semaine, sa contribution la plus populaire est plus volontiers provoc qu'informative.

    L’article