DE | FR
Image: ats
Commentaire

Non, la loi sur le cinéma ne garantit pas de meilleurs films suisses

Ne serait-ce pas bien si le policier valaisan Bax, de l'étonnante série suisse Tschugger, pouvait aussi être vu en Uruguay? Bien sûr que oui! Mais la Lex Netflix n'est pas nécessaire pour ça.
08.05.2022, 07:58
doris kleck / CH média

Les partisans de la loi sur le cinéma ne sont pas très tendres avec leurs adversaires. On pourrait se réjouir que les jeunes partis de l'UDC, du PLR et des Verts libéraux remettent en question les décisions du Parlement, qu'ils lancent un référendum et imposent un débat de fond sur l'encouragement du cinéma - alors qu'on aime tant se plaindre de l'apolitisme de la jeunesse et qu'on veut lutter contre cela en votant à 16 ans.

Les sondages prédisent un résultat étriqué lors du vote sur la loi sur le cinéma, plus connue sous le nom de la «Lex Netflix». Les jeunes partis ont touché une corde sensible, ce qui ne plaît pas aux politiciens établis et aux acteurs culturels.

Certes, en termes monétaires, c'est un montant modeste. Les cinéastes espèrent 18 millions de francs supplémentaires grâce à la modification de la loi: 18 millions que quelqu'un devra payer.

C'est vrai qu'il y a peu d'enjeux financiers. Mais la loi sur le cinéma est une bonne occasion de procéder à quelques réflexions de base.

La modification de la loi vise à créer une «égalité de traitement». C'est l'un de ces arguments-massues qui sont trop souvent utilisés dans les débats politiques. Aujourd'hui déjà, les chaînes de télévision suisses doivent verser une taxe de 4% pour le cinéma local.

Désormais, les fournisseurs de streaming comme Netflix, Amazon, Disney+ ou Apple TV devront également investir 4% de leurs recettes brutes dans la création cinématographique suisse indépendante. Soit en achetant des droits de films ou de séries, soit en les produisant eux-mêmes ici, soit en versant directement l'obole à l'Office fédéral de la culture. La même règle doit aussi s'appliquer aux chaînes de télévision étrangères disposant de fenêtres publicitaires suisses, comme Pro 7.

Dommages collatéraux

Les mêmes obligations pour tous, donc. Mais il y a un hic: le Parlement n'a pas seulement étendu le champ d'application de la règle des 4%, il a également durci les règles.

Jusqu'à présent, les chaînes de télévision privées pouvaient comptabiliser leurs propres productions comme un investissement, mais ce n'est plus possible. Cela concernerait notamment la chaîne alémanique 3+, qui appartient à la société sœur de watson, CH Media.

Mais il y a matière à s'en offusquer: pourquoi l'Etat doit-il imposer à une chaîne de télévision privée qu'elle investisse ses moyens dans un film suisse plutôt que dans une émission de divertissement à forte audience?

Les partisans de la «Lex Netflix» vont même jusqu'à parler d'un projet pour les PME, car les films et les séries suisses sont visionnés et achetés par les entreprises locales. On peut se demander si les emplois internes des chaînes de télévision valent moins que les autres.

Le Parlement et le Conseil fédéral avaient en fait de bonnes intentions, ils veulent éviter que la Suisse ne devienne:

«Un magasin de self-service pour les grands groupes mondiaux»
Selon Alain Berset

Pour cela, ils sont manifestement prêts à accepter des dommages collatéraux. Mais la question la plus décisive est la suivante: est-ce que plus d'argent améliore réellement le cinéma suisse?

Environ 105 à 120 millions de francs sont aujourd'hui consacrés à l'aide au cinéma. Il existe divers pots, la SSR y joue également un rôle important. Cet encouragement est indiscutable. Les films et les séries suisses sont des vecteurs d'identité. C'est effectivement formidable de pouvoir s'amuser avec le policier Bax de Tschugger lors d'un dîner entre amis et de se moquer du Valais.

Et oui, cela peut aussi être plus sérieux: les cinéastes doivent tendre un miroir à la société. Seulement, davantage d'argent ne garantit ni le succès, ni la qualité - les nombreux ratés des productions suisses sont là pour en attester.

Ceux qui préfèrent se référer aux chiffres peuvent se rendre sur l'Office fédéral de la statistique. En 2019 (avant la pandémie), les cinémas du pays ont projeté environ 300 films suisses - la majorité d'entre eux ont enregistré moins de 1000 entrées.

Il n'y a pas besoin de fonds supplémentaires

Une nouvelle loi ne garantit pas la créativité. Il est intéressant de noter que les opposants comme les partisans du projet de loi mettent en avant la série Tschugger. Cette comédie policière valaisanne est une production à petit budget et prouve que beaucoup d'argent ne fait pas tout. Parallèlement, elle a été coproduite par la RTS et le fournisseur de streaming Sky. La série sera bientôt diffusée en Allemagne et en Autriche, une version anglaise est également prévue pour être diffusée dans le monde entier.

Autrement dit, il existe déjà aujourd'hui, et sans la "Lex Netflix", des productions suisses qui intéressent les fournisseurs de streaming internationaux. Tout simplement parce qu'elles sont bien faites. La série Quartier des banques de la RTS a réussi à investir le marché international - elle a été vendue dans une douzaine de pays. Netflix a également acheté et diffusé la série Station Horizon, un western moderne tourné dans le Valais.

Les productions réussies existent donc. Les cinéastes suisses peuvent et doivent se faire confiance. Même sans taxe d'investissement ni quota de 30% pour les films européens. Les fournisseurs de streaming respectent déjà ce dernier. Le conseiller fédéral Berset a d'ailleurs déclaré à 20 Minuten que cela ne ferait aucune différence si elle avait été oubliée dans la loi.

Et nous nous demandons donc: pourquoi inscrire quelque chose dans la loi si c'est inutile? Et encore: pourquoi pas un quota pour le cinéma suisse, alors qu'il a besoin de plus de soutien? Peut-être parce que le Parlement sait lui aussi qu'on ne peut pas forcer les gens à protéger leur patrimoine. Sur les plateformes de streaming, un film sur dix vient de Suisse. La demande est si faible qu'elle n'apparaît dans aucune statistique.

21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars

1 / 22
21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le témoignage d'Amber Heard durant le procès qui l'oppose à Johnny Depp

Le streaming, c'est la vie:

Better Call Saul: le duo de Breaking Bad est de retour et les fans adorent

Link zum Artikel

Voici les deux séries qui vont vous assoir dans votre canapé ce week-end

Link zum Artikel

L'ultimatum, la nouvelle télé-réalité délicieusement gênante de Netflix

Link zum Artikel

Ces 5 spin-offs Game of Thrones sont prévus

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Scarifié par des néonazis? Ce jeune Romand a inventé son agression
En janvier dernier, le récit de son attaque par des néonazis à Neuchâtel avait ému la toile. En fait, ce jeune homme a tout inventé... au point de se scarifier la joue lui-même avec une croix gammée.

Il y a quelques mois, l'affaire avait ému le canton de Neuchâtel, comme le rappellent, vendredi, nos confrères d'Arcinfo. Un jeune homme de 28 ans racontait s'être fait taillader une croix gammée sur le visage. Il aurait été la cible d'une bande de jeunes néonazis parlant allemand, pour des motifs, selon lui, «racistes». D'importants moyens avaient alors été déployés par la police pour découvrir le fin mot de cette histoire.

L’article