DE | FR
Commentaire

Les règles n'ont pas fini de nous saigner

Mardi, le Conseil national a accepté d'abaisser la TVA sur les protections menstruelles. Un premier pas dans la bonne direction, mais il y a encore un sacré bout de chemin à parcourir.
11.05.2022, 18:4912.05.2022, 06:09
Suivez-moi

Enfin! Hier, le Conseil national a accepté l'idée de considérer les protections menstruelles comme des biens de première nécessité. En conséquence, la TVA sur ces articles pourrait passer de 7,7% à 2,5%.

Même si ce premier pas symbolique me réjouit - je suis ravie qu’en 2022, les protections hygiéniques, indispensables à la moitié de l'humanité, soient finalement jugées aussi «nécessaires» que la litière pour chat ou les fleurs coupées - le combat est loin d'être gagné.

Pourquoi? Premièrement, parce que la motion déposée par Jacques-André Maire en 2017, puis acceptée par le Conseil fédéral en 2019, doit maintenant être approuvée par le Conseil des Etats. Ce qui n'est pas encore acquis. Et même si c’est le cas, la mesure n’entrera pas en vigueur avant... début 2023, au plus tôt!

«Taxe rose», tu nous coûtes trop cher!

Ensuite et surtout, parce que même si les protections menstruelles nous reviennent moins chères, nous continuerons à subir la charge financière de la «taxe rose», expression qui qualifie la différence de prix entre les produits dits masculins et féminins.

Par exemple, les produits cosmétiques ou le coiffeur: en 2018, Bilan a estimé que les femmes dépensaient 130’000 francs de plus que les hommes au cours de leur vie active. La preuve en vidéo: 4 étudiants de master en journalisme de l’Académie du journalisme et des médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel se sont rendus dans un magasin pour comparer les montants. Et le résultat est sans appel.

La «taxe rose» en Suisse👇

Le chemin est encore long

Certes, la parole autour des règles se libère peu à peu et le tabou qui les entoure se fissure gentiment. Trop lentement encore? Sans aucun doute. Bien sûr, je préfèrerais des avancées plus rapides et des mentalités moins fermées. Je rêverais de pouvoir aller chercher gratuitement des tampons au distributeur des toilettes d’un café chaque fois que je les oublie à la maison.

Et ça serait tellement cool d’en avoir dans chaque entreprise, sans devoir être celle qui propose l’idée au chef

Mais j’essaie de voir le verre à moitié plein: mieux vaut une petite victoire qu'une grande défaite, n'est-ce pas? La décision du Conseil national montre tout de même qu’on nous écoute, enfin! Mais dans la pratique, il reste clairement du chemin à faire... et mon porte-monnaie risque de souffrir encore un moment!

25 panneaux de toilettes qui sont drôles (ou sexistes)

1 / 27
25 panneaux de toilettes qui sont drôles (ou sexistes)
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Une sénatrice américaine explose sur le droit à l'avortement

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Pas de matériel de guerre suisse en Ukraine: le paradoxe de la neutralité
La neutralité armée implique que la Suisse dispose de sa propre industrie d'armement. L'interdiction de livrer des armes contenant des composants suisses remet en question ce système. La ministre de la Défense Viola Amherd s'est exprimée sur cette contradiction.

L'interprétation de la neutralité de la Suisse anime les débats. Au niveau national, les présidents du PLR et du Centre critiquent fortement la situation. Au niveau international, le vice-chancelier allemand Robert Habeck a déclaré dimanche à Davos: «Si l'on refuse de livrer des armes, on ne fait plus la différence entre l'agresseur et l'agressé. Une loi qui est quasiment aveugle à la Russie et à l'Ukraine est une loi qui ne comprend plus la réalité.» Le président letton, Egils Levits, a lui aussi déclaré:

L’article