stratus fréquent
DE | FR
Suisse
Commentaire

Vaccin Covid: du Stress sur scène, de la panique dans la stratégie

Stress et Berset sur la même scène? Presque.
Stress et Berset sur la même scène? Presque.montage photo: saïnath bovay
Commentaire

Vaccination: du Stress sur scène, de la panique dans la stratégie

Le Conseil fédéral prévoit des concerts et des conseils pendant une semaine pour faire face à la très probable baffe pandémique que la Suisse va se manger avant Noël. L'opération dispose (pour l'anecdote) d'un budget trois fois plus dodu que celui du Paléo Festival.
03.11.2021, 19:3404.11.2021, 11:53
Suivez-moi

«Sortir ensemble de la pandémie». C'est le slogan dévoilé aujourd'hui par le Conseil fédéral pour regarder l'hiver covidien dans le blanc des yeux. Et surtout pour mener à bien une Semaine de la vaccination de la dernière chance, en sachant que la Suisse risque fort de se manger une énième baffe sanitaire. Qu'on s'en fiche ou non, les cas augmentent plus vite que nos chances de passer le Nouvel-An à se rouler des pelles sous le gui. Et nous voilà flanqués d'un slogan aussi mou que la volonté des irréductibles récalcitrants à s'approcher d'une aiguille.

Foutu pour foutu

Le programme de ce festival de bonnes intentions? Concerts de Stress et de Sophie Hunger, conseils personnalisés, râteliers à seringues et estafettes de l'OFSP dans tout le pays. Coût de cette mascarade fédérale? 100 millions de francs. Un budget trois fois plus dodu que celui du Paléo Festival sauf qu'ici, aucune chance d’afficher sold-out. On est tenté de confier la gestion de la vaccination à Daniel Rossellat, lui qui parvient à convaincre 5000 citoyens de bosser bénévolement sans le moindre slogan.

Pourtant, le Conseil fédéral y croit très fort, même s'il n'a aucun objectif réaliste à proposer. Nous sommes aujourd'hui en mode foutu pour foutu. «Chaque vaccination est un combat de gagné» nous a assuré Guy Parmelin mercredi. Réunir deux ou trois stars nationales comme autant de mascottes vaccinales et brancher les guitares sur la place fédérale devrait faire l'affaire. Notre président va même jusqu'à tenter une prière apéritive à la vaudoise:

«Jusqu’ici, je n’avais jamais entendu qu’il y avait une contrindication à boire du vin et se faire vacciner»
Guy Parmelin

Nul besoin d'être un crac en communication pour savoir qu'intimer un peuple à s'unir, signifie qu'il ne l'est pas. Et une pandémie, c'est un ennemi qu'il faut abattre, pas une épicerie bio de laquelle on s’échappe en sifflotant un samedi matin. Alors «sortir ensemble de la pandémie», comme ça, simplement en chanson, c'est non. La cinquième vague devrait nous le prouver avec une rigueur qu'on n'espérait pas vraiment. Et puis, comme pour les Bleus lors de la Coupe du monde 2002: un hymne ne suffit pas pour être champion et pour être «tous ensemble».

Copin comme cochon: Les expressions

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berset risque de connaître le même sort que Churchill et de Gaulle
Ils restent dans l'Histoire comme de grands hommes, mais vient un moment où ils sont dégagés du pouvoir. Après Churchill et de Gaulle, le sort (toute proportion gardée) d'Alain Berset, englué dans l'affaire des Covid-leaks? Suspense.

De Gaulle, Churchill, Berset: cherchez le point commun. Bien vu: le couvre-chef. Mais encore? La guerre. Et vous voyez peut-être où je veux en venir. On n’est pas tous d’accord là-dessus: vous êtes un certain nombre à penser que la pandémie de Covid-19, à ses moments les plus intenses, «vagues», «pics» et autre «nombre de morts», ne fut pas comparable à une situation de guerre. Je crois l’inverse.

L’article