DE | FR
Stress et Berset sur la même scène? Presque.
Stress et Berset sur la même scène? Presque.montage photo: saïnath bovay
Commentaire

Vaccination: du Stress sur scène, de la panique dans la stratégie

Le Conseil fédéral prévoit des concerts et des conseils pendant une semaine pour faire face à la très probable baffe pandémique que la Suisse va se manger avant Noël. L'opération dispose (pour l'anecdote) d'un budget trois fois plus dodu que celui du Paléo Festival.
03.11.2021, 19:3404.11.2021, 11:53
Suivez-moi

«Sortir ensemble de la pandémie». C'est le slogan dévoilé aujourd'hui par le Conseil fédéral pour regarder l'hiver covidien dans le blanc des yeux. Et surtout pour mener à bien une Semaine de la vaccination de la dernière chance, en sachant que la Suisse risque fort de se manger une énième baffe sanitaire. Qu'on s'en fiche ou non, les cas augmentent plus vite que nos chances de passer le Nouvel-An à se rouler des pelles sous le gui. Et nous voilà flanqués d'un slogan aussi mou que la volonté des irréductibles récalcitrants à s'approcher d'une aiguille.

Foutu pour foutu

Le programme de ce festival de bonnes intentions? Concerts de Stress et de Sophie Hunger, conseils personnalisés, râteliers à seringues et estafettes de l'OFSP dans tout le pays. Coût de cette mascarade fédérale? 100 millions de francs. Un budget trois fois plus dodu que celui du Paléo Festival sauf qu'ici, aucune chance d’afficher sold-out. On est tenté de confier la gestion de la vaccination à Daniel Rossellat, lui qui parvient à convaincre 5000 citoyens de bosser bénévolement sans le moindre slogan.

Pourtant, le Conseil fédéral y croit très fort, même s'il n'a aucun objectif réaliste à proposer. Nous sommes aujourd'hui en mode foutu pour foutu. «Chaque vaccination est un combat de gagné» nous a assuré Guy Parmelin mercredi. Réunir deux ou trois stars nationales comme autant de mascottes vaccinales et brancher les guitares sur la place fédérale devrait faire l'affaire. Notre président va même jusqu'à tenter une prière apéritive à la vaudoise:

«Jusqu’ici, je n’avais jamais entendu qu’il y avait une contrindication à boire du vin et se faire vacciner»
Guy Parmelin

Nul besoin d'être un crac en communication pour savoir qu'intimer un peuple à s'unir, signifie qu'il ne l'est pas. Et une pandémie, c'est un ennemi qu'il faut abattre, pas une épicerie bio de laquelle on s’échappe en sifflotant un samedi matin. Alors «sortir ensemble de la pandémie», comme ça, simplement en chanson, c'est non. La cinquième vague devrait nous le prouver avec une rigueur qu'on n'espérait pas vraiment. Et puis, comme pour les Bleus lors de la Coupe du monde 2002: un hymne ne suffit pas pour être champion et pour être «tous ensemble».

Autres punchlines: celles de Marie-Adèle:

Le Covid ces dernières heures

Une nouvelle vague Covid arrive: et si on s'en fichait?

Link zum Artikel

Le Covid a (encore) fait émerger un nouveau mot

Link zum Artikel

Covid: tout savoir sur les dernières décisions du Conseil fédéral

Link zum Artikel

Une propriétaire romande refuse de vendre sa maison à des vaccinés

Link zum Artikel
L'Euromillions promet 100 millionnaires vendredi. On vous aide à gagner?
Vendredi 21 janvier, la Loterie romande annonce une pluie de millionnaires à l'Euromillions. L'occasion rêvée pour vous expliquer comment les mathématiques peuvent (un peu) vous aider à remporter le pactole.

Vendredi 15 octobre, un heureux français a gagné 220 millions d'euros à l'Euromillions, soit le plus gros jackpot de l'histoire de la loterie européenne. N'est-ce pas le bon moment pour se demander si les maths ne peuvent pas donner les numéros gagnants?

L’article