DE | FR
Le personnel soignant de l'hôpital universitaire de Zurich a récemment manifesté pour de meilleures conditions de travail.
Le personnel soignant de l'hôpital universitaire de Zurich a récemment manifesté pour de meilleures conditions de travail.
Commentaire

Les infirmiers sont les «souffre-douleur» de notre système de santé

L'initiative sur les soins infirmiers obtient un score élevé dans les sondages, notamment grâce à la pandémie. Mais, depuis longtemps, le personnel infirmier fait les frais de la pression exercée pour économiser de l'argent dans le système de santé.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
01.11.2021, 16:4601.11.2021, 16:59
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

Il y a de bonnes raisons de rejeter l'initiative sur les soins infirmiers. Elle confère à un groupe professionnel une position particulière dans la Constitution fédérale. Entre autres, parce qu'elle demande que le Conseil fédéral influence les salaires.

Pourtant, il est fort probable que le texte soit accepté le 28 novembre. Dans les premiers sondages de Tamedia et de la SSR, il obtient un taux d'approbation d'environ 80%. De plus, l’opposition a peu de ressources: qui va oser critiquer le personnel infirmier?

En effet, la profession bénéficie généralement d'une grande sympathie parmi la population. Après tout, nous devons tous nous attendre à être, un jour ou l'autre, dépendants des bons soins des employés de santé. Qui plus est, la crise du Covid a encore accru la sympathie à leur égard. Seuls les opposants endurcis aux mesures ou les négationnistes de la pandémie ne veulent pas admettre à quel point la profession est sollicitée.

Plus de 40% lâchent l'affaire

S'occuper des patients Covid est exigeant. De nombreux infirmiers et infirmières se plaignent d'être épuisés. La contre-proposition indirecte du Parlement veut répondre à ce problème en prévoyant que les autorités soutiennent la formation du personnel infirmier en investissant près d'un milliard sur huit ans.

Cela ne suffit pas aux initiants. Ils soulignent que plus de 40% du personnel infirmier quitte la profession après quelques années seulement. La formation n'est pas le principal problème, ce sont les conditions de travail. Si le problème est exacerbé par Covid, ses causes réelles résident dans le système de santé suisse:

  • Il est de grande qualité.
  • C'est le deuxième plus cher au monde derrière celui des Etats-Unis.

Mais pourquoi?

Ce n'est qu'en partie dû au vieillissement de la société et aux progrès de la médecine - cette évolution se retrouve partout en Europe. En Suisse, en revanche, le système est truffé d'éléments dissuasifs qui sont exploités par les médecins, les laboratoires pharmaceutiques et les hôpitaux.

L'assurance complémentaire en est un bon exemple. L'autorité de surveillance des marchés financiers, la Finma, a constaté, à la fin de l'année dernière, que les factures dans ce domaine «sont souvent peu transparentes et semblent dans certains cas injustement élevées ou injustifiées». Le surveillant des prix, Stefan Meierhans, a, lui aussi, soulevé cette critique récemment.

Le système est détourné

Les experts parlent d'une «prolifération» des assurances complémentaires. Les médecins et les hôpitaux en profitent pour «trafiquer» le système avec des factures truquées. En définitive, cela a également un impact sur l'assurance de base. Même l'association hospitalière H+ a admis des «dysfonctionnements» à la NZZ, mais s'est défendue de toute «responsabilité».

Un autre problème est celui des traitements inutiles qui violent l'éthique de la profession médicale. Pourtant, le système suisse y invite. Même dans un domaine aussi délicat que la chirurgie de la colonne vertébrale, «on pratique beaucoup trop d'interventions chirurgicales», peut-on lire dans le Tages-Anzeiger. La déclaration ne vient pas d'un politicien adepte d'austérité, mais d'un médecin spécialiste.

Economie de personnel infirmier

C’est une exception car, en règle générale, les médecins, les entreprises pharmaceutiques et les hôpitaux défendent farouchement leur chapelle. Ils s'opposent même à des solutions raisonnables telles que le nombre minimum de cas pour les interventions chirurgicales. De leur côté, les caisses d'assurance maladie accusent les politiciens d'être à l'origine du problème. Depuis des années, elles éprouvent des difficultés à réformer le tarif médical Tarmed, par exemple.

Du coup, comment économiser? A droite, on s'en prend au personnel infirmier. Contrairement aux autres acteurs du secteur de la santé, les soignants ne disposent pas d'un lobby puissant, il est donc plus facile de mener des mesures d'austérité à leur encontre.

Nous faisons partie du problème

Forcément, la qualité des soins en souffre. «La pression pour faire des économies aggrave la situation. En tant qu'infirmière, vous êtes responsable de plus en plus de patients», a déclaré Hélène Stucki, une ex-infirmière de 55 ans de Berne, à la NZZ. Elle a quitté son emploi après 30 ans. «Je n'aurais pas pu le supporter jusqu'à ma retraite», a-t-elle déclaré.

De nombreuses personnes observent cette situation, pas seulement lorsqu'elles bénéficient de soins, mais aussi quand elles rendent visite à leurs proches dans une maison de retraite ou un hôpital. C'est ce qui explique le taux de popularité élevé de l'initiative sur les soins. Au mieux, le Covid agit comme un multiplicateur. Il s'agit également d'un sentiment de culpabilité, car en fin de compte, nous faisons tous partie du problème.

Grand intérêt pour les soins

Nous avons une mentalité d'assistés, qui est renforcée par l'augmentation des primes d'assurance maladie - le «répit» actuel n'est que temporaire. Dans les sondages, une majorité de personnes s'accroche au libre choix du médecin, mais y renonce en choisissant un modèle d'assurance favorable. C'est compréhensible, mais aussi contradictoire.

Pourtant, l'intérêt pour les professions infirmières est grand, et avec la pandémie, il a même augmenté. Cela n'est surprenant qu'à première vue. De nombreuses personnes trouvent satisfaisant d'aider les personnes âgées et les malades, malgré la forte sollicitation physique et mentale, malgré le travail posté.

Neuf infirmiers sur dix souhaiteraient rester plus longtemps dans la profession, selon une étude réalisée par la Haute école spécialisée de Zurich (Zhaw). Le pourcentage élevé de personnes qui quittent la profession s'expliquerait par différents facteurs:

  • La recherche d'un meilleur salaire.
  • La quête de plus d'appréciation.
  • Le désir d'avoir moins de pression liée au travail.

Le bien-être du personnel infirmier dépend des conditions de travail. On peut se demander si l'initiative sur les soins infirmiers aura beaucoup d'effet à cet égard. Le texte de l'initiative lui-même prévoit que la Confédération agisse «dans le cadre de ses compétences». Et elles sont limitées. Le gouvernement fédéral ne gère pas les hôpitaux, les maisons de retraite ou les services Spitex.

Cela invite presque à une mise en œuvre «édulcorée». Il se peut qu'un «Oui» clair apporte certaines améliorations. Mais au niveau fédéral, il n'en résultera guère plus que l'offensive de formation envisagée dans le contre-projet. Le personnel infirmier risque de rester le «souffre-douleur» d'un système de santé dysfonctionnel.

Malgré le Covid et les grèves, ils veulent devenir infirmiers

Plus d'articles sur les infirmiers et les infirmières

«On a fait le maximum, mais là on n'en peut plus!» C'est la grève au Chuv

Link zum Artikel

«Il n'y a pas d'autres choix que la grève pour qu'on nous écoute»

Link zum Artikel

L'initiative des soins infirmiers va trop loin pour le Conseil fédéral

Link zum Artikel

Un «oui» clair à la loi Covid et aux soins infirmiers se profile

Link zum Artikel
Alain Berset promet que le certif' Covid en Suisse, c'est bientôt fini
Le ministre de la santé Alain Berset souhaite mettre un terme au certificat Covid dans les meilleurs délais. L'obligation pourrait être levée d'ici peu, a-t-il suggéré dans la presse ce week-end.

L'obligation de présenter le pass Covid pourrait bientôt être supprimée en Suisse, a annoncé le ministre de la santé Alain Berset dans une interview publiée samedi dans le journal Schweiz am Wochenende.

L’article