faible neige-1°
DE | FR
Suisse
Commentaire

CFF: le patron et Tolochenaz? 50 nuances de trous et de snobisme

Commentaire

50 nuances de trous: quand le patron des CFF snobe les Romands

Image
Image: Keystone
Le patron des CFF a empoigné le micro jeudi pour dévoiler sa stratégie 2030. Mais à la veille d’un retour à la normale (annoncé) du trafic entre Lausanne et Genève, Vincent Ducrot n’a pas compris l’impact émotionnel de la catastrophe romande.
26.11.2021, 05:2726.11.2021, 07:45
Suivez-moi

Les CFF ne sont que des soldats. Les patrons, ce sont les politiques. Vincent Ducrot a rappelé jeudi, lors de la conférence annuelle des CFF, que son entreprise ne décide rien. En revanche, elle peut et doit communiquer. En présentant sa stratégie 2030, le directeur de l’ex-régie fédérale a oublié de parler du trou. Ce sont les questions des journalistes présents sur place qui lui ont forcé la main.

La veille d’un retour à la normale (annoncé) du trafic entre Lausanne et Genève, le trou lémanique, le plus célèbre de Suisse romande et pour un bon bout de temps, n’aura donc jamais eu le porte-voix nécessaire pour que cet incident soit considéré à juste titre comme une catastrophe.

«On a 50 Tolochenaz potentiels en Suisse»

Dans l’émission Forum de la RTS jeudi soir, Vincent Ducrot n’a pas non plus eu de quoi éviter le trou. Il a en revanche évité de s’y intéresser pour de vrai. «Il faut bien pondérer le risque. Il y a un processus en cours qui doit amener les politiques à déterminer, en 2026, quel sera le futur du réseau ferroviaire et les objectifs prioritaires. On a 50 Tolochenaz potentiels en Suisse». Demander à des dizaines de milliers de pendulaires de pondérer quoi que ce soit, eux qui se sont retrouvés plusieurs jours durant privés de leur ICN, c’est être totalement à côté des rails.

On ne parle même plus ici de l'indispensable nouvelle voie demandée fermement par la classe politique genevoise et vaudoise. Non. On parle ici d’un traumatisme émotionnel commun que le patron des CFF aurait dû prendre la peine de panser, de comprendre. Voire même de partager.

L’Arc lémanique n’en a eu que pour le trou pendant une semaine. Dans les médias, sur les réseaux sociaux, au boulot, entre les tournées de bières à l’apéro. Les transports publics ne sont pas seulement des défis techniques, des horizons 2030 ou 2050 ou encore des tarifs et des horaires qu’il faut maîtriser. C’est une contrainte professionnelle hautement sensible. C’est même l’unique fil rouge d’un jour ouvrable. Arriver à l’heure ou arriver tout court au bureau impacte la personnalité, le moral et la crédibilité d’un citoyen qui se lève tous les matins pour gagner son pain.

Les Suisses n’ont pas complètement repris leurs habitudes ferroviaires depuis le semi-confinement de 2020. Entre juillet et septembre, 30% des voyageurs manquaient toujours à l’appel. Si les CFF veulent un jour regagner la confiance de leurs utilisateurs, ils vont devoir apprendre à communiquer. Jeudi, le patron des CFF s’est contenté de dévoiler 50 nuances de trou, mais zéro empathie. Et maintenant, on le sait: avoir un Romand à la tête du réseau ferroviaire national ne nous aidera pas à éponger nos colères.

Plus d'images du trou qui a paralysé le trafic ferroviaire

1 / 12
Plus d'images du trou qui a paralysé le trafic ferroviaire
source: twitter
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce virus peut faire perdre 100% de leur récolte aux agriculteurs vaudois
Le «Tomato Brown Rugose Fruit Virus» (ToBRFV) a récemment été détecté dans le canton de Vaud. Une fois que les légumes cultivés sont contaminés par la maladie, les agriculteurs peuvent s'attendre à une perte de rendement jusqu'à 100%.

Le virus du fruit rugueux brun de la tomate, appelé aussi «virus de Jordanie», a fait son apparition dans le canton de Vaud, ont indiqué mardi les autorités sanitaires. Inoffensif pour l'homme, il s'attaque notamment aux tomates, poivrons et aubergines. Cette maladie apparue en 2021 en Suisse peut entraîner une perte totale de rendement pour le producteur.

L’article