DE | FR

Les chiens vont-ils aider l'OFSP à combattre le Covid?

Bild

Selon une étude française, les chiens sont capables de détecter le Covid avec un taux de réussite de 97%. Image: Shutterstock

Les chiens seraient en mesure de détecter le Covid. Le Conseil fédéral va-t-il les intégrer dans sa stratégie de dépistage? Qu'en est-il de leur formation? Interpellé à ce sujet, le gouvernement a donné son avis.



Début mars, la conseillère nationale PLR Isabelle Moret interpellait le Conseil fédéral au sujet d'une question bien particulière: la prétendue capacité des chiens à détecter le Covid-19.

En effet, selon plusieurs études, les chiens renifleurs seraient en mesure de détecter les personnes infectées par le coronavirus. Une recherche française publiée en mai faisait état d'un taux de réussite de 97%. Des résultats qui n'avaient pas surpris un expert que watson avait interrogé pour l'occasion.

Concrètement, Isabelle Moret demandait non seulement au Conseil fédéral son avis sur la question, mais aussi si ce type de dépistage pouvait être inclus dans la stratégie de l'OFSP, en particulier lors de manifestations ou dans les aéroports.

Peu après, le gouvernement avait répondu qu'il allait «suivre avec attention» une étude lancée fin mars par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur ce sujet. «Selon les résultats de ces études», écrivait le gouvernement, «l'OFSP évaluera si cette technique pourrait entrer dans l'arsenal des mesures recommandées» et si cela nécessitera un éventuel changement de la base légale.

Un «manque» de chiens

En juin, Isabelle Moret avait interpellé une nouvelle fois le Conseil fédéral. L'élue se demandait notamment s'il n'était pas déjà possible d'introduire ce type de détections, et dans quelles mesures il était possible de former ces chiens renifleurs.

La réponse du gouvernement, tombée mercredi, est essentiellement négative.

Résultat, «l'utilisation de chiens renifleurs ne sera pas intégrée dans la prochaine stratégie de test. Une modification des bases légales à cet effet n'est pas à l'ordre du jour». D'autres approches seront donc favorisées. Les résultats préliminaires encore non publiés sont «encourageants», reconnaît pourtant le Conseil fédéral.

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel