Suisse
Conseil national

La Suisse envisage une assurance contre les tremblements de terre

Le village d'Amatrice, en Italie, entièrement détruit après le séisme du 30 octobre 2016.
Le village d'Amatrice, en Italie, entièrement détruit après le séisme du 30 octobre 2016.

Quand la terre tremblera sous les pieds des Suisses, qui va payer?

Notre pays n'est pas à l'abri de gros tremblements de terre. Cette semaine, le Parlement a décidé de se préparer à un séisme et s'est penché sur la question d'une assurance obligatoire.
22.09.2021, 10:0926.12.2022, 18:10
Plus de «Suisse»

Vous l'ignorez peut-être, mais en Suisse, la terre tremble. Très exactement, 22 fois entre le 13 et le 19 septembre. Sauf qu'avec des secousses qui fluctuent entre 0,4 et 2,0 sur l’échelle de Richter, autant dire qu'on n’a pas senti grand-chose. Vous allez me dire que cela n'a rien à voir avec Haïti, mais attention.

Pour rappel, en août, le pays avait été frappé par un séisme meurtrier👇

Mais cela pourrait changer. La Suisse n'est pas à l'abri de tremblement retentissants et dévastateurs, comme l'a connu l'Italie en 2016. Tout le territoire est concerné, et plus particulièrement les grandes agglomérations du plateau.

«Une ville très peuplée peut être soumise à un fort risque sismique», signale Philippe Roth du Service sismologique suisse de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, interrogé par ArcInfo.

Le projet: on se prépare à ce que le sol se dérobe sous nos pieds

Après des années de discussions infructueuses, le Parlement s'est emparé de ce sujet remuant et votera, ce mercredi, la mise en place d'une assurance contre les séismes.

La solution proposée est une motion basée sur la solidarité, qui consiste à créer un «pot commun». Voilà le topo: les propriétaires devraient verser une seule fois, une contribution unique, calculée sur la valeur assurée de leur bâtiment.

Cité par Le Matin, Beat Rieder (Centre/VS) a calculé un exemple: une contribution de 0,7% de la valeur d’une maison. «Si celle-ci vaut 500 000 francs, le propriétaire paiera 3500 francs. Mais, uniquement en cas de séisme et non pas pendant des années», a-t-il expliqué.

Le camp du pour: la solidarité dans l'adversité

Pour Christine Bulliard-Marbach (Le Centre/FR), l'une des initiantes, l’avantage de cette assurance repose sur le fait que les primes ne seraient prélevées qu'en cas de tremblement de terre: «S’il ne se passe rien, cela ne coûte rien aux propriétaires! Et, ce système évite de faire porter un fardeau à plusieurs générations.».

«Le Service sismologique suisse estime que le prochain grand tremblement de terre causera des dommages pour 10 à 120 milliards d’ici à 2050», remarque Jacqueline de Quattro (PLR/VD) dans une opinion publiée dans 24 Heures.

«La crise du coronavirus nous montre combien il est important d’être prêts en cas de catastrophe. Le dernier tremblement de terre important a eu lieu en Suisse il y a 75 ans. Il est grand temps d’anticiper le prochain», a souligné Frédéric Favre (PLR/VS).

Il faut dire que le Valais est un habitué des tremblements de terre...

Le camp du contre: la solution n'est pas collective

Pour les opposants au texte, cette cagnotte collective n'est pas adaptée au problème. Selon le conseiller aux Etats Ruedi Noser (PLR/ZH), si on peut tous s'assurer individuellement, il n'est pas possible de s'assurer contre de très gros événements qui concernent tout le monde. Son collègue Martin Schmid (PLR/GR) abonde en ce sens, et constate que que «seuls les propriétaires seraient soumis à une contribution obligatoire, ce qui n'est pas correct

Cité par La Liberté, le PLR suggère d’autres approches: «Il n’y a pas besoin de solution nationale et centralisée. Ce sont les cantons qui sont responsables et ils peuvent promulguer des normes de construction en prévention des séismes.»

Une assurance contre les tremblements de terre, ça vous semble pertinent?

Mais en cas de séisme, qu'est-ce qu'on risque vraiment?

Si un séisme de magnitude 6, similaire à celui qui a frappé l'Italie en 2016, venait à se produire sur territoire helvétique, les dégâts seraient conséquents, estime Blaise Duverney, responsable mitigation des séismes à l'Office fédéral de l'environnement (Ofev), interrogé par la RTS:

«Cela coûterait cinq à dix milliards en termes de dégâts directs, et il faudrait compter une centaine de morts et de blessés graves. Sans compter les milliers de bâtiments endommagés.»

Selon les estimations, un séisme de cette puissance arrive tous les 50 ans à 150 ans en Suisse. Le dernier a eu lieu en Valais en 1946.

Les tremblements de terre sont la seule catastrophe naturelle pour laquelle il n'existe encore aucune obligation de s'assurer. En Suisse, seuls 10% des propriétaires ont une assurance contre les séismes, contre 80% en France. (mbr)

Les feux de forêts en Californie
1 / 9
Les feux de forêts en Californie
De nombreuses habitations n'ont pas eu la chance d'être emballées et ont été entièrement détruites.
partager sur Facebookpartager sur X
Manifestation à Lausanne contre le Certificat Covid
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la fille de Staline a dû trouver refuge en Suisse
La fille de Staline se rendit en Suisse au printemps 1967. Au beau milieu de la guerre froide. Récit d’une situation diplomatique délicate.

Il fallait faire vite. Le 7 mars 1967, John S. Hayes, ambassadeur des Etats-Unis à Berne, sollicita une audience «de toute urgence» auprès du conseiller fédéral Willy Spühler. L’Américain exposa la situation au chef du Département politique fédéral (DPF, devenu aujourd’hui le Département fédéral des affaires étrangères ou DFAE) au cours de l’entrevue: Svetlana Allilouïeva, l’unique fille de Staline, avait profité de son séjour en Inde au décès de son compagnon, pour demander l’asile politique à l’ambassade américaine de New Delhi.

L’article