Suisse
Conseil national

L'UDC Yvette Estermann quitte la politique à la fin 2023

Enfant, elle disséquait des moineaux: la «super-patriote» suisse s'en va

Yvette Estermann, isolée à la droite de l'UDC a multiplié les initiatives conservatrices. Aujourd'hui, l'ennemie de l'avortement, anti-vaccin et protectrice de l'hymne national, annonce quand elle compte cesser sa carrière politique.
22.02.2023, 18:5422.02.2023, 20:32
Kari Kälin et Benjamin Rosch / ch media
Plus de «Suisse»

Yvette Estermann occupe des niches politiques les plus conservatrices. La conseillère nationale UDC lucernoise voulait que le Parlement chante l'hymne national au début de chaque session et que celui-ci soit protégé par la loi. Les deux interventions ont échoué. Mais son projet pour affirmer la fierté helvétique a réussi: grâce à Estermann, le drapeau suisse flotte en permanence sur le Palais fédéral – lieu où elle a prêté serment comme conseillère nationale début décembre 2007. Pour l'occasion, elle s'était présentée en costume traditionnel lucernois. 👇

Elle est apparue en costume traditionnel pour sa prestation de serment: la conseillère nationale UDC de Lucerne Yvette Estermann le 3 décembre 2007 dans le hall du Palais fédéral à Berne.
Elle est apparue en costume traditionnel pour sa prestation de serment: la conseillère nationale UDC Yvette Estermann, le 3 décembre 2007 dans le hall du Palais fédéral à Berne.

Estermann est née en 1967 dans un petit village près de Bratislava, dans ce qui était alors la Tchécoslovaquie d'alors. Enfant, elle aimait disséquer les grenouilles et les moineaux morts et soigner les maux de ses camarades de jeu.

Après avoir obtenu son baccalauréat avec les meilleures notes, elle a étudié la médecine générale à l'université Comenius, dans la future capitale slovaque. En 1993, elle est venue en Suisse, s'est mariée et est devenue mère. Estermann habite au Sonnenberg à Kriens. Elle prend avec calme les critiques selon lesquelles elle compenserait ses origines non confédérées par un «super-patriotisme» symbolique:

«La conscience de soi, le patriotisme et la fierté de son propre pays font presque totalement défaut à certains Suisses»

Pendant la période du Covid, Estermann s'est positionnée en déposant de nombreuses interventions critiques à l'égard de la vaccination. Ces derniers temps, elle a semblé quelque peu isolée au sein du groupe parlementaire de l'UDC. Cela ne dérange pas Estermann, qui fêtera son 56e anniversaire dimanche prochain:

«Je n'ai jamais été un animal grégaire, j'ai toujours été une solitaire»

Selon elle, les nombreuses manifestations de lobbying et de réseautage ne sont pas sa tasse de thé.

Elle va s'en aller

Aujourd'hui, Yvette Estermann, médecin de formation, annonce qu'elle quittera le Parlement fédéral à la fin de la législature. «Je ne me représenterai pas aux prochaines élections», déclare-t-elle.

La conseillère nationale UDC de Lucerne Yvette Estermann, ici en tant que petite fille nommée Iveta Gavlasova, jardine.
La conseillère nationale UDC Yvette Estermann ici alors petite fille nommée Iveta Gavlasova.

Elle est heureuse de s'être engagée en son âme et conscience pendant seize ans pour défendre les intérêts de la population. Le fait qu'elle n'ait jamais accepté de mandat rémunéré est, selon elle, son plus grand succès. Elle a déclaré avoir de plus en plus de mal avec la politique polarisée, tout en sachant qu'elle fait partie d'un parti qui n'a pas la réputation d'avoir inventé le consensus.

Des études de théologie en cours

Estermann n'a pas encore de vision claire de son avenir. Mais elle a déjà posé quelques jalons. Depuis trois ans, elle étudie à la faculté de théologie de l'université de Berne. Elle apprend l'hébreu et le grec anciens avec beaucoup d'enthousiasme et souhaite pouvoir lire la Bible dans sa langue d'origine. Elle ne sait d'ailleurs pas encore si elle veut obtenir un bachelor ou un master en théologie.

Estermann est une grande partisane de la démocratie directe. Elle était et est toujours représentée dans plus d'une douzaine de comités d'initiative.

Toutefois, les trois initiatives populaires qu'elle a elle-même lancées ont échoué dès le stade de la collecte. Ainsi, le peuple n'a jamais pu se prononcer sur la défiscalisation des rentes AVS, sur une «caisse maladie light» avec un catalogue de prestations librement choisi et limité ou sur la suppression de l'heure d'été. Elle ne regrette pas son engagement, mais a réalisé qu'il était difficile de faire aboutir une initiative populaire sans le soutien d'un parti ou d'une association. L'aspect financier n'est pas non plus à sous-estimer.

Ces échecs n'ont pas découragé Yvette Estermann. Avec sa collègue UDC Andrea Geissbühler, elle participe au comité de deux initiatives anti-avortement.

  • L'initiative «La nuit porte conseil» veut inscrire dans la Constitution l'obligation pour les médecins d'accorder aux femmes enceintes un délai de réflexion d'au moins un jour avant de pratiquer un avortement.
  • La seconde prévoit qu'aucun avortement ne peut être pratiqué si l'enfant à naître serait viable hors de l'utérus au moment de l'interruption de grossesse. Actuellement, ceux-ci ne sont autorisés que si la santé de la femme enceinte est en jeu.

Les opposants à l'avortement manquent de temps

Toutefois, ces initiatives anti-avortement risquent de connaître le même sort que les trois initiatives populaires lancées précédemment par Estermann. Interrogé à ce sujet, le co-initiateur et président des Jeunes UDC David Trachsel affirme que l'on en est à «environ deux tiers» des 100 000 signatures nécessaires. Atteindre la ligne d'arrivée avant l'expiration du délai, en juin, est selon lui «un défi».

Au début, il était plus facile de convaincre les gens de signer les formulaires d'initiative, explique Trachsel. «Le débat aux Etats-Unis sur une solution fédéraliste en matière d'avortement a également mobilisé ici», dit-il. Entre-temps, la décision de la Cour suprême sur «Roe vs Wade» a largement disparu des gros titres suisses.

Les deux initiatives anti-avortement sont des projets qui tiennent à cœur à Yvette Estermann. Elle explique aussi que la collecte de signatures tarde à se concrétiser par le fait que «les femmes sous-estiment souvent les conséquences psychologiques qu'un avortement provoque».

Chaux-de-fonnier vs Genevoise: qui parle mieux le Suisse?
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Démission du jeune UDC soupçonné de propos haineux à Neuchâtel
L'UDC Neuchâtel se désolidarise du membre des Jeunes UDC soupçonné de tenir des propos haineux en ligne. Il a démissionné des deux entités.

L'UDC Neuchâtel prend ses distances avec le membre du comité des Jeunes UDC soupçonné d'avoir tenu des propos haineux en ligne. Ce dernier, candidat au Conseil général de Neuchâtel, a démissionné des deux entités, alors que son cas est examiné par le Ministère public.

L’article