DE | FR

Le variant Mu a été détecté en Suisse, faut-il s'en inquiéter?

epa08303750 Brazilian scientist in the Immunology laboratory of the Heart Institute (Incor) of the Faculty of Medicine of the University of Sao Paulo, in Sao Paulo, Brazil, 17 March 2020 (issued 18 March 2020). Brazilian scientists develop a coronavirus vaccine with a different method than those used so far by the pharmaceutical industry and groups of researchers from other countries, who expect it to be tested on animals in the coming months. It is the current great challenge of the international scientific community and Brazil, as a power in Latin America, has joined this agonizing race to discover an effective immune response against the virus that has paralyzed half the world, although it has done so with a different approach. Meanwhile, Brazilians remain skeptical about the extent of this global pandemic in the country, where there are about 300 confirmed cases and at least one death from COVID-19. EPA/Sebastiao Moreira

Mu a été détecté pour la première fois en Colombie, en janvier 2021. (image d'illustration) Image: EPA EFE

Cette nouvelle mutation a été classée comme «variant à suivre» par l'OMS. Qu'est-ce que ça veut dire? Et où en est-on en Suisse? Tour d'horizon.



C'est le nouveau variant dont tout le monde parle: baptisée «Mu», comme la 12e lettre de l'alphabet grec, cette mutation a été identifiée pour la première fois en janvier en Colombie, où elle est devenue dominante.

Ce n'est pas encore le cas en Suisse. Jusqu'à maintenant, ce nouveau variant a été identifié à 34 reprises. Un nombre infime si l'on considère que, rien que ce vendredi, 3121 nouveaux cas positifs ont été comptabilisés par les autorités sanitaires.

«Rien ne prouve actuellement que Mu supplante Delta», résume l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Anciennement dénommé «indien», ce variant est devenu dominant depuis fin juin 2021 en Suisse.

Faut-il s'inquiéter?

La souche initiale du Sars-Cov-2 a donné vie a plusieurs mutations. Celles-ci sont classées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en trois catégories, en fonction de leur danger:

  1. Variant à suivre (variant of interest en anglais)
  2. Variant préoccupant (variant of concern)
  3. Variant à haute risque (variant of high consequence)

Mu fait actuellement partie de la première catégorie. Cela signifie qu'il pourrait présenter un risque de résistance aux vaccins, même si des études supplémentaires restent nécessaires.

Les variants plus contagieux du virus, tels que Alpha, Bêta, Gamma et Delta, faisaient par contre partie de la catégorie «variant préoccupant». Elle implique l'augmentation de la transmissibilité, le développement d'une maladie plus grave et la réduction significative de l'efficacité de la vaccination. (asi)

Une année de confinement en images

1 / 15
Une année de confinement, en images
source: keystone / ennio leanza
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

La situation «dramatique» dans les Antilles expliquée en 3 points

En Guadeloupe, où un test sur quatre est positif, un nouveau confinement a été annoncé. La Martinique, également très touchée, a fait de même.

Pour Emmanuel Macron, la situation sanitaire dans les Antilles françaises est «dramatique». En Martinique et en Guadeloupe, face à la hausse des infections, un confinement strict a été imposé. Le ministre de la santé Olivier Véran va d'ailleurs se rendre dans la région ce jeudi.

Dans les deux îles antillaises, les chiffres Covid explosent depuis début juillet. En Guadeloupe, le taux d'incidence est de 1900 malades pour 100 000 habitants. A titre de comparaison, en Suisse, il s'élève …

Lire l’article
Link zum Artikel