DE | FR

En ce moment, «la plupart» des patients Covid en Suisse sont issus de la migration

Aerzte und Pflegende kuemmern sich um Covid-Patienten in einer Intensivstation im Bruderholzspital, am Donnerstag, 3. Dezember 2020, in Binningen. Bundesrat Berset besuchte den Kanton Basel Landschaft im Zusammenhang mit der Situation um die Coronavirus Pandemie, Covid-19. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Les hospitalisations augmentent en Suisse. (image d'illustration) Image: KEYSTONE

C'est ce que révèle la NZZ Am Sonntag sur la base d'informations récoltées auprès des hôpitaux. Les cantons étudient plusieurs solutions pour encourager ces groupes de la population à se faire immuniser.



La pandémie reprend de la vigueur en Suisse, à en juger le nombre de nouveaux cas. Au cours des derniers 28 jours, on est passé d'environ 700 infections quotidiennes à plus de 2000. Mardi, la barre des 3000 cas en 24 heures a été franchie, une première depuis la deuxième vague.

Le nombre des décès reste pour l'heure très bas, a récemment déclaré Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise de l’OFSP, mais les admissions à l'hôpital ont «pratiquement été multipliées par dix» par rapport au début du mois de juillet.

«C'est un problème»

Mais qui sont les personnes qui sont actuellement hospitalisées à cause du Covid en Suisse? La NZZ Am Sonntag, qui a interrogé à ce sujet les hôpitaux et les directions de la santé des cantons, donne dimanche une réponse «surprenante»: «la plupart des patients Covid en Suisse sont issus de la migration», avance le journal, qui ne fournit cependant aucun chiffre ou pourcentage.

Beaucoup d'entre eux reviennent de vacances dans leur pays d'origine. Si certains planifiaient de se faire vacciner de retour en Suisse, d'autres n'ont ni le temps ni l'énergie de s'occuper de la procédure de vaccination, en plus de leur travail et de leurs emplois à temps partiel, explique la NZZ Am Sonntag.

«D'après ce que j'entends de la part des hôpitaux, c'est un problème», a déclaré de son côté le président des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger.

Plusieurs solutions étudiées

Les campagnes de communication des autorités sanitaires n'ont donc pas atteint une certaine partie de la population, note l'hebdomadaire. Ces derniers temps, presque tous les cantons ont intensifié leurs efforts en ce sens. Plusieurs solutions sont à l'étude:

Les organisations spécialisées et les travailleurs sociaux sont aussi impliqués pour atteindre ces groupes de la population. Le recours aux équipes mobiles de vaccinations devrait également favoriser cet objectif. (asi)

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'articles sur le Covid

Les Anglais pourront choisir de porter le masque ou non, malgré le variant Delta

Link zum Artikel

La Russie bat (encore) un nouveau record de contamination au Covid

Link zum Artikel

Le personnel de soins réticent au vaccin? Les EMS répondent

Link zum Artikel

Le Covid est hors de contrôle en Guyane ++ La femme de Bolsonaro fait scandale

Link zum Artikel

Pas besoin de l'accord des parents pour se faire vacciner

A Fribourg, le tribunal cantonal a refusé le recours d'un couple qui contestait l’injection du vaccin aux jeunes de 12 à 15 ans.

Non, les ados qui souhaitent se faire vacciner n'ont pas à demander l'accord de leurs parents avant. Cela serait contraire aux dispositions de droit international en matière de droits de l’enfant, estime le Tribunal cantonal fribourgeois qui a rejeté le recours d'un couple demandant l’arrêt définitif de la campagne de vaccination envers les mineurs.

Le principal argument des recourants? Les jeunes ne couraient «qu’un risque de santé infime en cas d’infection par le Covid-19» rapporte le …

Lire l’article
Link zum Artikel