DE | FR
shutterstock

Tests Covid: Neuchâtel s'attaque aux nez des tout-petits

Le canton prévoit des dépistages pour les enfants dans les structures d'accueil préscolaires. Parents et éducateurs sont inquiets.
03.05.2021, 11:2803.05.2021, 15:11

Après les écoliers, c'est au tour des tout-petits de se faire dépister dans le canton de Neuchâtel. Le Service cantonal de la santé publique a mis sur pied une équipe mobile spécialement formée. Elle est «prête à se déplacer dans les crèches afin d’y tester le personnel et les enfants», rapporte le quotidien Arcinfo.

Cette équipe doit intervenir si un foyer de contamination est suspecté. Mais pourquoi tester les enfants?

«Il est indéniable que la transmission du virus se fait davantage de l’adulte vers l’enfant. Néanmoins, on sait qu’elle peut exister de l’enfant vers l’adulte et entre deux enfants.»
Laurence Racine, cheffe du département de pédiatrie au Réseau hospitalier neuchâtelois à nos confrères d'Arcinfo.

Par ailleurs, La radio RTN annonçait la semaine dernière qu'il y a eu une augmentation des contaminations au Covid-19 dans les crèches.

Parents et éducateurs inquiets par le test

Les parents se sont montrés inquiets, rapporte Arcinfo, non pas forcément par le contrôle en soi, mais surtout par le type de test. Alors que dans les écoles, les dépistages se font par prélèvements de salive, dans les crèches, le prélèvement sera effectué dans le nez à l’aide d’un écouvillon, plus intrusif.

Les éducateurs sont aussi contre ce type de test. Ils argumentent que ce n'est pas leur rôle. Dans Arcinfo, la vice-présidente de l'Association des éducateurs de l'enfance des cantons de Berne, Jura et Neuchâtel, précise:

«Selon nous, les équipes éducatives n’ont pas à accompagner les enfants dans ce moment parfois délicat. Les tests devraient être réalisés avec les parents, qui sont le plus à même de les mettre en confiance et de les rassurer.»
Harmonie Kardung

A noter qu'il est prévu que les parents aient la possibilité d’être présents lors du test. Toutefois, ils ne le seront que peu de temps avant.

Les autorités se veulent rassurantes

Du côté de la santé publique du canton de Neuchâtel, on justifie la pratique par deux arguments:

  • Sur les tests PCR, le canton dit se baser sur les directives de l'Office fédéral de la santé publique. L'argument? «Les études à disposition montrent une qualité et une fiabilité des tests nasopharyngés meilleures que pour les tests salivaires chez les enfants de moins de 6 ans», assure à nos confrères d'Arcinfo, Laurence Racine, cheffe du département de pédiatrie au Réseau hospitalier neuchâtelois.
  • Sur le stress induit aux enfants, Laurence Racine estime que l’enfant sera serein peu importe où il sera. Ce qui compte, c'est que les adultes qui l'entourent adoptent un comportement rassurant. De son côté, la Santé publique prévoit une visioconférence la semaine du 3 mai pour répondre aux questions des directeurs de crèche.

(jah)

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Péril Jeune Laslo

Plus d'articles sur le Covid en Suisse

Les mesures anti-Covid ont-elles été proportionnées?

Link zum Artikel

Pourquoi les hospitalisés du Covid sont plus jeunes aujourd'hui

Link zum Artikel

Le plan de sortie de pandémie de Berne est-il bien légal?

Link zum Artikel

Les chiffres du Covid-19 en Suisse

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans le Jura, posséder un véhicule à moteur va coûter moins cher
En dehors des votations fédérales, le Jura a voté avec son porte-monnaie sur un objet cantonal. L'initiative «Les plaques moins chères» a été acceptée. La taxe sur les véhicules à moteur sera ainsi plus proche de la moyenne suisse.

Les automobilistes jurassiens verront leur taxe sur les plaques des véhicules à moteur baisser pour se rapprocher de la moyenne suisse. En pleine période de hausse des prix, les citoyens ont accepté dimanche par près de 83% des votants une initiative en ce sens.

L’article