DE | FR

Ce que l'on sait sur ce mystérieux «variant suisse»

Bild

shutterstock

Samedi soir, le Piémont a annoncé la découverte d'un premier cas de variant «suisse» du Covid en Italie. Mais que sait-on concrètement sur cette mystérieuse souche, qui n'inquiète pas plus que ça l'OFSP? Eléments de réponse en quatre points.



Chez qui a-t-il été détecté pour la 1ère fois?

Le variant suisse a été détecté sur un homme de 57 ans originaire de Turin, qui avait déjà contracté le Covid en novembre dernier et qui avait été testé positif. Il s'est réinfecté, mais se porte actuellement bien et ne présente pas de symptômes significatifs.

Il s'agit de la quatrième mutation virale Covid trouvée à ce jour dans le Piémont, après le variant anglais – qui reste le plus répandu, avec un taux de diffusion de plus de 90% –, et les variantes brésilienne et sud-africaine.

Où a-t-il été détecté?

Le variant «suisse» a été identifié par le laboratoire de l'Institut biomédical IRCCS de Candiolo, près de Turin, avec la collaboration de l'Institut de recherche IIGM. Il existe depuis le début du mois d’avril 2020 et circule en petit nombre dans différents pays.

Pourquoi l'appelle-t-on ainsi?

Le variant B.1.1.39 est appelé «suisse» parce que c'est en Suisse qu'il a été détectée le plus fréquemment.

Selon la base de données «Phylogenetic Assignment of Named Global Outbreak LINeages», créée au Royaume-Uni et qui rassemble toutes les variantes connues du virus, 69% de toutes les infections par ce variant sont survenues en Suisse. Le deuxième pays le plus touché est l'Allemagne, avec 14%.

Que dit l'OFSP?

Lundi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) s'est montrée rassurante. Le variant «suisse» du Covid n'a pas de quoi inquiéter. En effet, la proportion du variant B.1.1.39 est en baisse par rapport à la souche britannique. On peut ainsi supposer qu'il n'est pas aussi contagieux. Par conséquent, il n'y a pas lieu d’agir contre ce variant pour le moment, estime l'OFSP. (ats/hkr)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le Covid en Suisse

Les mesures anti-Covid ont-elles été proportionnées?

Link zum Artikel

Pourquoi les hospitalisés du Covid sont plus jeunes aujourd'hui

Link zum Artikel

Le plan de sortie de pandémie de Berne est-il bien légal?

Link zum Artikel

Tous les chiffres du coronavirus en Suisse

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A Zurich, l'eau révèle qu'il y a plus de Covid que ce que disent les tests

Les infections au coronavirus avérées via des tests et la charge virale dans les eaux usées diffèrent beaucoup révèle une étude. A Lausanne, par contre, tout semble normal.

Le nombre de cas d'infection au coronavirus déclaré et la charge virale mesurée dans les eaux usées de la région de Zurich diffèrent largement. C'est ce que montrent les chiffres d'une étude sur la surveillance des stations d'épuration menée par l'Institut de recherche sur l'eau Eawag et l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, a indiqué mardi Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'OFSP.

«Le fossé est de plus en plus grand», a-t-il …

Lire l’article
Link zum Artikel