DE | FR

A qui profite le juteux business des tests antigéniques en Suisse?

L'un des nombreux centres de dépistage qui ont poussé dans les villes suisses (image d'illustration).
L'un des nombreux centres de dépistage qui ont poussé dans les villes suisses (image d'illustration).Image: Keystone
Les centres de dépistage poussent comme des champignons et sont parfois gérés par d'entreprises privées peu transparentes. Le sujet est connu des autorités et certains demandent une baisse des tarifs.
08.01.2022, 08:2110.01.2022, 12:02
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi
Sarah Serafini
Sarah Serafini
Sarah Serafini
Suivez-moi

D'abord regardés avec curiosité, ils font désormais partie du paysage des villes et des villages: les tentes ou les conteneurs, généralement blancs, où le personnel s'affaire à percer de longs bâtonnets d'ouate dans le nez des clients de passage ou à recueillir leurs crachats. Depuis le début de la pandémie, les centres de dépistage ont poussé comme des champignons. Ils ne sont pas seulement gérés par les cantons, les universités ou les pharmacies, mais aussi par des privés.

Une personne active dans le domaine confirme à watson:

«L'offre de tests antigéniques est une affaire lucrative pour les opérateurs privés»

Contrairement aux coûteux tests PCR, qui doivent être évalués dans un laboratoire, les tests rapides peuvent être achetés à un prix relativement bas chez un grossiste, soutient-il.

Peu de dépenses et la Confédération paie les frais

Contrairement aux produits médicaux de masse réguliers, les prix de ces produits sont extrêmement peu transparents. Des fournisseurs et fabricants de l'UE et de Suisse, comme Lucerna Chem AG ou l'organisation de distribution de la Bâloise Roche, proposent des tests rapides antigéniques autour de 6,50 francs l'unité.

Ce prix n'est pas dû au hasard: il s'agit du montant maximal pour le matériel de test rapide que la Confédération prend en charge depuis la mi-décembre lorsqu'une personne se fait tester. Outre six francs pour les bâtonnets de test et le matériel d'analyse, les centres de dépistage peuvent facturer jusqu'à 36 francs au total pour le frottis des muqueuses aux caisses maladie. Celles-ci peuvent à leur tour demander le remboursement de ce montant à la Confédération, aux frais des contribuables.

Dans la pratique, le prix d'achat effectif d'un test rapide antigénique devrait toutefois être inférieur au montant maximal de 6,00 francs. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) répertorie actuellement plus de 140 produits de tests rapides d'antigènes qui peuvent être utilisés en Suisse. Beaucoup d'entre eux sont fabriqués par des entreprises dans des villes chinoises comme Hangzhou ou Shenzhen. Ils sont vendus par des importateurs européens au prix d'environ 3 francs l'unité.

Il n'est donc pas surprenant que de plus en plus de centres de dépistage soient visibles depuis quelques semaines dans les villes suisses. La quantité fait le profit: les opérateurs privés peuvent optimiser les coûts non seulement du matériel, mais aussi de l'infrastructure nécessaire, du personnel ou de l'informatique.

L'espace pour le centre de tests est soit loué, soit, dans le cas de la ville de Zurich, mis à disposition gratuitement, comme le révèle le département de la sécurité compétent sur demande de watson. «On a renoncé à percevoir des taxes pour l'utilisation du domaine public pour les centres de tests», car les capacités de test sont nécessaires. Ils sont un «moyen important dans la lutte contre la pandémie», explique Robert Soós de l'administration municipale.

Les cantons ne sont pas au courant

Dans plusieurs cantons, les obstacles réglementaires sont minimes. Il faut entre autres respecter un concept de protection, disposer de locaux appropriés et être accompagné d'une personne responsable. Le personnel doit avoir reçu une formation pratique pour le prélèvement d'échantillons, mais ne doit pas être diplômé. Si ces conditions sont respectées, les opérateurs obtiennent une autorisation du canton.

Le test rapide antigénique prend moins de cinq minutes.
Le test rapide antigénique prend moins de cinq minutes.image: watson

Pas tous les cantons savent combien de centres de dépistage privés existent sur leur territoire, ni quels sont les prestataires qui se cachent derrière. Interrogé à ce sujet, le département de la santé de Saint-Gall répond par exemple:

«Nous ne tenons pas de liste, l'offre de tests change en permanence»

A Zurich, on ne sait pas non plus combien il y a de centres de tests et qui les gère. Dans le canton des Grisons, une liste correspondante est actuellement en cours d'élaboration, dit-on.

Qui sont donc les grands acteurs privés dans le domaine des tests? Sur Internet, les opérateurs se disputent les meilleurs classements sur Google. Leurs sites web ont l'air très professionnels, les centres eux-mêmes sont conçus de manière très élaborée pour attirer l'attention. Mais on ne sait pas toujours qui se cache derrière ces entreprises. Ainsi, pour le très populaire prestataire deintest.ch à la gare routière de Zurich, on ne connaît pratiquement que le nom.

Adresse anonymisée

Les mentions légales sur le site internet mentionnent la société zougoise Kessler Cooperation AG comme responsable. Mais la seule personne inscrite au registre du commerce au sein du conseil d'administration se révèle être une fiduciaire. Il déclare à watson qu'il est directeur d'une entreprise spécialisée dans la création et la gestion de sociétés anonymes et de Sàrl et n'a rien à voir avec les activités opérationnelles de deintest.ch.

La personne responsable ne souhaite pas s'exprimer auprès de watson, car ne veut pas apparaître dans les médias. Même l'adresse du détenteur du site web deintest.ch a été anonymisée par un prestataire de services de protection de la vie privée.

Le centre de tests de «deintest.ch» à la gare routière près de la gare centrale de Zurich.
Le centre de tests de «deintest.ch» à la gare routière près de la gare centrale de Zurich.image: watson

Un autre grand prestataire privé est testcenter-corona.ch avec neuf centres de tests dans les cantons de Zurich, Saint-Gall, Glaris et au Liechtenstein. L'exploitant indiqué est le médecin de famille saint-gallois Michael Albertini, mais les personnes qui s'inscrivent en ligne chez lui pour un test Covid envoient leurs données à Vienne. L'entreprise autrichienne AMZ GmbH, qui exploite plusieurs centres de tests dans le pays voisin, est citée comme responsable lors de l'inscription.

Prix cassés et affiches flashy: les centres de tests rivalisent dans les villes suisses pour attirer la clientèle.
Prix cassés et affiches flashy: les centres de tests rivalisent dans les villes suisses pour attirer la clientèle.image: watson

Mais on ne lit rien à son sujet dans les mentions légales officielles de testcenter-corona.ch. De même, le certificat de test n'est délivré qu'au nom d'Albertini. Concernant la marche des affaires, le médecin de famille déclare que l'activité est bien sûr rentable, «mais on ne s'enrichit pas énormément». Il ne veut pas donner de chiffres concrets.

Le Surveillant des prix demande une baisse des tarifs

Le sujet est également connu des autorités. Interrogé à ce sujet, l'OFSP affirme que les 36 francs mentionnés ne sont qu'un montant maximum et que la Confédération ne prend en charge que les frais effectifs. Dans la pratique, cela signifie que certains centres de tests facturent la totalité du montant.

L'OFSP est conscient de cette problématique, comme on peut le lire dans une prise de position. L'office fédéral parle d'un «exercice d'équilibre entre la situation de l'approvisionnement, la garantie des capacités nécessaires et une simple rémunération de la fourniture de prestations la plus efficace».

Le montant maximal a été abaissé plusieurs fois par le passé, la dernière fois il y a deux mois de 47 à 36 francs. Mais pour le Surveillant des prix Stefan Meierhans, c'est encore trop élevé. Ce dernier «a soumis une recommandation au Conseil fédéral à la mi-décembre», explique son porte-parole. En d'autres termes, il a demandé une baisse des tarifs. On devrait savoir au plus tard mercredi prochain si celle-ci aura lieu. Selon l'OFSP, c'est le Conseil fédéral qui est compétent pour «d'éventuelles adaptations de la structure tarifaire» des tests Covid. Nous verrons alors si l'affaire est encore aussi rentable.

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Plus d'articles sur le Covid-19 et la Suisse

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Cette Suisse qui se trumpise autour du «non» à la loi Covid

Link zum Artikel

Le logo de la Confédération utilisé sans autorisation par les anti-loi Covid

Link zum Artikel

Voici les mesures Covid qui nous guettent pour Noël

Link zum Artikel
Des Suisses ont combattu les nazis et la Confédération les a punis
Des milliers de citoyens et citoyennes suisses ont contribué à la libération de la France pendant l’occupation allemande. C’est pour cette raison que bon nombre d’entre eux furent condamnés en Suisse. Ils pourraient désormais être réhabilités.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des Suisses et des Suissesses ont participé à la libération de la France: 1730 personnes nées en Suisse sont répertoriées dans les dossiers de la Résistance conservés aujourd’hui au Service historique de la Défense (SHD) du ministère de la Défense et des Armées. Elles s’étaient portées volontaires pour soutenir la Résistance, en France et partout où elle combattait les Allemands, c'est-à-dire au Proche-Orient et en Afrique.

L’article