DE | FR
keystone

A Zoug, d'étranges lettres obligent les gens à se mettre en quarantaine

De mystérieuses ordonnances sèment la panique à Zoug. Elles informent les citoyens à devoir se mettre en quarantaine. Mais il s'agit de faux.
09.03.2021, 13:0509.03.2021, 18:36

Le Covid-19 semble être le nouveau terrain de jeu des filous. Depuis plusieurs jours, les Zougois reçoivent des informations par courrier leur ordonnant une mise en quarantaine. Le Département cantonal de la santé en a été informé et a assuré mardi qu'il s'agissait «de faux sans aucune validité ni fondement factuel».

Ces lettres laissent supposer aux destinataires que la quarantaine est «nécessaire» suite à leur contact avec une «personne infectée par le coronavirus». Elles se veulent alors signées par l'office cantonal de la santé, ce qui se relève faux.

«Nous regrettons beaucoup que la population du canton de Zoug soit perturbée par de telles actions en ces temps difficiles.»
Martin Pfister, chef du Département cantonal de la santé

Une quarantaine s'annonce toujours au téléphone

Le Département cantonal de la santé affirme que lors d'une mise en quarantaine, l'équipe chargée du traçage appelle toutes les personnes concernées. Ce n'est que lorsque ces dernières ne peuvent être jointes par téléphone, après des tentatives répétées, que des courriers électroniques ou des lettres leur seront envoyés de manière exceptionnelle.

Et le médecin cantonal l'assure: «ordonner une mesure drastique telle que la quarantaine par lettre sans demander un contact personnel est hors de question pour nous», ajoutant de surcroit que jusqu'à présent, tous les habitants de Zoug ayant été en contact avec une personne infectée par le coronavirus avaient été jointes par téléphone ou par e-mail, jamais à l'aide d'un courrier postal. (ats/mndl).

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article