DE | FR

Le Covid, la «plus grande catastrophe démographique depuis 1918» en Suisse

Au cours du 20e siècle, une seule épidémie a fait, dans notre pays, plus de ravages que le coronavirus en 2020: la grippe espagnole. Voici une comparaison entre ces deux catastrophes, basée sur une récente étude de deux universités suisses.
01.02.2022, 19:0602.02.2022, 07:47
Niklaus Salzmann / ch media

Ce n'est pas la première pandémie, ni la dernière. Mais quelle est la gravité du Covid par rapport aux précédentes? Une équipe de chercheurs des universités de Berne et de Zurich a étudié la surmortalité par rapport aux pandémies passées. Et la conclusion de l'étude, publiée lundi, est claire: depuis cent ans, aucune autre vague infectieuse n'a frappé aussi durement, et en Suisse, l'automne 2020 se distingue particulièrement. Kaspar Staub, de l'Institut de médecine évolutive de l'Université de Zurich, déclare:

«C'est probablement la plus grande catastrophe démographique en Suisse depuis 1918»

L'équipe a calculé, pour chaque mois depuis plus de cent ans, combien de décès étaient attendus et combien de personnes sont réellement mortes. Ils l'ont fait en s'axant sur trois pays: la Suisse, la Suède et l'Espagne. Ces Etats européens ont en commun de ne pas avoir été impliqués dans des combats pendant les deux guerres mondiales.

👉 Les dernières infos sur le Covid dans notre live 👈

Il ressort de ces analyses que la pandémie de grippe de 1957, par exemple, n'a pas entraîné une importante surmortalité. En revanche, l'année 2020 s'est soldée par un nombre de décès nettement trop élevé dans les trois pays. L'Espagne a été particulièrement touchée, comme en 1918 quand la grippe espagnole faisait rage.

En Suisse, la mortalité a été particulièrement élevée à l'automne 2020. Sur cette photo, une veillée pour les morts du Covid, en décembre 2020, sur la Place fédérale, à Berne.
En Suisse, la mortalité a été particulièrement élevée à l'automne 2020. Sur cette photo, une veillée pour les morts du Covid, en décembre 2020, sur la Place fédérale, à Berne.Bild: keystone

Grippe espagnole: mortalité six fois plus élevée

La grippe espagnole de la fin de la Première Guerre mondiale a, toutefois, été bien plus grave que la pandémie de Covid-19 dans les trois pays. Elle avait entraîné une mortalité six à sept fois plus élevée. A l'époque, les jeunes hommes étaient particulièrement touchés, contrairement à la pandémie actuelle, où la surmortalité ne se manifeste qu'à partir d'environ 60 ans. Kaspar Staub précise:

«Aujourd'hui encore, on ne comprend pas très bien pourquoi la mortalité a été si élevée à l'époque»

Le spécialiste de l'Université de Zurich poursuit: «L'un des facteurs était probablement les infections secondaires, dans lesquelles une infection bactérienne s'ajoutait au virus. On les maîtrise mieux aujourd'hui». Des mesures similaires à celles qui sont actuellement en vigueur dans le cadre de la crise de coronavirus avaient été mises en place, avec des fermetures d'écoles et des interdictions de rassemblement. Et pourtant, on ne savait même pas ce qu'était un virus.

Des infos douteuses de la part des Espagnols

Aujourd'hui, les mesures sont beaucoup plus ciblées. Marcel Zwahlen, qui a participé à l'étude en sa qualité de professeur d'épidémiologie à l'université de Berne, souligne:

«Sans mesures, la surmortalité aurait été encore plus élevée en 2020»

Il apparaît aussi clairement que la Suisse est le seul des trois pays étudiés à avoir connu une surmortalité plus élevée lors de la vague d'automne 2020 qu'au printemps. Marcel Zwahlen:

«Ma conclusion est que les mesures prises à l'automne étaient trop timides»

Dans l'étude, les chercheurs ont également comparé la surmortalité qu'ils ont calculée avec les chiffres officiels concernant les décès par Covid. En Suisse et en Suède, ces chiffres concordaient bien. L'étude réfute donc le reproche souvent formulé chez les plus sceptiques à l'égard des coronavirus, selon lequel les autorités attisent la peur avec des chiffres de décès trop élevés. En Espagne, la surmortalité était même nettement plus élevée que les décès Covid. Cela indique que tous les cas n'ont pas été recensés dans le comptage officiel.

Une pandémie avec une surmortalité aussi élevée que celle de 2020 s'était produite en 1890. A l'époque, peu de mesures avaient été prises. Cette pandémie était connue sous le nom de «grippe russe». On ne sait toutefois pas s'il s'agissait réellement d'une grippe, c'est-à-dire d'un virus grippal. L'autre possibilité? Un coronavirus. Mais d'un autre type que le Sars-CoV-2 qui sévit depuis deux ans.

Serons-nous tous dépressifs à cause du Covid?

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les jeunes LGBTIQ+ sont davantage la cible de violences que les autres
Stress quotidien, harcèlement et consommation de substances: une étude d'Unisanté révèle des chiffres préoccupants

Les jeunes lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et en questionnement (LGBTIQ+) sont régulièrement confrontés à des violences psychologiques, verbales et/ou physiques. C'est le constat de l'étude réalisée par le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) à Lausanne, publiée mardi 17 mai, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie.

L’article