DE | FR

En 2020, près de 16 000 Suisses se sont fait avoir sur Internet

La grande majorité des 24 398 cybercrimes concernent des cyber-escroqueries. A noter que, selon les statistiques, les femmes se font bien moins avoir que les hommes.
22.03.2021, 11:3122.03.2021, 16:00

Arnaques liées aux magasins en ligne, aux annonces immobilières ou encore aux sentiments: lundi, pour la première fois, l'Office fédéral de la statistique (OFS) a publié les données de la cybercriminalité 2020. Cela concerne 24 398 infractions. A titre de comparaison, 32 819 cambriolages ont été dénombrés la même année.

Trois domaines se distinguent

  1. La «cybercriminalité économique» représente une part de 84,2%. C'est le gros morceau. Est compris là-dedans tout ce qui a trait à la «cyberescroquerie». C'est clairement la catégorie la plus exposée, avec un total de 16 395 infractions.
  2. Les «cyberdélits sexuels» avec 10,7%.
  3. Les «cyberatteintes à la réputation et pratiques déloyales» avec 5,1%.

Comment se répartissent les lésés?

On dénombre 15 714 lésés qui se répartissent ainsi:

  • 8056 hommes (51,3%).
  • 5822 femmes (37%).
  • 1834 personnes morales (11,7%).

L'OFS, note, pour finir, qu'il faut garder à l’esprit que ces chiffres concernent exclusivement ceux qui ont été portés à la connaissance de la police. (jah)

Plus d'articles sur le thème «High-Tech»

Anonymous a piraté le groupe pétrolier russe Rosneft, proche de Poutine

Link zum Artikel

Poutine lance un intranet russe et pourrait détruire l'Internet libre

Link zum Artikel

Le réseau Starlink d'Elon Musk à la rescousse de l'Ukraine

Link zum Artikel

Celui qui a traqué le jet de Musk cible maintenant les oligarques russes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variole du singe: le virus qui a tout pour faire peur
La guerre en Ukraine s'enlise, le Covid joue les petits bras et les vacances d'été tardent à pointer leurs coups de soleil. Le terreau est donc fertile pour s'enflammer autour d'un virus qui, pour l'heure, ne fait pas vraiment paniquer le monde scientifique. Sexe, horreur, paranoïa, voici les trois ingrédients qui font monter l'angoisse aussi vite qu'une mayonnaise.

Le 7 mai 2022, le monde (re)découvre la variole du singe par l'intermédiaire d'un anglicisme moins effrayant que la version française: monkeypox. Et pour cause, c'est en Angleterre qu'un homme, de retour d'un voyage au Nigeria, est parachuté au cœur d'une nouvelle inquiétude planétaire. Depuis, une centaine de cas ont été détectés en Occident. Confirmés ou suspectés. La Suisse n'échappe d'ailleurs pas aux annonces solennelles des autorités sanitaires, qui se succèdent.

L’article