DE | FR
shuterstock

Les hackeurs de Rolle n'en ont pas fini avec les communes suisses

Via une messagerie sécurisée, la RTS a réussi à entrer en contact avec les hackeurs de Rolle. Ces derniers se sont confiés sur leurs modes de fonctionnement et leurs intentions.
31.08.2021, 14:4531.08.2021, 18:18

La commune vaudoise de Rolle, située au bord du lac Léman, a été touchée par une fuite massive de données. Des cybercriminels, connus sous le nom de Vice Society, ont piraté les données personnelles de quelque 5000 habitants.

L'affaire révélée par watson le 21 août dernier a connu plusieurs rebondissements, dont voici le dernier en date: selon des informations de la RTS, les pirates informatiques pourraient s'attaquer à d'autres communes suisses.

Ecoles et hôpitaux aussi visés

Via une messagerie sécurisée, le média de service public a réussi à échanger ct avec les auteurs de l'attaque. Selon leurs dires, ils sont spécialisés dans le vol de données d'institutions publiques et le chantage.

«Nous attaquons beaucoup de municipalités, d'hôpitaux, d'écoles et d'universités»
Pirateurs de RolleRTS

Les hackeurs se revendiquent comme un «gang» et prévoient «évidemment» de s'attaquer à d'autres communes de Suisse.

Ici, on avait évoqué le risque encouru par d'autres communes suisses 👇

Rolle contre-attaque

Mercredi dernier, la municipalité de Rolle a admis avoir manqué à ses devoirs. Elle déclarait dans un communiqué:

«La Municipalité regrette d’avoir sous-estimé la gravité de l’attaque, le potentiel de l’utilisation des données et l’importance de la transparence vis-à-vis de la population rolloise et reconnaît avec humilité une certaine naïveté face aux enjeux représentés par le darkweb et la gestion d’actes malicieux de piratage»

Monique Choulat Pugnale, syndique de Rolle, a aussi annoncé des mesures de précaution telles que la mise en place d'une taskforce, d'une helpline ou encore l'envoi d'un courrier personnalisé de sensibilisation aux citoyens. (hkr)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La brasserie Lorraine de Berne met à la porte des militaires
Le bar qui avait mis fin à un concert de reggae à cause des dreadlocks d'un musicien blanc aurait refusé de servir des militaires en permission. Les règles du local sont claires: il faut «couvrir son uniforme ou partir».

On va probablement entendre à nouveau parler de la brasserie Lorraine. Le bar bernois avait fait les gros titres en juillet dernier, après avoir interrompu un concert d'un groupe de reggae. La cause? L'un des musiciens, qui est blanc, portait des dreadlocks, ce qui avait mis des spectateurs «mal à l'aise». Cette décision avait soulevé une vague de critiques et relancé le débat sur l'appropriation culturelle.

L’article