DE | FR

«Je me réjouis d'aller danser dans mon propre club samedi!»

Le patron du D! Club et de l'ABC à Lausanne va dépoussiérer les platines de ses établissements dès samedi. Et exiger le certificat Covid. Pour Thierry Wegmüller, tout est cohérent: «Les étudiants finissent leurs examens et ils vont pouvoir sortir, s’amuser.»
23.06.2021, 15:2323.06.2021, 16:26
Suivez-moi

L'annonce a été claire ce mercredi: les manifestations réservées aux participants possédant un certificat Covid ne font plus l’objet d’aucune restriction dès samedi. Les boîtes de nuit passent donc de rien à tout. En quelques jours seulement. Une bonne nouvelle, à chaud, pour un premier patron de boîte de nuit: Thierry Wegmüller: «J'ouvre tous mes établissements dès samedi, évidemment! Et nous exigerons donc le certificat Covid.»

Pour le patron du D! Club et de l'ABC à Lausanne, il y a une certaine cohérence au niveau de l'agenda et...

«... c'est un soulagement monstrueux! Et c'est pile le bon moment. Les étudiants finissent leurs examens et ils vont pouvoir sortir, s’amuser»
Thierry Wegmüller, patron de boîtes nuit

Le Lausannois ira même danser dans son propre club pour fêter ça, samedi soir. «Ce sera du rodage évidemment, mais tout le monde est déjà soulagé.» L'homme de la nuit ne voit pas de problème à l'obligation d'imposer le certificat Covid à l'entrée.

C'est la condition pour pouvoir ouvrir sans restriction. Même les personnes non-vaccinées peuvent en obtenir un. Et il faut s'y faire, je crois. J'ai longtemps travaillé en Afrique, alors le carnet de vaccination dans la poche, c'est une habitude à prendre.
Thierry Wegmüller

On a testé pour vous le retour des vrais concerts (ou presque)!

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le canton de Vaud a tué le mauvais loup et les attaques continuent
Vendredi, l'Etat de Vaud a annoncé que parmi les deux canidés abattus en mars dans le Jura vaudois, l'un ne provenait en fait pas de la meute pour laquelle le canton avait reçu l'autorisation de mettre à mort deux individus.

En mars dernier, un loup a été abattu dans le canton de Vaud. Après avoir effectué des analyses de parenté, il est ressorti que le canidé tué le 18 mars, après avoir reçu une autorisation de la Confédération, était «un mâle de moins de trois ans, issu de parents non identifiés, et qui n'était lié à aucune meute connue en Suisse». C'est ce qu'a annoncé, vendredi, l'Etat de Vaud dans une note envoyée aux médias.

L’article