DE | FR
Si la police privilégie pour l'heure la thèse du suicide collectif plutôt que celle de l'assassinat.
Si la police privilégie pour l'heure la thèse du suicide collectif plutôt que celle de l'assassinat.keystone

Montreux: «Nous avons la preuve qu’ils ont sauté l’un après l’autre»

Le porte-parole de la police vaudoise est formel: les enquêteurs disposent de preuves matérielles leur permettant de décrire le déroulement du drame au moment fatal.
31.03.2022, 06:1331.03.2022, 10:20

Citant des «témoignages», un article daté du 26 mars, paru sur le site du quotidien français La Voix du Nord, rapporte que, lors du drame survenu deux jours plus tôt à Montreux, le père aurait sauté dans le vide «avec sa fille dans les bras», précédé du fils et des deux sœurs.

Dans son communiqué diffusé mardi, la police cantonale vaudoise, chargée de l’enquête, ne dit pas cela. Privilégiant à ce stade «la thèse du suicide collectif», elle est à la fois plus précise et plus vague: «Les cinq personnes sont tombées d’une hauteur de plus de vingt mètres, les unes après les autres, peu avant 07h00, dans un intervalle de cinq minutes.» Cette description contredit les «témoignages» rapportés plus haut.

Joint par watson, Jean-Christophe Sauterel, le porte-parole de la police cantonale vaudoise, est formel:

«Nous détenons les preuves de ce que nous affirmons: les cinq membres de cette famille ont sauté l’un après l’autre, dans un laps de temps de 5 minutes»
Jean-Christophe Sauterel

Le père, que des voisins décrivent de son vivant dans un rôle de «protecteur», a-t-il été le dernier à commettre l’irréparable? Le porte-parole ne le précise pas.

Pour le reste, la police détient les preuves de ce qu’elle avance. Et, par-là, il faut comprendre non pas un témoignage – qui ne saurait être une preuve, rappelle Jean-Christophe Sauterel –, mais des éléments matériels. Des images captées par une caméra de surveillance? Par une caméra que la famille ou l’un de ses membres aurait installée à dessein? Le porte-parole n’en dira pas plus.

Si la police privilégie pour l'heure la thèse du suicide collectif plutôt que celle de l'assassinat, c'est peut-être parce qu'elle se fonde, entre autres, sur ces «preuves».

Jean-Christophe Sauterel ajoute que l’enquête pénale se poursuit et que, dans ce cadre, des auditions peuvent être menées auprès de toute personne ou structure publique ou privée ayant eu affaire directement ou indirectement avec la famille. A propos des autopsies pratiquées sur les victimes, le porte-parole répète que certaines analyses pourront prendre plusieurs semaines et que le public sera informé d'éléments nouveaux s’il s’en présente.

Survivalisme

La famille meurtrie, de nationalité française, s'était installée à Montreux, il y a trois ans, au septième et dernier étage d'un immeuble du centre-ville, avec vue sur le lac Léman, les Alpes et le Casino Barrière. Quantité d'indices – une vie en complète autarcie, d'incessantes livraisons de vivres et de divers colis en carton, un intérêt soutenu pour les abris anti-atomiques de l'immeuble – mettent sur la piste d'une psychose survivaliste. Sur le point d'être découverte dans son manège – la visite, ce matin-là, de deux gendarmes porteurs d'un mandat d'amener contre le père pour non suivi de la scolarisation à domicile du fils de 15 ans –, la famille, du moins une partie d'entre elle, aurait alors décidé d'en finir avec la vie. La mère et la fille de 8 ans n'étaient pas déclarées aux autorités vaudoises.

Droguée au GHB dans un club vaudois, elle témoigne.

Plus d'articles sur le drame de Montreux

Drame de Montreux: le profil des deux femmes se précise

Link zum Artikel

Drame de Montreux: les autorités ont-elles fait tout juste? Le préfet répond

Link zum Artikel

Drame de Montreux: «Les gendarmes ont frappé pendant une demi-heure»

Link zum Artikel

Drame de Montreux: «Je me suis levé, j'ai bu un café, j'ai vu les corps»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trafic ferroviaire rétabli entre Flüelen et Biasca
Le trafic ferroviaire du Gothard a été interrompu mardi en début de journée jusqu'à 08h00 entre Flüelen (UR) et Biasca (TI). Tous les trains ont été supprimés sur ce tronçon.

Un dérangement technique survenu mardi matin aux installations ferroviaires a bloqué le trafic ferroviaire sur la ligne du Gothard: tous les trains circulant entre Flüelen (UR) et Biasca (TI) ont été supprimés jusqu'à 08h00.

L’article