stratus fréquent-1°
DE | FR
5
Suisse
Ecologie

En écologie, la Suisse est le mauvais élève de l'Europe

La Suisse, mauvais élève de l'Europe en terme d'écologie et biodiversité

La Suisse, ce mauvais élève de l'Europe en biodiversité
En cessant l'extension du réseau «Emeraude», la Suisse expose ainsi ses espèces prioritaires à un risque d'extinction. Image: Shutterstock
Aucun progrès n'a été constaté par les ONG écologistes, qui pointent Berne du doigt pour son inaction en matière de protection des espèces animales et végétales.
30.11.2022, 10:4930.11.2022, 11:06

Depuis dix ans, la Suisse n'assume plus son obligation de mieux protéger les espèces animales et végétales prioritaires à l'international, constate la Convention de Berne. Seul 1,4% de ce qui serait nécessaire a été fait, ce qui en fait la lanterne rouge de l'Europe.

En matière de zones protégées, la Suisse expose ainsi aussi ses espèces prioritaires à un risque d'extinction, indique le bilan des progrès réalisés par le réseau paneuropéen d’aires protégées «Emeraude», relayé mercredi par Birdlife et Pro Natura.

Le réseau «Emeraude», c'est quoi?
Le réseau «Emeraude» est un réseau écologique destiné à contribuer à restaurer, protéger et conserver la biodiversité en Europe, en maillant les habitats de l'Europe et de sa périphérie.

Aucun progrès n'a été constaté

Il y a dix ans, certains progrès dans la mise en place de ce réseau étaient visibles en Suisse également. Mais alors que le réseau ne cesse de s'étendre dans toute l'Europe, le processus est arrêté en Suisse.

Alors qu'en 2012 la Convention de Berne du Conseil de l'Europe avait reconnu 37 sites «Emeraude suisses», l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) avait clairement relevé que «d'autres sites devaient encore être recensés et soumis à la convention pour garantir la protection des espèces et milieux naturels en Suisse». Le délai, fixé d'ici à 2020 par la Convention de Berne pour une extension du réseau «Emeraude» d'ici à 2020, avait alors été suggéré par la Suisse elle-même. Sans succès.

Berne se décharge et accuse les cantons

Au cours des deux dernières années, aucun effort n'a été visible en Suisse pour protéger les 140 espèces animales et végétales et les 43 habitats identifiés au niveau européen, pour lesquels la Suisse porte une responsabilité particulière. Selon les déclarations du Conseil fédéral au Parlement, la Confédération a simplement transféré toute la responsabilité du réseau paneuropéen aux cantons.

La Suisse a obtenu une dernière chance: d'ici 2030, elle doit non seulement avoir mis en place le réseau «Emeraude», mais aussi avoir élaboré et mis en œuvre les plans de gestion nécessaires. Si elle n'avance pas rapidement, elle manquera également ce nouvel engagement et exposera ses propres espèces et ses habitats menacés à des risques encore plus élevés, pointent les ONG écologistes.

Une exploitation agricole ou sylvicole adaptée est tout à fait autorisée dans les sites «Emeraude» à condition qu'elle ne mette pas en danger les objectifs de protection, soulignent Birdlife et Pro Natura. Avec la protection de la biodiversité, il s'agit aussi de garantir des services écosystémiques importants pour l'être humain et l'économie. (ats/sia)

Voici 18 idées de bonshommes de neige

1 / 19
Voici 18 idées de bonshommes de neige
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Elisabeth Baume-Schneider: première rencontre avec ses homologues européens
Ce jeudi à Stockholm s'est tenue une rencontre pour discuter de l'amélioration du renvoi des requérants d'asile déboutés. En termes de renvois, l'Union européenne n'a pas tenu ses objectifs.

Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne (UE) ont discuté ce jeudi à Stockholm d'une amélioration des renvois des requérants d'asile déboutés. Il s'agissait de la première rencontre avec ses homologues européens pour la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider.

L’article