DE | FR

Une commune genevoise veut remplacer un bus par une calèche

Des personnes utilisent l'hippobus de Meyrin, lors d'une presentation a la presse et d'un test, ce mercredi 19 mai 2021 a Meyrin pres de Geneve. Des caleches tirees par des chevaux pourraient bientot sillonner la commune pour transporter des passagers. Cette idee audacieuse est portee par deux associations: Meyrin durable et l'association des attelages du Leman. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Un petit tour en calèche à la place d'un bus, ça vous dit? Image: sda

A Meyrin (GE), des calèches tirées par des chevaux pourraient servir à transporter des passagers, complétant ainsi l'offre de mobilité.



Cela fait quelques années que les habitants de la commune de Meyrin (GE) n'ont plus de ligne de transports publics qui relie la partie historique du village jusqu'à la gare. En 2018, une véritable calèche avait tenté de combler cette lacune, mais le projet n'avait pas convaincu et avait été abandonné. Aujourd'hui, l'idée d'un «hippobus», autrement dit un «bus tiré par des chevaux», revient.

Comment ça marche?

Comme la navette autonome, la calèche peut accueillir une quinzaine de passagers, même s'ils étaient moitié moins, mercredi durant l'essai, à cause des mesures sanitaires. Quant à la durée de parcours, les chevaux ont réussi à être légèrement plus rapides que l'ancien bus robotisé.

Cette navette s'arrêtait fréquemment et mettait parfois beaucoup de temps à redémarrer, a relevé Béatrice Herzig. Cette jeune femme, amoureuse des chevaux et apprentie cochère, est à l'origine du projet d'hippobus. Elle est persuadée que son concept peut séduire les habitants de la commune.

Un projet pas si simple à financer

L'argent restera toutefois le nerf de la guerre. Si le projet est retenu, «il faudra le financer», a expliqué Eric Vuillemin, le président de l'association Meyrin durable. Une piste mènerait aux entreprises de la zone industrielle toute proche, une autre conduirait du côté des TPG ou des CFF pour un éventuel partenariat.

«Même au stade embryonnaire, le projet d'hippobus a déjà demandé beaucoup d'énergie à ses concepteurs. Nous avons dû obtenir une foule d'autorisations. Même l'administration fédérale a été sollicitée pour donner son feu vert à l'exposition d'animaux.»

Eric Vuillemin, président de l'association Meyrin durable

Des «gentils géants»

Les chevaux qui tirent la calèche sont des shires, une race originaire du centre de l'Angleterre. Impressionnants par leur taille, on les surnomme les gentils géants, comme l'explique Shkelzen Hajdari, de la Fondation des attelages du Léman. Ces chevaux de trait, en voie d'extinction, sont résistants à l'effort et très peu craintifs.

L'hippobus circulerait le matin et en fin de journée. Les animaux pourraient se reposer et se nourrir entre deux services dans une ferme voisine. La calèche sillonnera encore les rues de Meyrin, à titre d'essai, les 2 et 9 juin. Une pétition a par ailleurs été lancée pour soutenir le projet. (ats)

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cette influenceuse crée des sandwichs complètement fous

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Manger de la viande sans tuer d'animaux? Ce livre a la solution

Coauteur du livre «Plaidoyer pour une viande sans animal», Thomas Lepeltier défend les avantages de la viande de culture. Développée artificiellement et déjà commercialisée à Singapour, celle-ci pourrait réduire tant la souffrance animale que l'impact de l'élevage sur l'environnement. Interview.

«Ce livre ne cherche pas à convaincre qui que ce soit de se passer de viande. Au contraire, nous défendons un moyen de continuer à manger de la viande mais sans faire souffrir les animaux», pose l'essayiste français Thomas Lepeltier. Avec son confrère David Chauvet, il vient de publier Plaidoyer pour une viande sans animal.

La solution miracle prônée par les deux animalistes végétaliens? La viande de culture développée en laboratoire à partir de cellules souches animales. Aujourd'hui …

Lire l’article
Link zum Artikel