DE | FR

La «Mig'» pourrait bientôt se mettre à la bière et au vin

Les délégués du Géant orange vont se prononcer prochainement sur le sujet. Ce serait une petite révolution, car le magasin n'en vend pas depuis... 1948. En ligne c'est autre histoire. Quatre questions pour résumer la situation.



Les membres de la coopérative Migros pourraient être appelés à se prononcer prochainement sur la vente d'alcool dans les magasins du géant suisse de l'alimentation, affirment Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung.

Quelle est la règle dans les magasins Migros?

Selon leurs statuts, les dix coopératives régionales Migros sont tenues:

«De s’abstenir de vendre des boissons alcoolisées et du tabac dans les magasins à l’enseigne Migros».

Par conséquent, Migros s’en tient strictement à l’interdiction de vendre de l’alcool, imposée par son fondateur, Gottlieb Duttweiler, après consultation des coopérateurs en 1948, rappelle Le Matin Dimanche

A noter que l'interdiction de vente ne s'applique pas aux filiales Globus, Denner ou au service en ligne.

Migros vend-t-elle déjà de l'alcool sous son nom?

Oui! Le supermarché en ligne Migros regorge déjà d'alcool. Le terme de recherche «vin» génère plus de 600 résultats sur le shop du géant de l'alimentation. La sélection de bières est également large avec 250 résultats, et la catégorie spiritueux et apéritifs comprend près de 150 produits, rappelle la SonntagsZeitung. Ce n'est donc que dans les supermarchés Migros que le géant de l'orange respecte strictement son interdiction d'alcool.

C'est justement la vente en ligne sous le nom de Migros de ces produits alcoolisés qui a fait tiquer les responsables des magasins. En effet, Migros a changé le nom de son site de Le Shop en Migros Online l'an dernier. Avec le nouveau nom, cependant, le vin, la bière et le schnaps peuvent désormais être achetés sous le nom de Migros. A noter que Migros propose à ces produits une petite et discrète étiquette «Partenaire».

Mais pourquoi donc vendre de l'alcool?

C'est évidemment une question de gros sous. Migros doit faire face à la montée en puissance de ses concurrents: Coop en premier lieu qui a connu une croissance supérieure à celle de Migros l'an dernier. En outre, les deux discounters allemands que sont Lidl et Aldi grignotent des parts de marché également.

Le point commun de tous ces concurrents? Bingo! La vente d'alcool bien sûr. Certains responsables, chez Migros, estiment donc que les clients font l'entier de leurs achats chez la concurrence parce qu'ils y trouvent de tout.

Quelle est la grande tendance chez les délégués?

Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, le camp pro-alcool, comme disent les initiés, aurait pris de plus en plus d'importance dans les hautes sphères de la gouvernance du géant orange. En effet, c'est une préoccupation majeure de certains gérants de coopératives de pouvoir vendre de l'alcool, estime la SonntagsZeitung.

Plusieurs délégués ont donc fait inscrire une motion à l'ordre du jour de leur prochaine assemblée, prévue le 6 novembre. Ils décideront alors, si un scrutin doit être organisé.

«La motion pour un scrutin devrait certainement passer»

Un initié dans la SonntagZeitung

Il y a de fortes chances, par conséquent, que les délégués votent sur l'autorisation de vente d'alcool prochainement. Une petite révolution est sans doute en marche dans le monde de l'agroalimentaire Suisse. (jah)

Bon assez parlé de boisson et de gros sous...

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Un demi-milliard de francs, voilà le prix des intempéries et ce n'est qu'un début

Grêle, pluies et inondations se sont succédé, ces dernières semaines, et tout cela a un coût. Les assureurs qui s'attendent à une multiplication de ce genre d'événements appellent à la prévention.

La facture des dommages causés par les intempéries des dernières semaines en Suisse promet d'être hors normes, affirment plusieurs journaux dominicaux. Si aucun chiffre définitif ne peut être articulé, car de nombreuses évaluations sont encore en cours, une première évaluation permet de se rendre compte du coût engendré par les catastrophes naturelles cette année.

En effet, les institutions cantonales ont déclaré des pertes d'environ 450 millions de francs suisses, déclare Siméon Bongard, …

Lire l’article
Link zum Artikel