Suisse
Economie

Beaucoup de Suisse vont (encore) passer leurs vacances au pays

Coup de pouce pour les Suisses qui vont passer leurs vacances au pays

Le deuxième été sous le signe de la pandémie s'annonce relativement positif pour le tourisme helvétique, qui va miser sur les visiteurs résidents.
23.06.2021, 12:2623.06.2021, 17:06
Plus de «Suisse»

«La demande des résidents suisses pour des vacances dans leur pays est à nouveau très importante», s'est réjoui mercredi Suisse Tourisme. Mais malgré la probable simplification des règles d'entrées pour les touristes étrangers, l'organisation s'attend à ce qu'il manque encore 5% des nuitées hôtelières au secteur.

Concrètement, l'organisation s'attend cette année à ce que 95% des nuitées de 2020 soient enregistrées, un manque à gagner de 1,2 million de nuitées représentant une valeur ajoutée de 250 millions de francs.

AG à 11 francs

L'absence des voyageurs en provenance de pays lointains, ainsi que de la clientèle d'affaires, continue d'affecter la branche. Suisse Tourisme ne s'attend pas à une reprise dans ces domaines «avant un an ou deux».

Si Suisse Tourisme s'attend à un retour «progressif» des touristes européens, la possibilité offerte aux Suisses de passer à nouveau leurs vacances à l'étranger va peser.

Pour soutenir le tourisme local, le directeur de Suisse Tourisme, Martin Nydegger, a dévoilé une nouvelle offre estivale sous la forme d'un abonnement général, permettant de découvrir la Suisse pendant un mois avec les transports publics pour 11 francs par jour. (ats/asi)

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un rapport lié aux jeunes trans secoue le Royaume-Uni et «étonne» en Suisse
La publication d'un épais rapport sur la prise en charge thérapeutique des mineurs transgenres fait l'effet d'une bombe au Royaume-Uni. Le pays est en passe de revoir sa doctrine concernant les bloqueurs de puberté. Qu'en est-il en Suisse?

C'est un document explosif qui a déferlé dans les médias et la société britannique la semaine dernière: le «rapport Cass» revient en long et en large sur les méthodes et l'encadrement des mineurs transgenres dans des établissements britanniques. Le document de 390 pages se montre critique sur l'état de la documentation scientifique, notamment sur les bloqueurs de puberté administrés à certains mineurs dans l'attente d'une possible transition de genre, mais aussi sur leur prise en charge.

L’article