DE | FR
Le sommet du Moléson et son restaurant sont prisés des touristes suisses et étrangers.
Le sommet du Moléson et son restaurant sont prisés des touristes suisses et étrangers.
keystone

Covid et tourisme: «Le délai pour nous adapter est beaucoup trop court»

Comment le tourisme accueille les annonces du Conseil fédéral de ce vendredi? Pas très bien… La question des tests payants et leur arrivée soudaine déplaisent.
17.09.2021, 19:1919.09.2021, 09:39

L’homme a de nombreuses casquettes. Il est propriétaire et directeur de la station touristique des Préalpes du Moléson, en Gruyère, qui comprend des remontées mécaniques, quatre restaurants et de nombreux chalets et appartements de vacances. Il est membre du comité des Remontées mécaniques suisses et du Magic Pass, cet abonnement commun à 40 stations.

Bref, Antoine Micheloud a une vision très large de la situation dans la restauration, dans le tourisme et les loisirs. Alors que le Conseil fédéral a décidé de maintenir sa décision de rendre payants les tests Covid dès le 1er octobre (bien qu’il soit prêt à des «ajustements») et de renforcer les contrôles aux frontières dès lundi, Antoine Micheloud analyse la situation dans laquelle se trouvent ses secteurs d’activité. Interview.

Ces annonces du Conseil fédéral, c’est la douche froide?
Antoine Micheloud: Ce n’est finalement pas nouveau, mais je critique le délai qu’on nous laisse: beaucoup trop court. Nous espérions un laps de temps pour laisser aux gens la possibilité de se faire complètement vacciner. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut faire en deux minutes…

«Je ne comprends pas pourquoi une mesure a été annoncée le mercredi pour une mise en œuvre le lundi (pour le certificat dans les restaurants) ou dans trois semaines (pour la fin des tests payants). Nous nous attendons à une forte baisse du chiffre d’affaires»

C’est vrai que s’il faut payer un test pour accéder au restaurant de montagne, ça fait cher la fondue…
C’est clairement dissuasif. En montagne, les loisirs et la gastronomie sont fortement liés. Du moment où il faut un certificat Covid pour manger ou se réchauffer au sommet d’une montagne, les gens ne prendront pas la remontée mécanique pour y accéder. Ce d’autant plus qu’il commence à faire froid en altitude. Les terrasses, c’est bientôt terminé.

Quand même, le Conseil fédéral a annoncé qu’il allait peut-être ajuster le tir rapidement…
Certes, mais le délai est toujours un problème.

Donc vous êtes à nouveau plongé dans l’incertitude… Ca vous pèse?
Vous savez, dans le tourisme, nous naviguons à vue depuis le début de la pandémie. On comprend bien toutes les décisions prises et on salue l’esprit d’ouverture et le soutien des autorités qui ont permis de maintenir les domaines skiables ouverts l’an passé, notamment. Si nous pouvions comprendre qu’en mars 2020, il fallait réagir très rapidement.

«Mais un an et demi plus tard, la Confédération pourrait quand même nous laisser un peu de temps pour nous adapter»

Le Conseil fédéral n’a pas abordé la question du certificat dans les remontées mécaniques. Vous la sentez comment?
Imposer le certificat dans les remontées mécaniques aurait de lourdes conséquences sur l’entier du tourisme de montagne. La Confédération doit s’en rendre compte et nous devons à tout prix éviter ça. Dans beaucoup d’endroits, les remontées mécaniques sont un moyen de transport public comme le train ou le bus.

«Une telle mesure risque de fragiliser toute une importante branche économique qui a essuyé de lourdes pertes au cours de deux saisons passées»

Comme pour la restauration, ce serait nous imposer des contrôles très compliqués à mettre en oeuvre pour les remontées mécaniques. Le problème est le même: la Confédération impose des contrôles aux sociétés pour inciter à la vaccination, mais ce sont des acteurs privés qui assument le coût des contrôles… Dans la restauration, l’hôtellerie ou les remontées mécaniques, nous ne voulons plus entendre que nous pouvons faire notre travail mais que pour ça, nous devons aussi faire la police et, partant, employer du monde en plus. Les autres branches, la construction, la finance n’ont pas de telles contraintes.

Etes-vous confiant?
Il y a actuellement des pourparlers entre les Remontées mécaniques suisses et la Confédération. Nous avons déjà prouvé l’an dernier que les remontées ne sont pas des lieux de diffusion du coronavirus. J’ai donc confiance dans le bon sens des autorités.

«Le Conseil fédéral ne s’est pas laissé imposer des mesures par l’opinion publique ou les autres pays, je ne vois pas pourquoi il le ferait cette fois»

Ce vendredi, le Conseil fédéral a également annoncé un renforcement des mesures aux frontières, principalement pour les non-vaccinés ou non-guéris. Un problème?
Dans le fond, je comprends la volonté d’éviter de faire entrer des cas dans le pays. Mais là aussi: il ne faut pas fragiliser la destination «Suisse» en allant trop loin.

«Quand une personne de l’étranger prépare un voyage, il regarde la situation et les mesures dans chaque pays. Si la Suisse est plus sévère que les autres, le touriste choisira une autre destination»

De plus, il sera demandé de réaliser un deuxième test entre 4 et 7 jours après l’entrée en Suisse. Il sera aux frais des voyageurs. La Suisse est déjà une destination onéreuse, donc si le touriste introduit encore un test payant dans son budget, il risque de ne pas venir ici.

En souvenir du 1er août 2021

1 / 12
Le 1er août 2021
source: sda / salvatore di nolfi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Un rigole un peu avec Madame Copin

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

sondage

Food battle! On dit LE ou LA Nutella? Participez à notre sondage!

Sur la planète bouffe, il y a des débats qui brisent des amitiés. Quel thé froid chatouille votre cœur? Pâtes carbo avec ou sans crème? Fondue ou raclette? Dites-nous tout!

Lire l’article
Link zum Artikel