larges éclaircies
DE | FR
3
Suisse
Politique

Les décisions du Conseil fédéral quant aux mesures contre le Covid

Image
keystone

Les tests seront-ils payants le 1er octobre? «C'est encore flou»

Le Conseil fédéral a tranché sur la question de la gratuité ou non des tests. Il a aussi précisé les règles en matière d’entrée sur le territoire suisse. Tout savoir en un coup d’œil: c’est par ici.
17.09.2021, 14:5719.09.2021, 10:29

L’Exécutif fédéral subissait des pressions de toutes parts. Des cantons, favorables à la fin des tests gratuits dès le 1er octobre. Des élus du Parlement aussi, partisans d’une prolongation de la gratuité…

Le tout alors que les étudiants des hautes écoles sont entrés en résistance et que les restaurateurs sont encore sous le choc de l’extension du certificat Covid à leur secteur. Bref, une situation pour le moins complexe. Verdict de la conférence de presse de ce vendredi? C’est par ici!

Tests gratuits ou payants?

Il y avait de l’espoir après que les élus du Parlement fédéral ont fait part de leur volonté de voir le Conseil fédéral rétropédaler sur la question de la gratuité des tests. Pour rappel, le Conseil fédéral a décidé la semaine dernière de rendre payant les tests à partir du 1er octobre 2021.

Et finalement, c’est non. Mais ça reste encore passablement flou. Notamment au niveau de la date exacte. Selon Alain Berset, il est possible que la transition vers les tests payants se fasse plus en douceur. C'est encore flou a-t-il déclaré lors de la conférence de presse du jour. L’objectif, à moitié avoué: augmenter sensiblement la couverture vaccinale dans le pays, qui ne décolle pas et flirte avec les 52% de la population.

Toutefois, une motion est dans l’air au Parlement, portée par l’UDC. Elle aura pour objectif de tordre le bras du Conseil fédéral. Aussi, lors de sa conférence de presse, Alain Berset, ministre de la Santé, a affirmé que des aménagements sont envisageables, notamment pour ceux qui ont reçu une première dose.

Test pour entrer en Suisse

Ce que le Conseil fédéral a décidé par contre, c’est de régler la question de l’entrée sur le territoire suisse. Le contexte: un grand nombre de cas «importés» par les vacanciers de retour de vacances et une prévention en vue des vacances d’automne.

Dès lundi, toutes les personnes non vaccinées ou non guéries devront présenter un test négatif (antigénique ou PCR) à leur entrée en Suisse, quels que soient leur provenance et le moyen de transport utilisé.

Après quatre à sept jours en Suisse, elles devront effectuer à leurs frais un deuxième test dont le résultat devra être transmis aux autorités cantonales compétentes.

Les personnes vaccinées ou guéries disposant d’un certificat COVID ou d’une autre preuve valable de vaccination ou de guérison ne seront pas tenues de se faire dépister.

Formulaire obligatoire

Toutes les personnes entrant en Suisse – vaccinées, guéries ou testées négatives – doivent aussi remplir le formulaire d’entrée (Passenger Locator Form, SwissPLF).

Cela permettra aux cantons d’effectuer des contrôles aléatoires pour vérifier si les personnes non-vaccinées ou non guéries ont effectué le deuxième test.

Pour les frontaliers

Les personnes qui traversent la Suisse sans faire de halte, celles qui, dans le cadre de leur activité professionnelle, transportent des voyageurs ou des biens en traversant la frontière, ainsi que les travailleurs frontaliers et les personnes en provenance de zones frontalières sont exemptés de l’obligation de présenter un test et un formulaire d’entrée.

Contrôles et sanctions

Les personnes qui ne sont pas en mesure de présenter le résultat d’un test à leur arrivée devront se faire tester immédiatement après. Les cantons sont tenus d’effectuer des contrôles aléatoires pour vérifier si les personnes non vaccinées ou non guéries se sont effectivement soumises à un deuxième test.

Qui enfreindra ces règles encourra une amende d’ordre de 200 francs en cas d’entrée sans certificat de test et de 100 francs en cas de formulaire non rempli.

Avec l’espace Schengen

Les dispositions actuelles réglant l’entrée en Suisse restent inchangées. Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) tient toujours une liste des pays à risque qui détermine qui peut entrer ou non sur le territoire suisse.

Tous les pays ne faisant pas partie de l’espace Schengen qui ne figurent pas sur cette liste sont considérés comme des pays à risque en provenance desquels les ressortissants non vaccinés se voient appliquer des restrictions à l’entrée.

L’outil en ligne Travelcheck permet de savoir quelles personnes de quels pays peuvent entrer en Suisse et à quelles conditions.

Certificat Covid pour les vaccins faits à l’étranger

Dès le 20 septembre, toute personne qui a été vaccinée à l’étranger avec un vaccin autorisé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et qui a son domicile en Suisse ou qui entre en Suisse pourra obtenir un certificat Covid suisse.

Actuellement, seuls les certificats des pays affiliés au certificat Covid numérique de l’UE sont compatibles avec le système suisse. Les documents peuvent être soumis par voie électronique.

Jusqu’au 10 octobre 2021, à titre transitoire, tous les certificats de vaccination étrangers (par exemple, le certificat de vaccination de l’OMS) sont valables pour l’accès aux installations ou aux manifestations requérant un certificat.

Pass sanitaire dans les restaurants, Jour 1: le verdict

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Une femme transgenre nommée secrétaire des femmes romandes de l'UDC
Samedi soir à Echallens (VD), Clémentine, une femme transgenre de 49 ans, a été élue à l'unanimité secrétaire des femmes romandes de l'UDC. watson a recueilli sa réaction et celle d'une de ses collègues de parti.

«J’avais un trac fou avant d’entrer dans la salle.» Tout est allé si vite. Samedi soir à Echallens (VD), Clémentine*, une femme transgenre qui n’est officiellement femme que depuis février dernier, a été nommée secrétaire de l’association des femmes romandes de l’UDC. Jeudi, dans un article consacré à l’attrait exercé par la droite dure sur des personnes gays, lesbiennes et trans, watson évoquait le changement de genre de Clémentine*, 49 ans, mère de six enfants après avoir été leur père.

L’article