DE | FR

Retraite à 65 ans: 9 choses que vous devez savoir sur le débat AVS

Les femmes devront travailler jusqu'à l'âge de 65 ans. Ainsi en a décidé Berne. Reste un nombre important de questions encore ouvertes. Parmi celles-ci, les compensations auxquelles les femmes auront droit.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
10.06.2021, 12:5110.06.2021, 17:36
ch media / team watson

Le principe est acquis: les femmes devront travailler jusqu'à 65 ans. Comment en est-on arrivé à cette décision politique. Qu'est-ce que cela implique concrètement? Dix points pour mieux comprendre la situation.

Pourquoi la réforme de l'AVS est-elle nécessaire?

L'AVS a un trou béant dans ses coffres. D'ici à 2030, elle aura besoin de 26 milliards de francs supplémentaires.

Quelles pistes pour stabiliser l'AVS?

L'égalisation de l'âge de la retraite des femmes permettra à l'AVS d'économiser 1,4 milliard de francs par an. Mais l'institution de protection sociale la plus importante doit également recevoir plus d'argent.

Le Conseil national veut augmenter la TVA de 0,4%, ce qui permettrait d'injecter 1,4 milliard de francs dans les caisses de l'AVS. Le Conseil des Etats n'a jusqu'à présent souhaité qu'une augmentation de 0,3 %.

La BNS sera-t-elle sollicitée? Du coup, la réforme de l'AVS sera-t-elle superflue?

Non. La Chambre haute veut que la Banque nationale injecte dans l'AVS le produit brut des taux d'intérêt négatifs. Cela représenterait actuellement un à deux milliards de francs par an.

En outre, la BNS devrait effectuer un versement unique au fonds AVS de 12 à 15 milliards de francs – avec le bénéfice brut des intérêts négatifs engrangés depuis 2015. L'UDC et la gauche l'ont emporté avec cette proposition. Toutefois, ce serait un petit miracle si le Conseil des Etats approuvait également cette idée. Car hier encore, le Conseil national a clairement rejeté une motion similaire.

Quand l'âge de la retraite des femmes sera-t-il relevé?

Il est prévu que la première étape ait lieu un an après l'entrée en vigueur de la réforme. Un référendum sera probablement lancé avec une votation en 2022. La réforme entrera donc en vigueur au plus tôt en 2023 – à condition que le peuple dise oui. La première étape de l'élévation de l'âge de la retraite aurait donc lieu en 2024. Cela signifie que les femmes nées en 1960 devraient travailler trois mois de plus.

Travailler plus longtemps, mais avec quelles compensations?

C'est la grande question! Le Conseil national veut améliorer la situation des femmes à faibles revenus. 40% des économies résultantes du relèvement de l'âge de la retraite seront reversées à une génération transitoire de six personnes.

Le modèle de rémunération repose sur deux piliers. Tout d'abord, les femmes doivent pouvoir continuer à prendre une retraite anticipée sans que leur pension soit fortement réduite.

Deuxièmement, il existe un supplément du montant de la pension. Jusqu'à un revenu de 57 360 francs, les femmes recevraient 150 francs par mois. Jusqu'à 71 700 francs, le supplément serait de 100 francs et pour tous les autres 50 francs.

Qu'est-ce que le modèle trapézoïdal?

Le modèle du Conseil des États prévoit également un bonus de pension pour les femmes. La génération transitoire doit recevoir une allocation de 150 francs par mois au maximum - selon le moment de la retraite, l'allocation doit d'abord augmenter, puis rester stable et enfin diminuer à nouveau. Le Conseil des Etats avait prévu 2,2 milliards de francs.

Quelles sont les prochaines étapes?

Maintenant, c'est à nouveau le tour du Conseil des États. Le groupe parlementaire du Centre jouera un rôle décisif. Il est d'ores et déjà clair que l'ancien PDC veut faire pression pour des mesures de compensation plus élevées. Le centre déploie des plans pour combiner le modèle du Conseil national et le modèle du trapèze. Cette combinaison doit être examinée en profondeur au Conseil des Etats.

L'objectif est que davantage de personnes bénéficient des suppléments de rente par rapport au modèle du Conseil national. Cependant, les mesures de compensation ne doivent pas coûter plus de quatre milliards de francs.

Les femmes ont-elles des rentes plus basses?

Oui, mais seulement si l'on considère ensemble les rentes de l'AVS et de la prévoyance professionnelle (LPP). Dans le cadre de l'AVS, les femmes et les hommes reçoivent presque la même rente. Pour ce qui est du deuxième pilier, en revanche, les femmes reçoivent en moyenne une pension deux fois moins élevée. Cela n'est pas surprenant: les femmes travaillent plus à temps partiel que les hommes.

De plus, en raison de la déduction de coordination, le travail à temps partiel est mal assuré. La réforme de la LPP a pour but d'améliorer la situation des femmes en matière de retraite. Elle est actuellement examinée par la commission des affaires sociales du Conseil national.

Les retraites anticipées sont-elles encore possibles?

Oui. Cette pratique n'est possible qu'à partir de 63 ans, tant pour les hommes que pour les femmes. Pour les femmes, le seuil est actuellement de 62 ans.

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

La droite appelle le PS à stopper l'initiative contre les F-35

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le drôle de cadeau offert au président sortant du Grand Conseil valaisan
Drôle de cadeau pour le président sortant du Grand Conseil valaisan. Manfred Schmid (Le Centre) s’est vu offrir le droit de tirer un mouflon. Et ce n'est pas tout.

Il fallait bien le remercier pour son année de bons et loyaux services à la présidence du Grand Conseil valaisan. Le journal Le Temps révèle que le service parlementaire a gratifié le démocrate-chrétien Manfred Schmid de la possibilité de tirer un mouflon. Vous savez, cet ovin aux longues cornes impressionnantes de beauté, ancêtre du monton:

L’article