DE | FR

Le Covid a fait tousser l'industrie Suisse qui espère ne pas rechuter

Ein Mitarbeiter bearbeitet einen wichtigen Auftrag fuer den Eisenbahnsektor der Firma Tenconi, ein in der Metallverarbeitung taetiges Unternehmen, am Dienstag, 14. April 2020, in Airolo. Unter Einhaltung der Hygienemassnahmen und der Social Distancing-Regeln wird der Betrieb in Tessiner Industriebetrieben schrittweise wieder aufgenommen. (KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

Le repli mondial lié à la crise sanitaire n'a épargné aucun fabricant. keystone

Le secteur industriel a payé un lourd tribu au coronavirus: 6000 emploi biffés, près de 10% de chute des revenus. Retour sur une année tumultueuse et la crainte d'une nouvelle vague.



Un ralentissement mondial fortement ressentit

L'industrie, en Suisse, est fortement dépendante des exportations. Dans ce contexte, le repli mondial lié à la crise sanitaire n'a épargné aucun fabricant. Cela s'est soldé par la disparition de 6000 emplois entre janvier et fin septembre. L'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux employait alors 318 300 personnes.

Sur la période la branche a vu ses revenus chuter de 9.8% au regard de 2019. Le repli des envois à l'étranger a affecté l'ensemble des marchés, observe Swissmem, la faîtière de la branche. Les exportations à destination des Etats-Unis ont chuté de 12,6%, celles vers l'Union européenne de 11,9%, alors que les livraisons en Asie ont un peu mieux résisté, la baisse se fixant à 7,5%.

Allègement des mesures,
le second souffle

Après l'effondrement du deuxième trimestre, l'allègement des mesures sanitaires s'est finalement traduit par une reprise durable des affaires, note Swissmem. Ainsi, les entrées de commandes ont retrouvé, au quatrième trimestre, un niveau quasiment équivalent à 2019.

L'embellie devrait se poursuivre cette année. Les attentes des entreprises de la branche pour les douze mois à venir sont également plus optimistes qu'elles ne l'étaient à la fin du troisième trimestre 2020.

Le secteur tremble à l'idée d'une troisième vague

Si les perspectives semblent prometteuses, Swissmem ne manque, toutefois, pas d'évoquer les craintes subsistant quant à l'irruption d'une éventuelle troisième vague de la crise sanitaire, laquelle conduirait inéluctablement à un nouvel effondrement global.

Déjà un appel à l'aide pour 2021

Dans le contexte de l'affaiblissement de la demande, l'an dernier, des entreprises avaient recouru aux réductions d'horaires de travail. Ces firmes atteindront donc, cette année, la durée d'indemnisation maximale du chômage partiel fixée à 18 mois.

Afin d'éviter de nouveaux licenciements en raison de la pandémie dans les entreprises particulièrement touchées, la durée maximale de l'indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail doit être portée à 24 mois, demande le président de la faîtière Martin Hirzel. (ats/jah)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Covid permet au cinéma suisse de régater avec Hollywood

En Suisse, 2020 a vu reculer le nombre de films projetés de 43% et la fréquentation des salles chuter de deux tiers. Mais les créations suisses ne s'en sortent pas trop mal.

Le Covid-19 a eu un impact significatif sur de nombreux secteurs et parmi eux, le cinéma, rapporte l'Office fédéral de la statistique (OFS) mardi. Pour rappel, les salles sont toujours fermées et par rapport à 2019, le secteur subit des reculs impressionnants:

Le recul le plus net s’observe pour les films produits aux Etats-Unis (–56%, 56 films). Cette baisse est deux fois moins marquée (28%) pour les productions suisses (51 films).

Ainsi, dans le contexte de la pandémie, le cinéma suisse à …

Lire l’article
Link zum Artikel