Suisse
eglise

Abus dans l'Eglise catholique: voici les mesures prises

Les évêques suisses ont pris une décision contraire au droit canonique

Des standards garantiront que seules des personnes adéquates servent l'Église catholique. Les transferts d'abuseurs seront proscrits, a annoncé lundi la Conférence des évêques suisses.
27.05.2024, 11:14
Plus de «Suisse»
Abus dans l'Eglise: les évêques suisses ont pris une décision contraire au droit canonique le 27 mai 2024.
De nouvelles mesures pour lutter contre les abus dans l'Eglise catholique ont été prises.Image: KEYSTONE

Des «standards» seront introduits pour garantir que «seules les personnes adéquates» servent l'Eglise catholique. Les transferts de personnes ayant commis des abus seront proscrits, a annoncé, lundi, la Conférence des évêques suisses (CES).

La CES, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Conférence des Unions des Ordres et des autres communautés de vie consacrée (Kovos) ont présenté, lundi, à Zurich, un bilan intermédiaire sur la mise en œuvre de nouvelles mesures de lutte contre les abus et leur dissimulation. L'évêque de Coire Joseph Bonnemain a déclaré:

«La coopération des trois organisations ecclésiastiques est inédite en Suisse. L'effort de concertation est important, mais ce n'est qu'ainsi que nous pourrons lutter systématiquement contre les abus.»

Concrètement qu'est-ce que cela signifie?

«Au cours des années à venir», l'Eglise catholique romaine va accorder la priorité à différentes mesures. D'abord, l'aide aux victimes, les services de signalement et le traitement des cas seront professionnalisés. L'Eglise estime en effet que ses structures de signalement et d'intervention internes sont «insuffisantes à plusieurs égards».

Pour garantir une aide aux victimes indépendante, les organisations ecclésiales sont en contact avec les services d'aide aux victimes reconnus par l'Etat et avec la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS). Les premières décisions sont attendues en juin.

Des «standards uniformes» doivent garantir «que seules les personnes adéquates, donc aptes à la pastorale en contact direct avec autrui», servent l'Eglise. Les transferts de personnes ayant commis des abus seront proscrits. Des examens psychologiques devront être passés pour entrer en service. Les échanges entre les différents employeurs ecclésiaux seront réglementés. Les premières évaluations standardisées devraient avoir lieu en 2025.

Comment les cas seront-il traités?

L'étude historique sur les abus menée par l'Université de Zurich va se poursuivre pendant trois ans. Elle va prendre davantage en considération le point de vue des victimes et d'autres témoins. Les résultats seront présentés au public au cours du premier semestre 2027. L'étude est financée par l'Eglise à hauteur de 1,5 million de francs.

De plus, les responsables des évêchés et des Eglises nationales ont signé une déclaration dans laquelle ils s'engagent à ne plus détruire des documents en lien avec des cas d'abus. C'est contraire à ce que préconise le droit canonique, souligne la CES.

L'Eglise catholique annonce aussi la mise en place d'un «tribunal pénal et disciplinaire canonique national». Il s'agit d'assurer une application correcte et uniforme des lignes directrices et des normes pénales propres à l'Eglise pour sanctionner les coupables d'abus.

Comment fonctionnera ce nouvel outil juridique?

Les droits de protection, d'information et de procédure des personnes concernées seront garantis. Ce tribunal fera appel à des juristes externes à l'Eglise. Des représentants de la CES ont mené de premiers entretiens sur ce sujet avec le Vatican. Un concept devrait être présenté d'ici la fin de l'année aux autorités compétentes à Rome.

«Ce train de mesures ne permettra pas de résoudre tous les problèmes», a reconnu le président de la RKZ Roland Loos. D'autres mesures devront être prises:

«Nous mettons tout en oeuvre pour que les questions liées à l'exercice du pouvoir, à la morale sexuelle et à la position des femmes soient abordées rapidement.»

L'étude de l'Université de Zurich, présentée en septembre dernier, a permis de documenter 1002 cas d'abus sexuels dans l'Eglise catholique en Suisse depuis le milieu du XXe siècle. Il ne s'agirait que de la pointe de l'iceberg, car la plupart des cas n'ont pas été signalés et des documents ont été détruits. (jah/ats)

Ce chien valaisan fait sensation sur les réseaux
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nemo va parler de troisième sexe avec Beat Jans
L'artiste biennois, honoré par sa ville lundi soir, va rencontrer le conseiller fédéral Beat Jans mardi et abordera la question du troisième genre.

«Les dernières semaines ont été complètement folles, tout est allé très vite», a expliqué Nemo lors d'une rencontre lundi avec les médias. L'artiste de Bienne a dû faire face d'un jour à l'autre à une nouvelle notoriété.

L’article