Suisse
eglise

Abus sexuels: il y aura un tribunal pénal ecclésial en 2024

Il y aura un tribunal spécial pour les abus au sein de l'Eglise

Ça fait longtemps que les instances catholiques en parlent, mais elles passent aux actes. Secoués par de fréquentes révélations d'abus sexuels dans l'Eglise, les évêchés suisses se sont mis d'accord pour un tribunal pénal ecclésial.
24.11.2023, 13:37
Plus de «Suisse»

Le tribunal pénal de l'Eglise catholique suisse sera mis sur pied l'an prochain pour juger des cas d'abus sexuels. L'évêque de Bâle Felix Gmür l'a annoncé vendredi, répondant notamment au synode lucernois qui bloque une partie de ses contributions financières.

Lorsque des cas d'abus sexuels au sein de l'Eglise catholique aboutissent à un jugement d'une cour pénale suisse, le tribunal ecclésial doit prendre le relais, a expliqué aux médias Mgr Gmür, président de la Conférence des évêques suisses. Ce tribunal doit être composé de spécialistes qui connaissent le droit ecclésial, sans être obligatoirement de confession catholique.

Agrandir le «pool» des juges

Jusqu'à présent, les affaires pénales au sein de l'Eglise catholique suisse étaient traitées uniquement par une Cour dépendante de l'un ou de l'autre évêché. La création d'un tribunal regroupant tous les diocèses du pays permet de disposer d'un effectif plus important de spécialistes, tels que des juges, pour remplir cette tâche.

En outre, l'évêché de Bâle va mettre en place un service de médiation pour des causes en tous genres, a annoncé Felix Gmür. Cet organe recueillera non seulement les signalements d'abus sexuels, mais aussi des désaccords de toutes sortes.

A la mi-septembre, l'Université de Zurich a publié une étude mandatée par l'Eglise catholique suisse sur les abus sexuels survenus depuis la moitié du siècle dernier en son sein. Au moins un millier de cas ont été documentés, mais il s'agit de la pointe de l'iceberg, la plupart des cas ayant été couverts, ignorés ou minimisés. L'étude était notamment mandatée par la Conférence des évêques suisses que Felix Gmür préside.

Demi-boycott lucernois

Le parlement de l'Eglise catholique lucernoise a décidé, le 8 novembre, de ne verser que la moitié de sa contribution de 884'000 francs à l'évêché de Bâle, tant que ce dernier ne passe pas de la parole aux actes pour traiter les cas d'abus sexuels dans le diocèse. Il n'entend décider de l'autre moitié qu'en automne 2024

Face aux médias, Mgr Gmür a dit comprendre la préoccupation du synode lucernois et respecter sa décision tout en la critiquant. «Il serait mieux et aurait été souhaitable de discuter d'abord ensemble», a observé le prélat qui s'est dit prêt au dialogue avec une commission désignée par le synode lucernois. Et d'ajouter: «Nous allons en débattre et trouver une bonne solution.»

Selon la commission des finances des collectivités catholiques cantonales du diocèse, la décision lucernoise n'est «pas judicieuse», car elle pourrait entraîner des mesures d'économies. Le budget de l'évêché de Bâle atteint 5,1 millions de francs dont 3,8 millions proviennent des contributions des synodes cantonaux. La commission soutient la poursuite de l'étude sur les abus sexuels, la mise en lumière de tous les faits et l'indemnisation des victimes.

(ats)

Des ours rigolos? Les voici:
1 / 23
Des ours rigolos? Les voici:
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur X
Le 4ème mondial de fondue à Tartegnin
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Il manquera 2300 médecins généralistes en Suisse dans moins de 10 ans
La médecine interne générale perdra 44% de son personnel en dix ans. La Suisse est confrontée à un vrai problème.

D'ici dix ans, la Suisse aura besoin de plus de 2300 nouveaux internistes généralistes, avertit la Société suisse de médecine interne générale (SSMIG). Les responsables politiques sont invités à créer un cadre offrant des conditions de formation et de travail attrayantes pour combler cette lacune.

L’article