Suisse
Emmanuel Macron

Macron en Suisse: accord trouvé avec les opposants à sa venue

Macron à Lausanne: accord trouvé avec les opposants à sa venue
A l’occasion d’une visite officielle en Suisse, Macron doit échanger deux heures durant sur le thème de l’Europe avec son homologue suisse Alain Berset.

Macron chahuté à Lausanne? Ce qui a été convenu avec les pro-palestiniens

Reçus vendredi 10 novembre par la direction de l'Université de Lausanne, des étudiants pro-palestiniens pétitionnaires ont appris qu'ils pourront poser des questions à Emmanuel Macron, lors de sa rencontre avec Alain Berset, le jeudi 16 à l'Unil.
10.11.2023, 12:4614.11.2023, 08:40
Plus de «Suisse»

Tout risque de violence est-il à présent écarté? Un «malentendu» semble avoir été dissipé entre la direction de l’Université de Lausanne (Unil) et les opposants à la venue du président français Emmanuel Macron, le 16 novembre sur le campus lausannois. A l’occasion d’une visite officielle en Suisse, il doit échanger deux heures durant sur le thème de l’Europe avec son homologue suisse Alain Berset, dans le bâtiment Amphimax.

«Soutien inconditionnel» à Israël

Au cours d’une réunion qui s’est tenue, ce vendredi matin, dans le château de Dorigny, sis sur le campus, les deux parties ont accordé leurs violons, a appris watson. Ceux qui protestaient contre la présence du chef de l’Etat français dans les murs de l’Unil, lui reprochant sa politique «antisociale» en France et son «soutien inconditionnel» à Israël dans la guerre en cours à Gaza, ont appris qu'ils pourraient prendre la parole lors de l’échange public qu’il aura avec le président de la Confédération, Alain Berset.

👉Suivez en direct la guerre entre Israël et le Hamas👈

A cette occasion, le conseiller communal socialiste lausannois Mountazar Jaffar, assistant en science-politique à l’Unil, l’une des figures de la mobilisation en faveur de la Palestine dans le chef-lieu vaudois, posera une question en lien avec la guerre au Proche-Orient.

La rencontre de ce vendredi 10 novembre intervient après une série de propos intimidants publiés sur différentes plateformes telles WhatsApp ou Telegram à l’approche du sommet Macron-Berset le jeudi 16 à l’Unil. Cette semaine, Le Temps rapportait des menaces lancées contre le président français, faisant écho ou non à l'actualité de ces derniers mois dans l'Hexagone: «On lui lancera des tomates», «ça va l’attendre à l’entrée du bâtiment», «batte de baseball à la main», « go venir en abaya».

Un membre du canal Telegram confiait au quotidien genevois:

«Nous avons une forme de haine contre les dirigeants européens, principalement Emmanuel Macron. On lui reproche son hypocrisie sur la question climatique, son déni de démocratie en déployant le 49.3 pour les retraites ou encore certains discours identitaires, proches de l’extrême droite.»

«Etat qui soutient la politique destructrice d'Israël»

A ces motifs s’en est ajouté un autre, la guerre à Gaza, le chef de l’Etat français passant pour un soutien sans faille d’Israël aux yeux de groupes d’extrême gauche et propalestiniens jusque-là décidés à chahuter sa venue. Une pétition apparue jeudi sur le compte Instagram Lausanne-Palestine invite (ou invitait) la direction de l’Unil à «un dialogue constructif», comme l’a constaté watson.

«A l’heure où les directeurs des principales agences de l’ONU, de nombreux Etats et des dizaines d’institutions internationales déplorent d’une même voix la situation dramatique à Gaza et appellent à un cessez-le-feu immédiat, pendant que le secrétaire général des Nations Unies désigne désormais Gaza comme un "cimetière pour enfants", le conseil rectoral choisit de donner la parole à Emmanuel Macron, représentant d’un Etat qui soutient la politique destructrice du gouvernement israélien à l’encontre du peuple palestinien. Cette invitation constitue une prise de position politique forte de la part de l’Université.»

Menaces voilées

Cette présentation s’accompagne de menaces voilées: «Il est essentiel dans ce contexte de souligner que l’indifférence de l’Unil à l’égard de la souffrance des étudiant.e.s.x peut avoir de graves conséquences sur leur santé mentale. Ignorée, cette tristesse se transforme peu à peu en colère avec le potentiel de susciter des perturbations. (…)»

«Face à notre incapacité à contenir indéfiniment la frustration et l’indignation des étudiant.e.s.x lésé.e.s.x, nous invitons la Direction à un dialogue constructif au sujet de ces événements»
Texte de la pétition

Si les auteurs de la pétition rapportent «les chiffres de l’Unicef, faisant état de plus 9400 morts, dont plus de 4000 enfants» dans la bande de Gaza en raison des bombardements israéliens, ils passent sous silence l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre qui a fait 1400 morts côté israélien, essentiellement des civils.

«Israël est une création de l’Occident»

Mountazar Jaffar, qui n’est pas à l’origine de la pétition, était dans la délégation «anti-Macron » reçue vendredi matin par des membres de la direction de l’Unil. «Je comprends les intentions des pétitionnaires et partage leur incompréhension. Je critique tout autant le soutien inconditionnel apporté par la France à Israël. Dans cette guerre, il s’agit de l’oppression du peuple palestinien privé de sa terre par une puissance impérialiste et colonisatrice. Israël est une création de l’Occident.»

La direction de l’UNIL parle d’un «échange constructif» avec ceux qui se présentaient comme hostiles à la visite du président Macron. Une source proche de la direction rapporte:

«Ils ont fait part de leur anxiété à l’idée de la venue d'Emmanuel Macron dans le contexte de la guerre à Gaza»
Gaza après les bombes
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Le débarcadère de Cully à nouveau opérationnel après trois mois de travaux
Après avoir été endommagé par une tempête en mars dernier, le débarcadère de Cully (VD) a rouvert ses portes.

Le débarcadère de Cully (VD) est à nouveau opérationnel, après trois mois de travaux. L'installation avait été malmenée en mars dernier lors d'une tempête de vaudaire qui avait fortement endommagé le Simplon, un bateau Belle-Epoque de la CGN.

L’article