Suisse
énergie

Le prix de l'électricité va grimper en Suisse dès 2024

Swissgrid annonce une forte hausse des tarifs d'électricité en 2024

Le prix de l'électricité va continuer de grimper en 2024. En plus des coûts de réseau plus élevés, l'exploitant de ce dernier, Swissgrid, facture pour la première fois les coûts des réserves hivernales. Un ménage moyen paiera plus du double de cette année.
22.03.2023, 08:2723.03.2023, 07:00
Plus de «Suisse»

Au total, un ménage moyen avec une consommation annuelle de 4500 kilowattheures (kWh) devra s'acquitter en 2024 de tarifs Swissgrid de 146 francs. En 2023, il lui en coûtait 70 francs sur la facture d'électricité.

Ce tarif plus que doublé s'explique par une augmentation du prix du réseau de transport et par les coûts des réserves d'électricité hivernales.

Les services du gestionnaire de réseau reviendront à 92 francs. Cela représente 7% de la facture annuelle d'électricité. A ce tarif plus élevé s'ajouteront en 2024, pour la première fois, les coûts pour les réserves hydroélectriques, les centrales de réserve et les groupes électrogènes de secours destinés à assurer l'approvisionnement du pays. La Confédération a en effet décidé par ordonnance que Swissgrid devait facturer ces coûts au consommateur.

Il en coûtera ainsi 54 francs supplémentaires au consommateur moyen. Les entreprises seront elles aussi fortement impactées.

«Facteurs exogènes»

Swissgrid explique, par ailleurs, la forte augmentation du prix de la prestation de base du réseau de transport par l'explosion des tarifs des services-système (PSS) généraux. Le prix de ces prestations - qui assurent l'équilibre entre production et consommation - passe de 0,46 centime par kWh cette année à 0,75 centime en 2024.

En 2024, un ménage moyen paiera plus du double de cette année.
En 2024, un ménage moyen paiera plus du double de cette année.Image: sda

A ce sujet, Swissgrid écrit qu'en raison des prix escomptés sur les marchés européens de l’électricité, il s’attend à une nette augmentation des charges d’approvisionnement pour la mise en réserve de la puissance de réglage. Le gestionnaire du réseau suisse doit, en outre, réduire un déficit, également dû en grande partie à la forte hausse des prix du marché de l’électricité.

De plus, le tarif pour les pertes de transport passe de 0,3 à 0,64 centime par kWh. Là encore, la raison en est la forte augmentation des coûts d'approvisionnement dans un contexte de prix élevés.

En résumé, les raisons de toutes ces hausses «sont des facteurs exogènes sur lesquels Swissgrid n'a aucune influence», précise l'entreprise, en référence aux prix sur les marchés de l'électricité et aux prescriptions réglementaires. A noter que les tarifs d'utilisation du réseau, qui dépendent beaucoup moins de facteurs exogènes, restent stables. (ats)

Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées
1 / 18
Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées
source: sad and useless
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi l'UDC refuse d'interdire les signes nazis en Suisse
Seule l'UDC est opposée à l'interdiction des signes nazis dans l'espace public. Pour éviter tout blocage, le rapporteur romand du texte qui sera voté mercredi propose de découper la matière législative en deux. Explications.

Les parlementaires savent-ils de quoi ils parlent? Pas vraiment et ils en sont bien conscients. Le sujet est grave: il s’agit d’interdire les signes nazis. Mais pas que. La motion sur laquelle le Conseil national est appelé à se prononcer mercredi a beaucoup du filet dérivant: un attrape-tout peu regardant sur la marchandise. Déjà adopté par le Conseil des Etats, le texte de la motion entend prohiber non seulement les signes du IIIe Reich (la croix-gammée, les lettres SS et la tête de mort associée à l’organisation nazie), mais aussi des «moyens de propagande» visant à dénigrer les membres d’une ethnie ou d’une religion. Vaste programme. Trop vaste?

L’article