Suisse
Europe

Alexandre Fasel sera en charge des relations Suisse-Europe

Cet homme sera en charge des relations Suisse-Europe

Alexandre Fasel, diplomate suisse d'origine fribourgeoise.
Alexandre Fasel.Image: admin
Alexandre Fasel nommé nouveau secrétaire d'Etat du Département fédéral des affaires étrangères.
28.06.2023, 14:3029.06.2023, 18:14
Plus de «Suisse»

Alexandre Fasel sera le nouveau secrétaire d'Etat du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) d'Ignazio Cassis. Le Conseil fédéral l'a nommé mercredi en remplacement de Livia Leu. Il prendra ses fonctions le 1er septembre et sera actif notamment dans les relations avec l'Union européenne (UE).

Agé de 62 ans, ce diplomate fribourgeois est actuellement représentant spécial pour la diplomatie scientifique au sein de la Genève internationale. Grâce à sa longue carrière en tant que chef de mission sur les plans multilatéral et bilatéral, ainsi qu’aux nombreux postes occupés à Berne, il possède les qualités et l’expérience nécessaires pour occuper ce poste clé, selon le gouvernement.

Cassis a eu du mal à trouver un responsable 👇

Fasel devra notamment s'occuper des questions internationales ayant un impact de politique intérieure, comme l'agression militaire russe en Ukraine, le travail au sein du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) et la gestion des crises internationales. Il devra aussi prendre en main le dossier européen.

Il a fait des études de droit à Fribourg et à Oxford. Il est entré au service du DFAE en 1992. (jah/ats)

Il publie des fiches de salaire sur TikTok
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
J'ai suivi les touristes qui envahissent les Alpes
Une observation dans l'Oberland bernois révèle des expériences décevantes. Le nombre de touristes a dépassé pour beaucoup les limites du supportable, et pourtant l'industrie continue de construire des infrastructures supplémentaires. Combien de temps cela va-t-il durer?

La dernière fois que j'ai visité l'Oberland bernois, c'était en 2021, pendant le Covid. Les touristes internationaux y étaient absents et une banque suisse encourageait le tourisme intérieur. J'ai profité de cette opportunité pour monter au Jungfraujoch. C'était une journée ensoleillée de rêve dont je me souviens bien, tout comme de la magnifique promenade jusqu'à la cabane du Mönchsjoch. Le nombre de visiteurs était agréable et gérable.

L’article