DE | FR
Une activiste à Buenos Aires, Argentine. En 2016, quatorze pays d'Amérique latine figuraient parmi les 25 pays présentant les taux de féminicide les plus élevés.
Une activiste à Buenos Aires, Argentine. En 2016, quatorze pays d'Amérique latine figuraient parmi les 25 pays présentant les taux de féminicide les plus élevés.Bild: keystone

Féminicides en Suisse: confusion des chiffres et chaos dans les termes

Cette année, trois femmes ont déjà été victimes d'un féminicide. Le sujet reste, toutefois, très flou. Voici où se situe la Suisse en matière de terminologie, de chiffres et de mesures.
23.03.2022, 06:1223.03.2022, 09:52
Sarah Serafini
Sarah Serafini
Sarah Serafini
Suivez-moi
  • Le 29 janvier, deux hommes ont passé à tabac une femme de 50 ans à Emmenbrücke (LU). Elle a été grièvement blessée. Les auteurs sont inconnus et en fuite.
  • Le 11 février, la police municipale de Zurich a trouvé le cadavre d'une femme de 54 ans dans son appartement. L'auteur présumé est un jeune homme de 23 ans. Quelques jours seulement après le crime, il aurait poignardé une autre femme à Graz, en Autriche. Il a ensuite été arrêté.
  • Le 15 février, un homme âgé de 54 ans a probablement blessé grièvement son fils de 24 ans ainsi que sa femme de 52 ans. Il se serait approché de cette dernière alors qu'une interdiction de contact et de périmètre avait été prononcée récemment à son encontre.
  • Le 27 février, une sexagénaire a été abattue dans le canton de Bâle-Campagne. Un parent de la femme, âgé de 30 ans, est fortement soupçonné. Il a été arrêté.
  • Le 12 mars, un homme de 35 ans a vraisemblablement tué son épouse à Rapperswil (SG). Elle est morte à l'âge de 32 ans.

La plateforme de recherche stopfemizid.ch dresse la liste de ces événements pour l'année 2022. Selon les activistes, il y a un féminicide toutes les deux semaines en Suisse et une tentative de féminicide toutes les semaines.

«Féminicide», définition

Un fémini-quoi? Ce terme datant du 19ᵉ siècle a été rendu célèbre, en 1976, par la féministe sud-africaine Diana Russell. Elle l'a utilisé pour définir la violence extrême envers les femmes et pour mettre en évidence la misogynie qui se cache derrière. Elle a écrit:

«Le féminicide ne désigne pas seulement le meurtre de femmes ou le meurtre de femmes par des hommes. C'est un instrument conceptuel, un terme qui pointe spécifiquement et politise le meurtre sexiste, patriarcal et misogyne de femmes et de filles par des hommes.»

Au début des années 1990, le mot est arrivé en Amérique latine. Des mouvements de protestation comme Ni Una Menos (en français «Pas une de moins») ont mis en lumière la grande propagation des féminicides dans des pays comme le Mexique, le Brésil ou l'Argentine. Cela a notamment conduit à l'adoption de lois contre les féminicides dans de nombreux pays d'Amérique latine et à la collecte de statistiques officielles par l'Etat.

Ce mot s'est implanté dans les discours en Suisse et en Europe il y a quelques années. Le groupe Ni Una Menos, à Zurich, se rattache à la protestation des organisations d'Amérique latine. En utilisant le terme de féminicide, les activistes veulent attirer l'attention sur le fait qu'une structure de pouvoir patriarcale se cache souvent derrière un homicide commis par un homme sur une femme. Parler de «violence domestique», de «meurtre passionnel» ou de «drame familial» minimiserait l'acte et passerait sous silence le problème systémique central.

Alors que de plus en plus de politiciennes et de journalistes intègrent le mot «féminicide» dans leur langage, les autorités de poursuite pénale suisses et les statistiques officielles renoncent à utiliser ce terme.

L'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes de l'UE définit le féminicide de la manière suivante:

«Ce terme couvre notamment le meurtre de femme résultant d'une violence exercée par un partenaire intime, la torture et le meurtre à caractère misogyne de femmes, l'élimination de femmes et de filles au nom de l'honneur et autres meurtres liés à des pratiques préjudiciables, l'assassinat ciblé de femmes et de filles dans le contexte de conflits armés, et les cas de féminicide liés aux gangs, à la criminalité organisée, aux trafiquants de drogues et à la traite des femmes et des filles.»

Les chiffres

Comme il n'existe pas de statistiques officielles sur le féminicide, différents chiffres circulent sur les cas en Suisse. Le projet de recherche stopfemizid.ch répertorie 26 féminicides au total pour l'année dernière. En 2020, la plateforme a recensé 16 cas.

L'Office fédéral de la statistique fournit d'autres chiffres. Il répertorie les homicides commis dans le contexte de la violence domestique. En font partie les homicides commis:

  • Au sein d'un couple.
  • D'un ancien couple.
  • D'une relation parent-enfant.
  • D'une autre relation de parenté.

Les statistiques actuelles pour l'année 2020 font état de 28 homicides consommés dans le contexte domestique. Parmi ces victimes, vingt étaient des femmes et huit des hommes.

La statistique policière de la criminalité donne également un aperçu de l'ampleur du problème en Suisse. Entre 2011 et 2020, 479 personnes ont été tuées en Suisse. Dans 53% de ces cas, il s'agissait d'un homicide dans le cadre d'une relation familiale ou de partenaires. Sur ces 255 personnes, 191 étaient des femmes.

Une étude du Bureau fédéral de l'égalité parvient à une conclusion similaire: alors que les homicides ont fortement diminué en Suisse, la même tendance ne s'applique pas aux homicides au sein du couple. Ceux-ci sont restés stables au cours des 20 dernières années. Actuellement, 40% de tous les homicides commis en Suisse sont des homicides au sein du couple. La Suisse est le seul pays d'Europe où le nombre de femmes victimes d'un homicide a dépassé celui des hommes au cours des dernières années, selon les auteurs de l'étude.

Les mesures

Outre les activistes, de plus en plus de politiciens demandent des mesures pour prévenir la violence envers les femmes et en particulier les féminicides. Même le Conseil fédéral a écrit dans un rapport de postulat qu'il voyait la nécessité d'agir et qu'il voulait miser sur différentes mesures. Il s'agit notamment:

  • De plans d'action pour la Confédération et les cantons.
  • De campagnes de sensibilisation.
  • De la réalisation d'études et de statistiques.
  • Du développement de la gestion des menaces.
  • D'une meilleure prise en charge des victimes.
  • De programmes d'apprentissage pour les auteurs.
  • Etc.

Un exemple de mesure concrète? Le développement du monitoring électronique. Il devrait bientôt être possible d'utiliser des appareils de surveillance dans le contexte de la violence domestique. Jusqu'à présent, les bracelets électroniques qui enregistrent le lieu de séjour d'une personne étaient seulement possibles comme mesure de substitution à une peine de prison.

Désormais, il sera également possible de surveiller une personne qui, par exemple, a fait l'objet d'une interdiction de contact et d'une interdiction géographique en raison de violences domestiques. La forme que prendra cette surveillance électronique n'est toutefois pas encore claire.

Margaux et Marie ont fait équipe pour buter des zombies

1 / 12
Margaux et Marie ont fait équipe pour buter des zombies
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La petite ukrainienne qui chantait «Libérée, délivrée» remplit un stade

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Encore une dose de vaccin Covid en 2022? Swissmedic répond à Moderna
A ce jour, aucune demande n'a encore été déposée auprès de Swissmedic de la part des fabricants de vaccins.

Ce mardi, Paul Burton, médecin-chef du fabricant de vaccins Moderna, annonçait dans le Blick: «La pandémie se poursuit et je ne pense pas que nous atteindrons un état endémique dans un avenir proche». Comment se protéger selon lui? En portant un masque, en analysant les données et en faisant une deuxième dose de booster.

L’article