DE | FR

Pour l'égalité, une session des femmes au Parlement

Image: KEYSTONE
Une Session des femmes aura lieu en fin octobre au Parlement à Berne. Toutes les Suissesses peuvent s'y inscrire. Le but: faire des demandes concrètes sur l'égalité au Conseil fédéral.
07.04.2021, 11:55

Siéger durant deux jours pour discuter d'égalité avec des élues et présenter des requêtes concrètes au Conseil fédéral et au Parlement, ça vous tente? C'est l'idée de la Session des femmes.

L'événement organisé par Alliance F, la faîtière des organisations féminines suisses, aura lieu les 29 et 30 octobre 2021.

Comment s'inscrire?

Toutes les femmes actuellement en exercice au gouvernement, au Conseil national, au Conseil des Etats ou dans les parlements cantonaux ont déjà été invitées à participer à cette session.

Les sièges restants seront attribués par une procédure démocratique.

Depuis ce mardi 7 avril, les femmes de toute la Suisse peuvent soit s'inscrire en tant que candidates, soit en tant qu’électrices en suivant ce lien. Le vote aura lieu entre le 14 et le 31 mai 2021.

Pourquoi une telle session?

Les femmes ont obtenu le droit de vote et d'éligibilité au niveau fédéral il y a cinquante ans. Cependant, Alliance F regrette que les décisions politiques ne soient toujours pas prises sur un pied d’égalité par les femmes et les hommes.

Les femmes sont encore minoritaires dans presque toutes les instances politiques et l'égalité sociale et économique n'est pas atteinte. «Il est grand temps que cela change», estime la faîtière.

C'est la deuxième fois qu'une telle session sera tenue. L'événement avait déjà eu lieu en 1991, l'année de la première Grève des femmes en Suisse. (as/ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe tance Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article