larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Femmes

Harcèlement sexuel au travail: les Suissesses en font aussi preuve

Affaire Lizzo: que sait-on du harcèlement par des femmes en Suisse?

Le récent scandale autour de Lizzo a permis de mettre en lumière un phénomène peu connu: le harcèlement sexuel par les cadres féminins. Bien que ce types de cas soit avéré, rares demeurent néanmoins les chiffres qui le prouvent. Une experte ayant rédigé la seule étude disponible en Suisse nous éclaire sur le sujet.
05.08.2023, 16:1905.08.2023, 17:16
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Il fait partie de ces mots profondément connotés. Lorsqu'il s'agrippe au monde du travail, qu'il soit moral, physique ou sexuel, le harcèlement clive couramment les genres en rôles bien tranchés; les hommes sont les prédateurs, les femmes les proies. Et non sans raison: depuis l'avènement, en 2017, de l'affaire Harvey Weinstein – notable carburant du mouvement #MeToo, jamais autant de statistiques n'ont corroboré ce contraste, aux Etats-Unis comme dans d'autres pays européens.

Quelques années plus tôt, les chiffres confirmaient également le fléau au sein des frontières romandes. Un projet de recherche national soutenu par l'Université de Lausanne (UNIL) concluait en effet qu'en 2008, 18% des employées avaient subi du harcèlement sexuel de la part de collègues ou cadres masculins. Un nombre qui montait à 49% lorsqu'il s'agissait de comportements impliquant le risque d'engendrer un climat favorable à ce type de délit.

Si la réalité selon laquelle les auteurs sont majoritairement masculins est donc indéniable, elle éclipse, toutefois, une infime, mais non moins essentielle, partie immergée de l'iceberg. Et c'est le récent scandale entourant Lizzo qui permet de s'y intéresser davantage: fin juillet, trois anciennes danseuses ont déposé plainte, à Los Angeles, contre la chanteuse américaine. Elles auraient été harcelées sexuellement par leur supérieure, une femme.

Un cas sur six s'applique à une cheffe harceleuse

Discussions déplacées, chantages sexuels, attouchements non consentis... Le cas de Lizzo, à ce jour présumée innocente, prouve au demeurant que les cadres féminins peuvent tout autant faire subir à leurs subalternes des gestes et des discours contraires aux mœurs. C'est ce que confirme auprès de watson Marianne Schär Moser, psychologue du travail à Berne, co-autrice du projet de recherche susmentionné.

La chanteuse Lizzo répond aux accusations de harcèlements sexuels et discrimination
La chanteuse Lizzo.Keystone

En Suisse, cette dernière a été parmi les premiers experts à s'intéresser au harcèlement sexuel dans le cadre professionnel, mais également à l'identité diversifiée des auteurs. On sait, grâce à son travail réalisé avec deux autres spécialistes, que:

«Dans moins d'un sixième des cas, les femmes sont à l'origine de [comportements pouvant mener au harcèlement sexuel au travail]»
Marianne Schär Moser, psychologue du travail et co-autrice du projet de recherche suisseprojet de recherche

Dans ce rapport, on parvient même à obtenir des indices visant à repérer les prédatrices en fonction: il s'avérerait que les femmes privilégient généralement le harcèlement sexuel verbal (via des moqueries et des discussions sexuelles) plutôt que physique. Elles ne vont, par ailleurs, quasiment jamais harceler physiquement des employées femmes, là où elles se le permettront davantage avec des employés hommes.

Finalement, toujours d'après les conclusions de Marianne Schär Moser et ses consœurs, les femmes travaillant majoritairement avec des hommes ont tendance à montrer des comportements potentiellement plus inopportuns que lorsqu'elles sont seules ou avec d'autres femmes dans la hiérarchie.

Plus qu'une femme, une personne de pouvoir

Ces éléments ne semblent pourtant pas s'associer complètement aux sévices brossés par les victimes présumées de Lizzo dans les médias. Pour Marianne Schär Moser, cela s'explique:

«Dans le cas de Lizzo, ce n'est pas tant le fait qu'elle soit une femme qui constitue le point décisif de l'affaire, bien que cela interpelle. C'est plutôt le fait que ce soit une personne influente détenant du pouvoir au sein du domaine dans lequel elle évolue.»
Marianne Schär Moser, psychologue du travail et co-autrice du projet de recherche suissewatson

Si l'on en croit la spécialiste bernoise, les accusations portées à l'encontre de la récipiendaire de Grammy Awards et icône du body positivisme seraient donc moins liés à sa personne qu'à l'environnement de travail qu'elle et sa direction auraient instauré au sein des équipes.

Selon Marianne Schär Moser, un climat de travail sexualisé, comme elle l'observe à travers certains clips de Lizzo, constitue en effet «l'un des plus grands facteurs à risque pouvant ainsi plus facilement mener à des situations de harcèlement sexuel.»

Idées préconçues et honte

Difficile pourtant d'obtenir davantage de données fiables sur la question, comme le déplore la psychologue du travail: «Malheureusement, il n’y a que très peu de recherche sur le harcèlement sexuel avec des auteures femmes (de même que sur les victimes hommes)». La faute, d'abord, à un manque féroce de considérations de la société aux premières heures des analyses sur le sujet:

«Lorsque les recherches autour du harcèlement sexuel ont débuté, les spécialistes ne pensaient pas que cela pouvait être causé par des femmes.»
Marianne Schär Moser, psychologue du travail et co-autrice du projet de recherche suissewatson

Et quinze ans après leur étude, Marianne Schär Moser et ses deux consoeurs demeurent à l'origine de la seule étude disponible en Suisse sur le harcèlement sexuel au travail, quel que soit le sexe de l'auteur concerné. L'experte constate un manque cuisant de personnes osant libérer la parole. Une observation corroborée par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, qui fait état de moins de 20% des victimes signalant le délit aux autorités suisses:

«Encore aujourd'hui, il est extrêmement difficile d'obtenir des témoignages de victimes concernées par le harcèlement sexuel au travail. Surtout quand ces dernières sont des hommes. Ils ressentent une forme de honte»
Marianne Schär Moser, psychologue du travail et co-autrice du projet de recherche suissewatson

Le Conseil fédéral s'empare du problème

La rareté des études abordant le harcèlement au travail en Suisse ne devrait cependant plus être un problème. Le 28 septembre 2018, le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS) a déposé un texte au Conseil national. Ce dernier appelait à réaliser une nouvelle étude sur ce sujet, regrettant que la dernière en date remonte à 2008. «Il est temps d'obtenir des chiffres fiables sur la problématique du harcèlement sexuel», exigeait-il.

Et il semble que ces invectives aient été entendues. Après avoir réalisé une étude concluant à l'insuffisance des données sur le harcèlement sexuel en Suisse, le Conseil fédéral a lancé un appel d'offres aux experts, lors de sa séance du 27 avril 2022, pour bénéficier de davantage d'analyses.

«Pour le Conseil fédéral, le harcèlement sexuel est une forme de violence de genre qu'il faut combattre avec détermination»
Conseil fédéraladmin

D'ici là, du point de vue Marianne Schär Moser, le temps reste plus que jamais à la prévention: «Il est crucial que les entreprises traitent les cas de harcèlement sexuel dès les premiers soupçons. Plus tôt ces derniers sont considérés et vérifiés, moins les conséquences s'avéreront graves.»

Copin comme cochon: les vendeuses dans les magasins
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'Etat du Valais respecte l'égalité salariale
L'Etat du Valais a une «pratique salariale équitable pour tout son personnel», estime une analyse externe. Le plus grand employeur du canton affiche une valeur inférieure au seuil de tolérance fixé par la loi fédérale.

L'égalité salariale peut être considérée comme respectée au sein de l'Etat du Valais, plus grand employeur du canton, affirme une analyse externe. S'il reste 2,1% de différence non expliquée entre les salaires des femmes et ceux des hommes, cet écart reste inférieur «au seuil de tolérance fixé à 5%» par la loi fédérale.

L’article