assez ensoleillé13°
DE | FR
Suisse
Genève

Film sur le Hamas à Genève: «Il y aura une équipe médicale»

L'attentat du Hamas à Genève: «Il y aura une équipe médicale»
L'association Suisse-Israël organise une projection d'un film de l'attaque du Hamas, du 7 octobre dernier. image: dr

L'attentat du Hamas sur grand écran à Genève: «Il y aura une équipe médicale»

Après les journalistes en Israël et les parlementaires français mi-novembre, le film des attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre sera projeté à Genève. Officiellement invité, le sérail politique du bout du lac ira-t-il s'infliger 45 minutes de violences sans filtre? Petit coup de sonde.
28.11.2023, 05:5328.11.2023, 11:46
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Depuis le 7 octobre, des images de l'attentat du Hamas voyagent sur différents écrans géants de la planète. Monté et proposé par l'armée israélienne, ce film a déjà été visionné par des journalistes et des diplomates (sur une base militaire non loin de Tel-Aviv), mais aussi par une centaine de parlementaires français au coeur de l'Assemblée nationale, mi-novembre. Tous sont ressortis humainement «choqués», «dégoûtés».

Et alors que le parlement européen a, lui aussi, eu droit à sa séance d'effroi, dans la foulée et dans son hémicycle bruxellois, la Chambre belge des représentants avait refusé de se prêter à l'exercice.

C'est désormais au tour de Genève d'accueillir la projection de ces 44 minutes et 43 secondes d'atrocités, sans filtre, durant lesquelles il est diffusé des meurtres, des actes de torture et des viols, sans censure, ni mise en perspective. Une démarche permise par l'ambassade d'Israël à Berne et coordonnée par la section genevoise de l'association Suisse-Israël. Date de la séance: le 1ᵉʳ décembre prochain.

👉Suivez en direct la guerre entre Israël et le Hamas👈

Les députés du Grand Conseil ont été conviés personnellement à découvrir «ces images extraites des téléphones et des GoPro des assaillants du Hamas, des portables des victimes des attaques ainsi que des secouristes».

«L’objectif de cette séance est de permettre aux médias, aux associations et ONG concernées par la thématique ainsi qu’aux autorités une meilleure compréhension de cet événement tragique qui continue de susciter nombre d’inquiétudes»
Selon l'invitation envoyée par l'association Suisse-Israël

Joint par téléphone, Victor Gani, président de la section genevoise de l'association, confirme que les élus du bout du lac ont reçu l'invitation «ce week-end», par e-mail. Lundi à mi-journée, l'association pouvait déjà compter sur une «quinzaine de confirmations». Le président nous précise que s'il n'a pas encore lui-même regardé ces images, le vice-président sera présent dans la salle, le 1er décembre.

«Les projections de ce film sont coordonnées au niveau mondial»
Victor Gani, président de la section genevoise de Suisse-Israël

A Paris, la plupart des élus de tout bord ayant assisté au montage proposé par l'armée israélienne, se sont dits «traumatisés» par ce qu'ils ont vu à l'écran et une cellule psychologique d'urgence avait été mise en place pour l'occasion. Une telle précaution est également prévue à Genève, à en croire Victor Gani.

«Oui, une équipe paramédicale sera présente à Genève, lors de la projection des images documentant l'attaque du Hamas, mais je ne sais pas encore précisément comment cela s'organisera»
Victor Gani, président de la section genevoise de Suisse-Israël

Réaction des politiques

Les élus genevois vont-ils s'infliger un peu moins d'une heure de violences crues, sur un écran? Parmi ceux qui ont bien voulu nous répondre, Caroline Marti, cheffe du groupe socialiste au Grand Conseil genevois, nous confie que, «personnellement», elle ne se rendra pas à cette projection et qu'«aucun mot d'ordre au niveau du groupe» n'a été prononcé à ce sujet.

Idem du côté du PLR, qui ne souhaite pas avancer groupé. Le patron de groupe au Grand Conseil, «à titre personnel», décline l'invitation: «Je ne pense pas que le fait de voir de telles images sur un écran puisse modifier ma perception des horreurs qui se déroulent là-bas.» Les Verts genevois, eux, et après concertation, nous confient qu'ils vont «poliment refuser cette invitation, dans l'optique de ne pas prendre parti et en faveur d'un appel à la paix et au cessez-le-feu».

«On a l’impression que, même indirectement, il y a dans cette proposition une intention de nous forcer à prendre parti»
David Martin, président du groupe Les Verts au Grand Conseil

Pour le Vert David Martin, «la guerre des images et de l'information pousse à entrer dans une hiérarchisation de l'horreur à des milliers de kilomètres des affrontements». Il y a ensuite l'aspect personnel et émotionnel, une fois dans la salle, lorsqu'il s'agit d'appréhender et de digérer un tel film, en tant qu'être humain, sachant que «ça s’est réellement produit» et «que ce n'est pas un film d’horreur».

«Celui qui assiste à cette projection est-il courageux et celui qui décline un lâche? Ou l'inverse? Le risque de récupération est très présent»
David Martin, chef du groupe Vert au Grand Conseil

Le député et président du MCG, François Baertschi, déclinera lui aussi l'invitation, mais à cause d'un «emploi du temps déjà très chargé le 1er décembre». Attrapé au bout du fil lundi, l'élu genevois considère que visionner ce film «n’est pas nécessaire pour être bouleversé par ce qui se passe au Proche-Orient».

«Si ça pouvait aider concrètement à aller en direction de la paix, j'irais peut-être voir ce film. Mais on ne peut ni juger celui qui ressent le besoin de le voir ni celui qui n'est pas prêt à s'infliger tant d'horreurs sur un grand écran»
François Baertschi, président du MCG

D'autres séances sont-elles prévues ailleurs en Suisse? Pour l'heure, l'ambassade d'Israël à Berne, qui a insufflé la proposition genevoise, n'a pas répondu à nos multiples sollicitations.

Tsahal révèle en vidéo un bunker du Hamas sous l’hôpital Al-Shifa
Video: watson
8 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
8
«J'ai perdu un travail en Suisse parce que je suis raëlien»
Informaticien d'origine neuchâteloise, Antoine est raëlien depuis plus de 30 ans. Ils nous raconte comment il a rejoint le mouvement, l'impact que cela a eu sur ses proches et sa vie de tous les jours. Il retrace ses rencontres avec Raël et s'exprime sur les controverses qui entourent le groupe.

Le médaillon qu'il porte autour du cou - une croix gammée entourée d'une étoile de David - donne une indication précise sur son appartenance religieuse: Antoine est raëlien. Ça fait plus de 30 ans que cet affable informaticien romand a rejoint le mouvement qui affirme que la vie sur Terre a été créée par des extraterrestres. Suite à la diffusion d'un documentaire sur Netflix, sorti début février, il a accepté de répondre à nos (nombreuses) questions. Interview.

L’article