Suisse
Genève

Fin de la grève et accord trouvé à l'aéroport de Genève

Fin de la grève et accord trouvé à l'aéroport de Genève

La grève du personnel de Genève Aéroport a déjà mené à l'annulation d'une soixantaine de vols ce vendredi. Toutes les opérations ont été suspendues entre 6h000 et 10h000 du matin.
Des passag ...
La mobilisation a causé quelques retards ainsi que l'annulation de six vols.Image: KEYSTONE
Les employés de Dnata, en grève depuis ce dimanche matin, ont finalement trouvé un compromis avec la direction. Leurs salaires seront notamment augmentés de 3%.
24.12.2023, 14:4625.12.2023, 12:22
Plus de «Suisse»

La grève entamée dimanche à l'aube par une partie du personnel de Dnata, entreprise active à l'Aéroport de Genève, a pris fin à la mi-journée, suite à la conclusion d'un accord. Ce mouvement social a au final causé peu de perturbations sur le trafic aérien. Trois rotations, soit six vols, ont été annulées et quelques vols ont connu des retards supérieurs à une heure.

Des passagers ont aussi dû partir sans leurs bagages. Mais la situation était globalement fluide. Rien à voir avec la grève de fin juin qui avait bloqué les activités de l'aéroport, juste avant les départs en vacances.

Dnata assurait dimanche l'assistance de 85 vols sur les 419 prévus. Au total, près de 52'000 passagers étaient attendus à l'aéroport à la veille de Noël.

«Travail précaire, avion par terre»

La menace de grève avait été brandie dès le début de la semaine par le syndicat. Des discussions entre la société émiratie Dnata et le syndicat avaient été menées devant la Chambre des relations collectives de travail (CRCT), en vain.

La menace avait donc été mise à exécution dimanche matin. Près d'une centaine d'employés de Dnata s'était réunie dès 4h00 à l'extérieur devant le terminal des départs avec des banderoles. On pouvait y lire: «Travail précaire, avion par terre». Vêtus de gilets jaune fluo, ils criaient leur détermination: «On ne lâchera rien!».

Accord trouvé

Les négociations menées pendant la matinée entre le syndicat et la direction ont finalement débouché sur un accord peu avant midi. Le personnel a obtenu:

  • Une convention collective de travail (CCT) qui faisait défaut depuis 2017.
  • Une prime sur la pénibilité du travail.
  • Une augmentation de 3% des salaires (alors que les grévistes demandaient 5%).
  • Un bonus unique de 500 francs pour chaque collaborateur, en fonction du taux de travail.

La lutte paie

«Nous sommes très satisfaits»
Jamshid Pouranpi, secrétaire syndical du SSP

Le syndicaliste remercie au passage la direction d'avoir fait des pas en direction du personnel. Fait marquant, note le SSP dans un communiqué, le personnel zurichois de Dnata bénéficiera des mêmes conditions obtenues grâce à la grève à Genève.

Dnata emploie environ 600 personnes à Genève, soit un quart de tous les employés au sol. Ses collaborateurs s'occupent notamment de l'émission de billets, de l'acheminement des passagers et des bagages dans les avions.

La société opère pour le compte de différentes compagnies aériennes telles que Emirates, Ethiopian Airlines, Air France, KLM, British Airways, Iberia, Air Lingus et, en partie, Easyjet.

Selon des employés grévistes, le travail devait reprendre à la mi-journée. Ce mouvement social, qui finalement aura duré huit heures, a causé quelques retards de vols et quatre annulations. Des passagers sont aussi partis sans leurs bagages.

Copin comme cochon: l'aéroport de Genève
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Moscou ne veut plus aller à Genève pour discuter du Karabakh
La Russie veut apparemment punir la Suisse pour sa position dans la guerre en Ukraine. Moscou envisage de transférer les discussions sur le Haut-Karabakh de Genève vers un autre pays, selon le ministère russe des Affaires étrangères.

«La Russie se voit contrainte d'aborder la question du transfert des discussions sur la région du Haut-Karabakh de la Suisse vers un autre pays», a déclaré dimanche une représentante du ministère des Affaires étrangères à l'agence de presse étatique Tass.

L’article