Suisse
Grisons

Grisons: deux jeunes loups de la meute de Stagias tirés d'affaire

Non, les Grisons ne pourront pas abattre deux petits loups

Le 3 septembre, le canton avait demandé une autorisation de tir concernant deux jeunes loups de la meute de Stagias, qui menaçait des troupeaux. Voici pourquoi l’Office fédéral de l’environnement a refusé.
22.09.2021, 11:3522.09.2021, 15:28
Plus de «Suisse»

Pourquoi les Grisons ont réclamé le tir?

Le 3 septembre 2021, le canton des Grisons a déposé une demande auprès de L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) portant sur la régulation de la meute de loups de Stagias, après des attaques contre les troupeaux.

Pourquoi l'Ofev a dit non?

Après examen du dossier, l’autorité fédérale a conclu que les critères posés à une intervention dans la meute ne sont pas satisfaits. Les dégâts causés aux troupeaux d’animaux de rente sous protection se situent en-dessous du seuil requis, à savoir dix animaux attaqués. En effet, les animaux de rente attaqués indiqués par le canton n’étaient pas tous protégés.

Est-ce que l'Ofev a déjà dit oui à un tir?

Le 6 septembre dernier, l’office avait approuvé la demande de tir de régulation de trois jeunes loups de la meute du Beverin.

Et maintenant?

Le canton des Grisons peut encore faire recours contre la décision de l’Ofev auprès du Tribunal administratif fédéral.

Les loups en Suisse
La Suisse compte actuellement entre 130 et 150 loups et au moins 13 meutes: ces chiffres sont en augmentation. Le peuple suisse a, toutefois, refusé les tirs de loups à titre préventif lors de la votation populaire du 27 septembre 2020. Cet été, le Conseil fédéral a nettement abaissé le seuil à partir duquel les tirs de loups sont possibles. Pour en savoir plus 👉 Le loup seul ou en meute pourra être abattu plus rapidement
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
Rhubarbe a plus d'une corde à son arc.
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Sans mon mari, je serai pauvre à la retraite»: elle raconte son combat
Kerstin M. travaille depuis des années dans le commerce de détail, où les employées à bas salaire sont majoritairement des femmes. Son histoire rappelle pourquoi il est important de «faire du bruit».

Kerstin M. se rend toujours au travail en vélo électrique. Sauf en hiver, où elle prend le bus. Ni elle ni son mari n'ont de voiture. Par mesure d'économie. Commerçante de détail de formation, cette femme de 54 ans exerce un métier typiquement féminin et peu rémunéré. Sur les quelque 300 000 emplois du secteur en Suisse, plus de 80% sont occupés par des femmes.

L’article