DE | FR

Guerre, argent ou santé? Voici ce qui fait peur aux Suisses

Plus de six Suisses sur dix s'inquiètent de la guerre en Ukraine, révèle une étude publiée mardi. Le conflit a ainsi détrôné des préoccupations telles que la santé ou le salaire... sauf en Suisse romande.
10.05.2022, 12:0210.05.2022, 20:16
Suivez-moi

La pandémie est terminée. Du moins pour les Suisses. C'est ce que suggère le baromètre annuel des préoccupations de la population, publié mardi par le service de comparaison en ligne Moneyland.ch. Cette année, une nouvelle inquiétude trône au sommet du nouveau top dix, et elle est étroitement liée à l'actualité: la guerre en Ukraine.

Le top dix des préoccupations actuelles des Suisses ressemble à ça:

La nouvelle inquiétude numéro un des Suisses est donc la guerre en Ukraine, qui est citée par 62% des personnes interrogées en avril par Moneyland.

La peur de la Russie, les conflits potentiels et la guerre nucléaire sont également présentes dans le classement, et arrivent respectivement à la troisième, sixième et dixième place. Autre sujet transversal, le changement climatique se hisse en deuxième position: il inquiète 57% de la population.

La guerre en Ukraine et la Russie inquiètent les Suisses.
La guerre en Ukraine et la Russie inquiètent les Suisses.Image: Keystone

Ces préoccupations «internationales» ont, en partie, détrôné des soucis bien plus pratiques. Les primes maladie, l'AVS et la prévoyance vieillesse en générale arrivent seulement en cinquième, septième et neuvième position.

La fin du virus

Par rapport à l'année passée, certains sujets ont disparu du top dix et se placent beaucoup plus bas dans le classement général. La pandémie en est un exemple. Alors que le Covid inquiétait 53% de la population en 2021, il n'est aujourd'hui cité que par 23% des sondés. Ces autres thèmes ont régressé:

  • Le chômage (de 44% à 25%)
  • La surveillance de l'Etat (de 38% à 27%)
  • Les relations avec l'UE (de 37% à 29%)

Les femmes se sont généralement montrées plus inquiètes que les hommes, tout comme les personnes âgées de 50 à 74 ans. Avec la guerre froide en tête, 72% d'entre eux ont déclaré être préoccupés par la Russie.

Et en Suisse romande?

Des différences marquées sont apparues entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. De manière générale, les Romands affichent des préoccupations beaucoup «personnelles». Les Alémaniques s'inquiètent tout d'abord de la guerre en Ukraine, de la Russie et du changement climatique. De l'autre côté de la Sarine, la situation est la suivante:

Le conflit en Ukraine n'arrive donc qu'en troisième position, devancé par la santé des interrogés et les primes maladies. Avec des sujets tels que le salaire, les finances personnelles et l'avenir de ses enfants, les Romands affichent des préoccupations plutôt pratiques.

Dans l'actu: en Russie, les enfants font de la propagande déguisés en petits tanks

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine a fait augmenter les prix de ces biens en Suisse

Link zum Artikel

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

Link zum Artikel

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Link zum Artikel

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

Link zum Artikel

La Suisse est à nouveau présente sur le territoire ukrainien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Neutralité coopérative» de Cassis: comment la neutralité suisse a évolué
Le président de la Confédération a proposé un nouveau terme au Forum économique mondial de Davos. Est-il également synonyme de nouveau contenu? Une petite clarification de la notion de neutralité suisse.

Samedi, la NZZ a publié un article sur la situation actuelle de la neutralité. La phrase clé: «Alors qu'en Suisse, on continue à débattre des nouvelles formes de neutralité, celle-ci n'est plus reconnaissable en tant que telle depuis longtemps pour le reste du monde.» Le président américain Joe Biden l’a souligné: «même la Suisse» est cette fois-ci du côté d'un belligérant. Notre pays a en effet adopté les sanctions contre la Russie.

L’article