DE | FR
Genève, cette petite Russie.
Genève, cette petite Russie.Image: Shutterstock, montage: sainath bovay

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

La place financière genevoise est directement sous la menace des sanctions frappant la Russie en guerre contre l'Ukraine. Par ailleurs, c'est tout un mode de vie qui risque d'être bouleversé par la guerre. Enquête.
09.03.2022, 16:5811.03.2022, 12:44

Les jeunes libéraux-radicaux genevois (JLRG) ont l’art du contre-pied. En juillet dernier, ils se prononçaient contre le mariage gay. Cette fois-ci, ils s’opposent aux sanctions de la Confédération contre la Russie. Ils l’ont fait savoir le 2 mars dans un communiqué publié sur leur portail. «L’ensemble du comité a voté pour, moins une abstention, celle d’un de nos membres d’origine russe», raconte à watson le vice-président des JLRG, Joé Fivaz, auteur du texte intitulé La crise de la neutralité suisse.

«En première ligne»

Travaillant pour un fond d’investissement basé à Genève, le jeune homme craint pour la bonne marche des affaires dans son canton. Il fait état de cette inquiétude dans le communiqué du 2 mars. La gestion de fortune, «très présente à Genève», est «en première ligne» face aux sanctions, écrit-il.

«L’atout majeur de la Suisse est son image de havre de paix et de sécurité. Geler les comptes des personnes ayant le malheur d’être d’une certaine nationalité va endommager gravement cette image.»
Joé Fivaz, vice-président des JLRG

Un rouble sur trois géré en Suisse

La gestion de fortune suisse et tout spécialement la place financière genevoise sont en alerte – un tiers des avoirs privés russes déposés dans le monde, soit un rouble sur trois, le serait auprès d’établissements helvétiques. Le négoce lié au pétrole russe n'est pas moins en danger. Installés à Genève, présents sur ce marché en sursis, les traders Gunvor (société fondée par le Russo-Finlandais Guennadi Timtchenko, un proche de Vladimir Poutine, mécène il y a peu encore du Verbier Festival rattrapé par la guerre en Ukraine), Litasco en encore TotalEnergies peuvent voir leurs robinets d'import-export coupés d’un jour à l’autre. Des centaines d’emplois genevois sont en jeu dans ce seul domaine d'activités.

Et l’on peut ici parler de ruissellement sans se tromper: «Le négoce représente un quart des rentrées fiscales du canton de Genève», relève Adrià Budry Carbó, enquêteur à Public Eye, l’ONG suisse œuvrant pour des relations politiques et économiques plus équitables entre la Suisse et les pays en développement. «Ce sont là des données fournies par les autorités genevoises», précise-t-il.

Il faut sauver le soldat Genève

Alors, face à l’urgence, il n’y a plus de droite ou de gauche qui tienne. Le pétrole et les avoirs russes peuvent avoir une odeur d’oligarques, il faut penser aux salariés et petits indépendants qui commercent avec la Russie. D’où l’interpellation déposée par le conseiller national socialiste genevois, Christian Dandrès, le 3 mars au Parlement à Berne. «C’est une problématique majeure», pose le député, par ailleurs favorable aux sanctions.

«Cette interpellation demande au Conseil fédéral d’examiner les marges de manœuvre en termes de RHT, autrement dit, de chômage partiel. Il y a certes les centaines d’emplois du secteur financier, mais aussi tous les travailleurs indépendants. Je pense notamment aux horlogers, à ces nombreux sertisseurs auxquels font appel les grandes marques de l'horlogerie et de la joaillerie, dont les exportations vers la Russie sont touchées de plein fouet par les sanctions.»
Christian Dandrès, conseiller national socialiste genevois

«Je ne suis pas le seul à avoir reçu une médaille de Poutine»

Oui, la guerre en Ukraine est en train de bouleverser la vie économique genevoise. Plus que cela, elle atteint la quiétude d’une ville et d’un canton entretenant avec la Russie, un rapport propre aux vieux amants. S'y font jour des sentiments ou manifestations antirusses. Chez certains, ils étaient enfouis. Comme chez cette femme originaire d’un pays d’Europe de l’Est, autrefois vassal de l’URSS. Elle s'en est prise à une ressortissante russe habitant le même immeuble qu’elle. L’armée de Poutine pénétrant en Ukraine a réveillé en elle des souvenirs d’intervention de chars soviétiques écrasant des printemps déjà anciens.

Embarras

Le journaliste et député indépendant (autrefois du Centre) au Grand Conseil genevois Guy Mettan, anciennement directeur du Club suisse de la presse, connaît bien la Russie. Cet opposant de longue date à l'Otan passe pour un poutinophile de première aux yeux de ses détracteurs. «Depuis que la guerre en Ukraine a éclaté, j’ai droit à des insultes et menaces anonymes», rapporte-t-il. En 2017, il a été décoré par le Kremlin de l’Ordre de l’amitié, une médaille qui, à l’époque, a fait beaucoup jaser.

«Je ne suis pas le seul Suisse à avoir reçu cette médaille. Nous sommes une douzaine, dont l’ancienne conseillère fédérale socialiste genevoise Micheline Calmy-Rey, décorée avant moi, en 2014, et Poutine dirigeait la Russie»
Guy Mettan, journaliste et député indépendant au Grand Conseil genevois

Guy Mettan «déplore» l’agression russe de l’Ukraine, «comme toutes les agressions guerrières».

«J'essaie simplement d’avoir une vision contrastée de la situation. C’est ce qu’on me reproche et qui me vaut d’être traité de poutiniste. Ce que je dis, c’est qu’il y a une rationalité dans la décision de Poutine de faire la guerre. On ne peut pas se contenter de répéter à l’infini qu’il est fou.»
Guy Mettan

Si seulement il n’y avait pas la guerre, il n’y aurait que des belles choses à raconter sur Genève et la Russie. On pourrait parler de l’église russe orthodoxe, qui a rang de cathédrale et près de 160 ans d'âge. Sa deuxième restauration s'est achevée en 2017. Contacté par watson, l’archiprêtre Emilian Pocinoc, responsable administratif des lieux, répond que son église «n’arborera la bannière d’aucune des parties en conflit». Il s'explique:

«La raison en est simple: nous sommes avec le Christ. Et aujourd’hui, le Christ est avec les mères dont le cœur se brise pour les enfants, avec ceux qui ont perdu leurs enfants, avec ceux qui souffrent»
Emilian Pocinoc, archiprêtre de l'église russe de Genève

Certains en Occident, qui exigent à présent de tout Russe occupant une fonction officielle qu’il se désolidarise de l’action de la Russie en Ukraine, pourraient ne pas se satisfaire de ces paroles teintées d'une prudence qu'on peut comprendre.

L'église russe orthodoxe de Genève.
L'église russe orthodoxe de Genève.image: watson

Genève, la mondaine russe

Genève et la Russie, c’est aussi François Le Fort, dont la rue qui mène à l'église russe orthodoxe porte le nom. Ce Genevois organisa la flotte impériale du tsar Pierre le Grand, au 17e siècle, et en devint l’amiral. En 2006, la Russie fit cadeau à Genève d'un buste à la gloire de l'illustre ancêtre – Guy Mettan craint que l'œuvre ne soit barbouillée.

Genève et la Russie, c’est encore Sophie Dostoïevski, la fille du grand écrivain, enterrée au cimetière des Rois, près de la Plaine de Plainpalais. C’est Lénine, le futur révolutionnaire bolchévique, attablé au café Landolt, longtemps une institution de la bistroterie locale. C’est Georges Nivat, professeur de littérature russe à l’Université de Genève, l’un des traducteurs du plus célèbre des dissidents russes, Soljenitsyne.

Des conditions avantageuses

Enfin, la Russie et Genève, ce sont quelques milliers de Russes établis dans le canton, au bénéfice d’un permis de séjour. Ils vivent de leur travail ou de leur rente, certains jouissant de conditions fiscales avantageuses, comme tout étranger fortuné, rappelle Adrià Budry Carbó, de l’ONG Public Eye.

Les avoirs de quelques-uns pourraient être bloqués à l’avenir, s’ils ne le sont pas déjà:

«Les plus avisés auront peut-être déjà transféré tout ou une partie de leurs fonds à des proches ou membres de leur famille. On peut aussi faire l'hypothèse que la Suisse a pris des sanctions tout en sachant que certains trouveraient le moyen d’y échapper. Quant aux grands négociants de la place, les crises peuvent leur être profitables. Il suffit d’acheter et de vendre au bon moment.»
Adrià Budry Carbó, enquêteur à l’ONG Public Eye

Bertrand Reich, le président des libéraux-radicaux genevois, parti qui a ses entrées dans les milieux fortunés, estime que les sanctions prises par la Suisse contre la Russie «sont nécessaires». Mais il souhaite que le Conseil fédéral puisse faire valoir ses «bons offices».

«L’enjeu, c’est que soit préservé à Genève la cohabitation entre les différentes populations, qu’on ne les oppose pas les unes aux autres. Il y a, dans cette ville, des personnes russes ou d’origine russe parfaitement intégrées. Il y a, par exemple, l’ancien propriétaire de l’immeuble qui abrite aujourd’hui la Douma, le Parlement russe.»
Bertrand Reich, président du Parti libéral-radical genevois

Cette dernière confidence a quelque chose de délicieusement tragique. De russe.

La Suisse et ses sanctions font rire les américains

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les jeunes LGBTIQ+ sont davantage la cible de violences que les autres
Stress quotidien, harcèlement et consommation de substances: une étude d'Unisanté révèle des chiffres préoccupants

Les jeunes lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et en questionnement (LGBTIQ+) sont régulièrement confrontés à des violences psychologiques, verbales et/ou physiques. C'est le constat de l'étude réalisée par le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) à Lausanne, publiée mardi 17 mai à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie.

L’article