assez dégagé
DE | FR
2
Suisse
Humeur

Affaire Berset: la fable du coq et du canard

Alain Berset - Marc Walder - Covid leaks
Alain Berset et Marc Walder: deux des Suisses dont on a le plus parlé cette semaine.Image: keystone / dr (montage watson)
Humeur

Affaire Berset: la fable du coq et du canard

Depuis une semaine, Alain Berset se défend fermement face aux révélations ayant pointé les liens troubles entre son département fédéral et Ringier. Blick réfute bruyamment. Quel spectacle de basse-cour désolant.
21.01.2023, 16:25

L'affaire qui secoue le monde politique suisse depuis le début de la semaine est plutôt exceptionnelle. Elle contient, cependant, tous les ingrédients du drama politique classique: un politicien de premier plan mis en difficulté, un média gourmand chassant la primeur et quelques affaires juridiques en cours.

Reprenons: on a appris que l'ex-chef de la comm' du conseiller fédéral Alain Berset, Peter Lauener, est visé par une procédure pénale pour avoir donné à répétition des informations confidentielles à Marc Walder, patron du groupe de presse Ringier (dont Blick). Une autre procédure lancée par Lauener vise le procureur extraordinaire qui l'a interrogé, Peter Marti, pour abus de pouvoir et empêche de révéler des preuves contenues dans ses appareils électroniques. Toutes ces informations ont été révélées, samedi dernier, par le groupe CH Media (partenaire de watson).

Berset: les plumes d'un canard

Face aux critiques du monde politique, le conseiller fédéral socialiste est fragilisé et décrédibilisé. Mais il ne lâche rien. Questionné par quatre fois par la RTS en une semaine, il se réfugie systématiquement derrière l'argument de la procédure pénale en cours qu'il ne peut pas commenter.

Une posture assez classique, mais maîtrisée, qui lui permet de jouer la montre: tant que les documents saisis sur les appareils de Peter Lauener restent sous scellés, Alain Berset n'a rien à craindre. Qu'il ait été complice des fuites, les ait tolérées ou ait été complètement aveugle sur ce qui se passait dans son département fédéral de l'Intérieur (DFI), en l'absence de preuves, le Fribourgeois est couvert.

A peine consent-il à lâcher du bout des lèvres que les révélations de ces fuites sont «scandaleuses» — les révélations, pas les fuites. Tout cela semble lui couler dessus comme sur les plumes d'un canard. Et ce petit jeu durera autant qu'il le devra. Au moins jusqu'aux élections fédérales d'automne prochain et des réélections des conseillers fédéraux ayant lieu dans la foulée?

Blick fait le coq

Pour Ringier et Blick, c'est une autre histoire. Car exploiter une telle fuite est prestigieux pour le média de boulevard zurichois. Mais il faut le faire sans entacher sa réputation. Du coup, on s'entête à assurer l'indépendance du média à grand renfort de slogans bruyants.

Car, tant qu'à devoir se défendre publiquement, autant le faire en bonne et due forme, en bombant le torse et chantant bien fort, comme un coq.

«Personne n'influence Blick!»: si c'est écrit en grand, c'est sûrement que c'est vrai.
«Personne n'influence Blick!»: si c'est écrit en grand, c'est sûrement que c'est vrai.

Le texte de Blick est pour le moins intéressant, car on nous y assure tout et son contraire: «Non, il n'y a pas eu de fuites du DFI vers Marc Walder. D'ailleurs, cela ne change rien, car le patron n'a aucune influence sur la rédaction. La preuve: voici nos valeurs.» Circulez, il n'y a rien à voir.

Dans la basse-cour

Cet argumentaire en bloc saura-t-il convaincre les spectateurs de ce pénible spectacle politico-médiatique? Le doute est permis. Et ce d'autant que la position du patron de Ringier sur les mesures Covid était déjà connue.

Marc Walder a-t-il reçu ces informations confidentielles? Pour l'heure, c'est parole contre parole, CH Media ne livrant pas ses sources — principe journalistique oblige. C'est vous, chers citoyens, qui serez juges de ce qui se passe dans la basse-cour de Berne.

Copin comme cochon: la fin des restrictions Covid

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
«La désinformation n'est pas assez combattue en Suisse»
Un expert dénonce un manque de rigueur sur ce sujet sensible, de la part de la Confédération, et cite les actions du gouvernement français en exemple.

Les effets de la désinformation ne sont pas assez pris au sérieux par les autorités suisses, estime le sociologue valaisan Laurent Cordonier:

L’article